Aménagement

Pentagone français : permis de construire sous tension

Mots clés : Gouvernement

Le préfet de région a accordé les permis de construire du nouveau ministère de la Défense après avoir préalablement modifié le plan local d’urbanisme. Ceci malgré l’avis négatif de la Ville de Paris.

Le 20 février, le préfet de région, Daniel Canepa, a délivré les quatre permis de construire pour le projet de nouveau ministère de la Défense, à Balard (XVe arrondissement). Les deux principaux concernent la parcelle ouest du site (construction du bâtiment principal et du programme de bureaux)  et la cité de l’Air (rénovation des immeubles existants et construction d’un nouveau bâtiment). Au préalable, le 17 février, le préfet de région avait prononcé par arrêté l’intérêt général du projet et modifié le PLU (plan local d’urbanisme) malgré l’avis négatif rendu par le Conseil de Paris. « La commission d’enquête a émis un avis favorable sans réserve sur l’intérêt général du projet, fait-on valoir à la préfecture de région. Ce projet d’ordre national dépasse le cadre parisien car il va permettre de réaliser des économies de fonctionnement conséquentes ; proposer de meilleures conditions de travail aux agents et assurer une qualité de service public optimum, primordial car touchant à la sécurité des Français ».

 

Le dépôt de bus qui fâche

Reste la question de la réserve émise par la commission d’enquête publique sur la modification du PLU. En effet, si elle n’est pas levée, l’avis du commissaire enquêteur est réputé défavorable. En l’occurrence, il a demandé qu’en contrepartie de la suppression de la servitude RATP sur le site de Balard, «soit étudiée une solution alternative sur l’héliport d’Issy-les-Moulineaux ou toute autre alternative permettant une opération tiroir pour les bus de la Croix-Nivert ». La relocalisation temporaire de ces bus permettrait en effet de démolir l’actuel garage de la Croix-Nivert pour reconstruire à la place un dépôt souterrain surmonté d’un programme de logements, et de satisfaire ainsi à la demande la Ville de Paris. Pour le ministère de la Défense,  la réserve a été levée. « Une étude a été menée par Aéroport de Paris sur la possibilité d’héberger  pendant cinq ans un garage à bus sur l’héliport d’Issy-les-Moulineaux.  Cette solution existe, nous avons donc satisfait à la demande qui nous était faite. Il revient à la RATP de voir si cette solution est jouable », estime Bruno Vieillefosse, délégué pour le regroupement des états-majors et des services centraux de la Défense.

 

Travaux dès la fin février

« L’Etat propose des solutions qui s’avèrent ne pas être viables, indique-t-on au cabinet d’Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris, en charge de l’urbanisme et de l’architecture. La RATP doit valider un certain nombre de choix fonctionnels. La  solution de l’héliport n’est pas forcément adaptée car les bus doivent notamment franchir le boulevard périphérique. Une réserve n’est pas levée lorsqu’une étude est lancée mais lorsqu’une solution a été trouvée. »

Pour l’instant, aucune décision n’a été prise par la Ville quant à d’éventuels recours contre la modification du PLU et les permis de construire. En attendant, les travaux pourraient démarrer assez vite, dès la fin du mois de février, avant même la fin du délai de deux mois pendant lequel des recours peuvent être déposés.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X