En direct

Perpignan-Figueras : percement du premier tube du tunnel
- ©

Perpignan-Figueras : percement du premier tube du tunnel

Defawe Philippe |  le 01/10/2007  |  TransportsInternationalFrance entièreEuropeMatériel de chantier

Le premier tube du tunnel du Perthus, ouvrage majeur de la LGV Perpignan-Figueras (44,4 km) entre la France et l'Espagne, a été percé lundi matin, a-t-on appris de très bonne source. Le second tunnelier doit encore progresser de 150 m.

Le percement de ce tunnel bitube de 8,3 km a été plus délicat que prévu. Mistral et Tramontane, les deux tunneliers à double bouclier télescopique de près de 10 m de diamètre, ont creusé les 8,3 km de chaque tube depuis le 19 juillet 2005. La géologie du massif pyrénéen est variée (quartz, feldspath, mica noir, schiste vert, gneiss…) et les roches ont présenté des résistances et des degrés d’altération divers. La présence d’une faille importante a perturbé le creusement. Et la sortie des tunneliers, qui était prévue en début d’année, vient seulement de s'opérer.
C'est le groupement constructeur TEP (Trans Euro Pyrénées) qui réalise les travaux de la ligne ferroviaire pour le compte du concessionnaire TP Ferro. Ce dernier s’était vu confier en février 2004, par les gouvernements français et espagnols, la concession pour la conception, la construction, l’exploitation et l’entretien de la section Perpignan-Figueras pour cinquante ans, dont cinq ans de construction (il reste deux ans et demi de travaux).
Le chantier est découpé en cinq lots autonomes. La réalisation des plates-formes françaises et espagnoles est confiée respectivement à Eiffage et Dragados. Quant aux parties « transfrontalières » du projet, elles font l'objet de trois groupements transfrontaliers (AEIE) : pour le génie civil du tunnel (Eiffage TP/Dragados), pour la réalisation de la voie (Vias y Construcciones/Wittfeld) et pour l'installation des équipements, l'électrification et la signalisation (Cobra Instalaciones/Forclum).
Côté français, quatre viaducs totalisant 983 m sont nécessaires tandis qu’en Espagne, où le relief est plus chahuté, ils sont au nombre de six pour 1 863 m de franchissement. Ont aussi été réalisés 14 ponts ferroviaires, 11 ponts routiers, 9 passages inférieurs, 61 ouvrages hydrauliques, deux faux tunnels de 162 et 175 m de longueur et un saut-de-mouton permettant d’inverser le sens de circulation des trains (à gauche en France, à droite en Espagne).
Le coût total des travaux est de 950 millions dont 301 millions pour le tunnel. Le chantier devrait être complètement achevé, comme prévu, en février 2009. Reste que, côté espagnol, le ministère des Transports a indiqué en juin que la jonction entre Barcelone et Figueras subira trois ans de retard et ne sera effective qu'en 2012. Deux sections posent particulièrement problème : celle immédiatement en aval de la section concédée Perpignan-Figueras et la traversée partiellement souterraine de Gérone. C'est la raison pour laquelle le concessionnaire doit rencontrer les autorités espagnoles dans les prochains jours pour discuter des conséquences de ces retards sur les conditions du contrat.

Par les rédactions du moniteur et du BEM
Plus d'informations sur le BTP en Europe avec Le Bulletin européen du Moniteur


Lire aussi notre LGV Perpignan-Figueras (Réservé aux abonnés)

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur