En direct

Perpignan-Figueras : accord sur le dédommagement du concessionnaire

JULIEN BEIDELER |  le 27/02/2009  | 

Depuis le 17 février dernier - date à laquelle l’ouvrage a été livré conformément au contrat de concession - le concessionnaire TP Ferro ne peut exploiter le tronçon du fait du retard pris côté espagnol pour la liaison vers Barcelone.

Lors de la présentation des résultats du groupe Eiffage, Jean-François Roverato, p-dg du groupe, a assuré qu’un accord avait été trouvé dans le cadre de la LGV Perpignan-Figueras quant au dédommagement du concessionnaire TP Ferro (50% Eiffage, 50% ACS Dragados). En effet, depuis le 17 février dernier _ date à laquelle l’ouvrage a été livré conformément au contrat de concession_, le concessionnaire TP Ferro ne peut l’exploiter du fait du retard pris côté espagnol pour la liaison vers Barcelone. Le tronçon Figueras-Barcelone, initialement prévu en 2009, ouvrira au mieux en 2012. Trois années pour lesquelles le concessionnaire réclame un dédommagement aux autorités concédantes, Etat Français et Royaume d’Espagne. Selon Jean-François Roverato, un accord a été trouvé «quelques jours avant la remise des clés de l’ouvrage». Sans dévoiler le montant de l’indemnisation, il a indiqué que les prévisions de recettes étaient de 30 millions d’euros par an pendant les trois premières années. L’accord se traduirait en espèces sonnantes et trébuchantes mais également par une prolongation du contrat de concession. «Cet accord avec les autorités concédantes se traduira dans les mois qui viennent en avenant au contrat de concession».
Par ailleurs, Jean-François Roverato a indiqué qu’une réclamation avait été déposée par le groupement constructeur TEP (Trans Euro Pyrénées) suite aux difficultés rencontrées pendant le creusement du tunnel bitube du Perthus. En effet, malgré des campagnes de reconnaissance préalable, la géologie du massif des Albères s’est révélée capricieuse. Les tunneliers Mistral et Tramontane sont restés plus de deux ans sous les Pyrénées, soit six mois de plus que prévu. Pour rattraper ce retard, le groupement constructeur a accéléré la pose de voies, l’installation des équipements, l’électrification et la signalisation. Ces modifications de plannings ont évidemment un coût pour lequel TEP voudrait être dédommagé. Une réclamation a donc été déposée en ce sens, en vertu de la théorie de l’imprévisibilité dans le millefeuille géologique des Pyrénées.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Vocabulaire illustré de la construction (Français-Anglais)

Vocabulaire illustré de la construction (Français-Anglais)

Date de parution : 11/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur