Philippe Vankeirsbilck, artisan : « Etre seul, c’est ma liberté »
- © Brocéliande Multiservices

Philippe Vankeirsbilck, artisan : « Etre seul, c’est ma liberté »

Pierre Pichère |  le 26/09/2018  |  ArtisansIlle-et-Vilaine100 % eau et énergie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Moi, artisan
Artisans
Ille-et-Vilaine
100 % eau et énergie
Valider

Philippe Vankeirsbilck dirige Brocéliande Multi-Services, à Montauban-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Il a choisi de travailler seul, et défend ce choix !

« En 2006, j’ai démarré seul, comme tout artisan. On n’a pas souvent le choix. En travaillant dans un rayon d’une heure de route, mon carnet de commandes auprès de particuliers, pour des travaux de second œuvre, s’est rapidement rempli. La question s’est posée d’embaucher l’un de mes amis, lancé dans la même activité. C’est là que je me suis rendu compte que mon niveau d’exigence était incompatible avec un salarié : je voulais tout contrôler, ne rien déléguer ! En fait, je ne fais pas confiance et je suis très maniaque. Trop ! De l’autre côté, les particuliers veulent que ce soit moi qui réalise leurs travaux.
Etre seul, c’est changer de métier plusieurs fois par jours, c’est tout maîtriser, c’est concevoir les plans et tout exécuter.
Etre seul, c’est avoir une vision complète du chantier et c’est recueillir pleinement la satisfaction du client, surtout lorsqu’il s’agit de travaux d’accessibilité. Certes, il y a aussi des inconvénients : porter des matériaux lourds, s’interroger sur sa propre sécurité. Ce n’est pas facile de penser à tout, d’être en même temps au bureau et sur le chantier, de gérer les commandes et les livraisons. Mon épouse, conjointe collaboratrice, elle, s’occupe de l’envoi des devis. Je sais que je ne serai pas un bon patron, sans autorité ou très cassant et mes salariés en souffriraient trop. On oublie aussi qu’être patron, c’est parfois gagner moins que ses employés. Je préfère rester seul. C’est ma liberté, celle de démarrer à 4 h du matin et de rentrer à 23 h, celle de se retrouver sans personne sur un chantier de résidence secondaire, celle de ne pas travailler si je le décide. Avoir du personnel, c’est se retirer cette liberté ».

Commentaires

Philippe Vankeirsbilck, artisan : « Etre seul, c’est ma liberté »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur