En direct

Perpignan Un nouveau concours pour l'hôpital

le 02/05/1998  |  Pyrénées-OrientalesFrance Collectivités localesConcoursArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Pyrénées-Orientales
France
Collectivités locales
Concours
Architecture
Valider

Un nouveau concours de maîtrise d'oeuvre pour la reconstruction de l'hôpital de Perpignan va être lancé. En 1995, le cabinet grenoblois Groupe 6, associé aux architectes perpignanais Buxéda, Descombe-Gerber, Kayser et Moly et au bureau d'études OTH Méditerranée, avait été retenu, face aux cabinets parisiens Chemetov-Huidobro, Zubléna et Lion.

En février 1997, le préfet des Pyrénées-Orientales d'alors, Bernard Bonnet, avait bloqué le projet parce que, selon lui, il dépassait de 27 % le coût d'objectif initial (600 millions de francs).

Sous le contrôle du directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation (ARH), François Grateau, un projet revu à la baisse a donc été mis au point. Il vient d'être également repoussé. Dans un courrier à Jean-Paul Alduy, maire de Perpignan et président du conseil d'administration de l'hôpital, le ministre de la santé, Bernard Kouchner, indique que «le lancement d'un nouveau concours s'impose. (...) La diminution de surface, environ 10 000 m2 constitue une modification substantielle des données du programme du concours».

Jean-Daniel Dupuy, du Groupe 6, ne cache pas son amertume : «Notre proposition ne dépassait que de 2,6 % le prix d'engagement du concours. VRD et équipements lourds ont été ajoutés ensuite au coût. Nous sommes victimes d'actions déloyales de certains confrères.« En août 1997, les trois équipes battues lors du concours de 1995 avaient en effet dénoncé les propositions de Groupe 6 selon elles non conformes au règlement du concours.

Le programme technique détaillé va être revu et les équipes appelées à concourir seront sélectionnées, d'ici à la mi-juillet, . Un protocole d'accord sera aussi signé entre l'agence régionale de l'hospitalisation et le centre hospitalier. Il fixera le contenu, le calendrier et le financement d'une reconstruction dont le coût final doit être de 550 millions de francs, hors équipements. Il est prévu qu'un coordonnateur méthodologique, recruté par le ma ître d'ouvrage, assure la bonne marche de l'opération. Le directeur de l'ARH espère que la reconstruction, prévue en deux phases, soit réalisée en une seule et qu'ainsi la durée des travaux soit réduite de trois à quatre ans, pour une livraison en 2004.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil