Permis d’aménager : paysagistes et architectes restent soudés
La loi portée par le ministère de la Culture soumet les permis d’aménager à l’établissement d’un «projet architectural, paysager et environnemental» signé par un architecte. - © © André Faber

Permis d’aménager : paysagistes et architectes restent soudés

Laurent Miguet |  le 20/03/2017  |  www.lemoniteur.fr/archipaysagistesAménagementArchitectureEnvironnementSanté

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
www.lemoniteur.fr/archipaysagistes
Aménagement
Architecture
Environnement
Santé
Technique
Valider

Seul l’agenda parlementaire explique l’absence des paysagistes, dans le décret 2017-252 du 27 février dernier, qui réserve aux architectes la signature des permis d’aménager. Après la publication d’un autre décret qui fixera les modalités de mise en œuvre du nouveau statut de paysagiste concepteur créé par la loi Biodiversité, la fédération française du paysage défendra un texte qui consacrera l’égale légitimité des deux professions, dans la maîtrise d’œuvre des lotissements.

Muet sur les paysagistes, le décret sur les permis d’aménager ne fissure pas le front uni présenté par Catherine Jacquot, présidente du conseil national de l’ordre des architectes (Cnoa), et Jean-Marc Bouillon, président de la fédération française du paysage (FFP). La première rappelle les frontières entre les métiers de la maîtrise d’œuvre : « Les géomètres tiennent leur place dans les projets, mais pas comme concepteurs. En amont des opérations, la qualité des lotissements nécessite les compétences pluridisciplinaires portées par les architectes, les urbanistes et les paysagistes. Je dis merci au sens aigu de l’intérêt des territoires manifesté par la FFP dans notre travail conjoint, au-delà de la profession qu’elle représente ».

Repli tactique

L’adhésion de Jean-Marc Bouillon au décret a pu étonner : « Ma profession est montée au créneau. Je lui réponds : on y reviendra après promulgation du décret de mise en œuvre de notre statut. Un texte sans décret d’application crée une loi faible ». Le président de la FFP compte sur l’opportunité de prochaines lois d’urbanisme pour y glisser un cavalier qui consacrera l’égalité des deux professions dans l’accès aux mandats de maîtrise d’œuvre des lotissements.

Au Cnoa comme à la FFP, les présidents se félicitent du rôle positif joué par le syndicat national des aménageurs lotisseurs, dans la défense de la qualité architecturale et paysagère des lotissements qui a abouti à la loi Création, architecture et patrimoine, avec sa réforme du permis d'aménager. A court terme, un test de vitalité de l’entente entre architectes et paysagistes concernera les plus petites opérations : « On verra bien si les architectes jouent le jeu de la pluridisciplinarité », s’interroge Jean-Marc Bouillon.

Commentaires

Permis d’aménager : paysagistes et architectes restent soudés

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur