En direct

Pense-bête à l'usage des professionnels

Par la rédaction |  le 07/09/2018  |  LogementFormationGrand ParisGirondeMoselle

Dossiers de la rentrée -

Entre réalisations, décisions prises ou à venir, retrouvez tous les sujets qui feront l'actualité de la construction dans les prochains mois.

PHOTO - 14828_891818_k6_k1_2092519.jpg
Cocorico - © ADOBE STOCK

Architecture - Nouvelles icônes pour Jean Nouvel

La signature Nouvel passe rarement inaperçue, et les deux édifices que l'architecte achève à Lyon et Marseille ne feront pas exception. Réalisée avec l'agence Tangram pour le promoteur Constructa, la tour La Marseillaise sera inaugurée le 25 octobre. Avec sa dentelle de béton tricolore sur fond de mer azur, cet immeuble de bureaux, haut de 135 m, sera la nouvelle icône de la cité phocéenne. Ycone est justement le nom des logements construits pour Vinci Immobilier et le groupe Cardinal à Lyon. Le bâtiment, culminant à 64 m et paré d'aluminium aux tons pastel, sera inauguré en décembre.

Recrutement - Les travaux publics se mettent au rap

Attirer les jeunes, voilà l'un des principaux défis des TP. Pour les séduire, la FNTP tente de casser l'image de ses métiers, jugés difficiles, et de se rapprocher de l'univers des jeunes générations. Comment ? En se mettant au rap dans une campagne à découvrir mi-septembre. Parallèlement à un dispositif d'affichage classique, un clip musical sur les TP a ainsi été réalisé, et les réseaux sociaux seront mobilisés autour du « hashtag » #FranchementRespect.

Une émission sur la radio Skyrock est aussi en préparation, à base de présentation des métiers et de concours de « punchlines ». Tout un programme !

Inauguration - Le centre des congrès de Metz est fin prêt

Pas un jour de retard ! Le centre des congrès Robert-Schuman de Metz a été livré en juillet, conformément à l'ambition d'Eiffage Construction associé à l'agence de l'architecte Jean-Michel Wilmotte, mandataires du groupement de conception- réalisation-exploitation-maintenance. En chantier depuis février 2016, l'édifice en R + 5 comprend un auditorium de 1 200 places, un espace d'exposition et 16 salles de commission. D'une superficie totale de 15 300 m², le bâtiment est inauguré ce 7 septembre.

Génie civil - Vinci livre son barrage pharaonique

Situé à mi-chemin entre Le Caire et Louxor, le barrage d'Assiout (Egypte) a été inauguré le 12 août.

Réalisé en six ans dans un contexte politique tendu, il représente un budget de 266 millions d'euros. Vinci Construction Grands Projets s'est imposé face à ses concurrents grâce à sa proposition d'utiliser le rabattement de la nappe aquifère du Nil pour construire le barrage à sec.

Commencés en mai 2012, les travaux ont nécessité l'installation de 89 puits pour capter l'eau à 40 m de profondeur et en évacuer chaque jour 300 000 m3.

PHOTO - 14828_891818_k11_k1_2092524.jpg
Le serpent de mer - © ADOBE STOCK

Rénovation - Le Muséum d'histoire naturelle de Bordeaux écope

Fermé depuis 2008, l'hôtel particulier de Lisleferme, construit au XIXe siècle à Bordeaux et transformé en Muséum d'histoire naturelle en 1862, a récemment vu sa réouverture repoussée de novembre 2018 au printemps 2019, en raison d'inondations survenues en mai dernier.

Commencés en juin 2015, les travaux ont porté sur la reprise des plafonds et des planchers et le remplacement de poteaux en fonte par des poutrelles de type IPN ; les vitrines ont été démontées et rénovées.

Un espace d'expositions de 500 m2 et un système de récupération des calories du réseau d'assainissement pour le chauffage ont également été créés. Une fois l'électricité, les plafonds, les planchers et la toiture repris - en raison des intempéries du printemps dernier -, le musée pourrait être livré à l'automne, pour une ouverture au printemps 2019.

Rocade - Démarrage imminent du contournement ouest de Strasbourg

Cet automne marquera le début des travaux pour les 24 km d'autoroute du contournement ouest de Strasbourg, confié à Vinci. L'événement est attendu depuis un an, pour mettre un terme aux péripéties diverses d'un dossier mis à l'étude il y a un quart de siècle. Le projet de 593 millions d'euros semble à présent à l'abri d'un nouveau retard.

Il a jusque-là accumulé les avis environnementaux négatifs, qui ont obligé Vinci à revoir sa copie et ont décalé les étapes administratives restantes. La dernière d'entre elles, l'avis du Coderst du Bas-Rhin, a été franchie avec succès le 28 août, et les arrêtés préfectoraux autorisant la construction ont été signés le 30 août. Attention, le projet peut encore être contesté en justice.

Restructuration - La fac d'Amiens achève le siège de la citadelle

La date de livraison n'a pas cessé de riper : 2015, 2016, 2017… C'est finalement le 3 septembre 2018 que l'université de Picardie Jules-Verne a pu s'emparer de la citadelle d'Amiens (Somme). Ce site militaire de 18 hectares a été transformé en un pôle universitaire d'environ 30 000 m² ouvert sur la ville. Le projet architectural, signé Renzo Piano Building Workshop, comprenait la réhabilitation, l'extension et la construction de bâtiments autour de la place d'armes. Plusieurs embûches ont rallongé les délais et la facture totale (118 millions d'euros au lieu de 106 millions) : un patrimoine fragile à consolider, une espèce rare de chauve-souris à préserver et des entreprises défaillantes à recadrer.

En juin 2017, le maître d'ouvrage Amiens Métropole avait même refusé de réceptionner les travaux, « compte tenu du nombre particulièrement élevé de réserves à lever ».

Numérique - Le PTNB cherche un second souffle

Cette fois, c'est vraiment terminé. Lancé en juin 2014, le Plan de transition numérique dans le bâtiment (PTNB) cessera de fonctionner dans sa forme actuelle à la fin de l'année. Mais la mission restera la même pour son successeur : inciter les acteurs sur le terrain à travailler en BIM… sans rendre la démarche obligatoire pour autant.

En attendant le dernier comité de pilotage, fixé au 13 décembre, Bertrand Delcambre, son président, dresse le bilan des actions menées grâce aux 20 millions d'euros alloués en janvier 2015. Parmi les derniers sujets portés par le PTNB, la plate-forme d'échange Kroqi, lancée fin 2017, compte aujourd'hui plus de 8 000 inscrits. De son côté, la jeune association ADN Construction continue à monter en puissance. Elle pourrait se préparer à prendre la suite du PTNB, mais les intéressés ne confirment pas cette hypothèse pour l'instant.

PHOTO - 14828_891818_k17_k1_2092525.jpg
des fourmis dans les jambes - © ADOBE STOCK

Bois - La plus haute tour de logements se profile à Bordeaux

Les travaux de la plus haute tour de logements en bois de France, dans le quartier Bordeaux Euratlantique (738 ha à aménager), devraient débuter en 2019. Baptisé « Hyperion », le projet de 57 mètres, 17 étages et 98 logements est conçu par l'architecte Jean-Paul Viguier, porté et réalisé par l'entreprise Eiffage. La tour est dotée d'une structure poteaux-poutres en bois lamellé-croisé (CLT) sur un socle de trois étages en béton.

Une appréciation technique d'expérimentation (Atex) a été obtenue pour l'étanchéité et l'installation des balcons en console sur la façade, et les études du projet ont été cofinancées par l'Ademe. La tour s'intègre dans une opération globale de logements et de bureaux, dont la commercialisation est en cours. La livraison est prévue pour 2020.

Gouvernance - Les arbitrages sur le Grand Paris se font attendre

Prévus pour l'automne 2017 et plusieurs fois repoussés, les arbitrages du président de la République sur la nouvelle gouvernance du Grand Paris devraient intervenir d'ici à la fin de l'année. C'est ce qu'indiquait en mai dernier le chef de l'Etat dans sa lettre à Roland Castro. Chargé de proposer une vision de l'espace métropolitain, l'architecte-urbaniste devait rendre ses propositions pour le 31 juillet « afin de nourrir la réflexion sur l'évolution institutionnelle du Grand Paris, qui sera présentée à l'automne », précisait ce courrier.

Sauf que la remise du rapport repoussée à septembre risque de remettre en cause ce calendrier.

Cependant, les échéances électorales se rapprochant - municipales en 2020, départementales et régionales en 2021 -, les décisions ne devraient plus trop tarder.

Infrastructures - La LOM dans les starting-blocks

La fin du feuilleton est proche.

Elle devait être dévoilée en février. Plusieurs rebondissements l'ont décalée en avril. Puis en mai.

Puis avant l'été. Cette fois, promis, c'est la bonne : le projet de loi d'orientation sur les mobilités (LOM) serait en cours de finalisation. Présentation prévue cet automne, pour un passage devant le Parlement début 2019. Il est temps car, dans le secteur des infrastructures, des doutes émergent : la loi sera-t-elle aussi ambitieuse qu'espéré ? Apportera-t-elle la visibilité et les moyens suffisants pour préparer l'avenir ? Le ministère des Transports se veut rassurant : elle répondra à tous les enjeux, de l'évolution de la gouvernance à l'innovation, en passant par les mobilités propres et, bien sûr, la programmation des infrastructures et leur financement…

Métro - La ligne B lyonnaise en voie d'extension

Après des opérations de dévoiement de réseaux sur la commune d'Oullins, les travaux de génie civil pour le prolongement de ligne B du métro lyonnais démarrent. La construction du puits et des stations durera jusqu'à la fin de l'année 2019, après quoi le tunnelier creusera pendant un an. Puis viendront les phases du coulage du béton, de la pose des voies, des équipements, de l'aménagement des stations, etc.

La mise en service est prévue en juin 2023. Près de 2,4 km de voies supplémentaires conduiront alors les usagers jusqu'aux Hôpitaux sud. Deux stations supplémentaires - Oullins-Centre et Saint-Genis-Laval Hôpitaux sud - porteront à 12 le nombre d'arrêts sur cette ligne. Le coût global du projet s'élève à quelque 391 millions d'euros.

Entreprises - Le Pacte (enfin) débattu

Bonne nouvelle. Le gouvernement a décidé de donner la priorité au Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (Pacte). Ce dernier, porté par le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire dans un projet de loi homonyme, avait pris beaucoup de retard. Désormais, une commission spéciale de l'Assemblée nationale planche sur le texte qui sera prochainement débattu en séance publique. Plusieurs mesures concernent les professionnels du secteur.

Au menu : l'allégement des obligations nouvelles (fiscales, sociales, administratives…) qui s'appliquent aux entreprises et la simplification des seuils d'effectifs y afférant, la suppression du stage préalable avant l'installation pour les artisans, ou encore la fin des ordres de services à zéro euro dans les marchés publics.

PHOTO - 14828_891818_k23_k1_2092530.jpg
Le taureau par les cornes - ©

Europe - Les territoires français face aux coupes budgétaires

La commission européenne a annoncé fin mai vouloir resserrer le prochain cadre financier pluriannuel de la période 2021-2027 à cause du manque à gagner causé par le Brexit (estimé entre 10 et 15 milliards d'euros par an). Pour le moment, la commission propose de baisser le budget consacré à la cohésion des territoires de 7 %, à 374 milliards d'euros. Une coupe qui pourrait toucher particulièrement les régions françaises. « La réflexion qui s'annonce aujourd'hui est très technique », avertissait Edouard Philippe, en ouverture de la dernière Conférence nationale des territoires (CNT) qui s'est tenue à Paris, le 12 juillet dernier.

Il s'agit en effet de « peser sur les montants alloués afin d'obtenir un rééquilibrage entre l'Est et l'Ouest au profit de la France, pour déterminer leur utilisation et définir les bons tuyaux de distribution de ces fonds, a-t-il poursuivi. Car chacun connaît la complexité redoutable de leur mobilisation. » Or, il est difficile pour la France de défendre sa future enveloppe, alors qu'elle n'a pas dépensé à ce jour tout le budget qui lui est consacré… Albéric de Montgolfier, sénateur d'Eure-et-Loir, militait lors de la CNT en faveur de la conservation de l'enveloppe « pour aider tous les territoires, ceux qui sont peu développés et ceux qui le sont plus ».

Commande publique - Affronter la dématérialisation avant de saluer le nouveau Code

Que le spectacle commence ! Dans moins d'un mois, le « zéro papier » deviendra la règle dans tous les marchés publics. Si, depuis 2001, les entreprises peuvent répondre à ces derniers par voie électronique, elles devront le faire systématiquement à compter du 1er octobre prochain. Date fatidique qui impose à tous les acteurs de se frotter à la démat'. Les entités publiques devront, sur leur profil d'acheteur, mettre gratuitement à disposition des opérateurs économiques les documents de la consultation pour les marchés d'un montant supérieur à 25 000 euros HT (lire p. 77). Ils seront également tenus d'échanger par voie électronique avec les soumissionnaires ou encore de réutiliser leurs documents de candidature reçus lors d'une consultation antérieure. Par ailleurs, les données essentielles des marchés et des concessions publiques seront disponibles en open data.

Le Code de la commande publique va lui aussi entrer en scène. Après trois occasions manquées (1997, 2004 et 2009), le gouvernement est déterminé à le livrer à la fin de l'année pour une entrée en vigueur à partir du 1er avril 2019.

HLM - Passer l'épreuve de la fusion

Quand le projet de loi Evolution du logement, de l'aménagement et du numérique (Elan) sera enfin voté (lire p. 20) , les organismes HLM y verront plus clair sur l'obligation de regroupement.

Ils connaîtront d'abord le calendrier à respecter (jusqu'à présent, la deadline est fixée à 2021). Et ils sauront surtout qui sera contraint au rapprochement. Les organismes qui gèrent moins de 15 000 HLM et les SEM immobilières qui réalisent moins de 25 M€ de chiffre d'affaires, comme le désirent les députés ? Ou bien les bailleurs sociaux disposant de moins de 10 000 logements sociaux et les SEM qui affichent moins de 50 M€ de chiffre d'affaires, comme le souhaitent les sénateurs ?

Une fois que les règles seront fixées, il faudra bien négocier les regroupements en choisissant la modalité adaptée (intégrer un groupe existant ou créer une société anonyme de coopération) et sélectionner le bon partenaire. Le risque ? Que les organismes les plus fragiles - donc les moins séduisants - restent en plan sur les gradins de l'arène.

Loi de finances - Les fédérations entrent dans l'arène

Une course contre la montre commence pour les acteurs de la construction. Alors que certains arbitrages sur le budget 2019 ont été rendus publics, chacun cherche à peser dans la balance.

Sans attendre l'ouverture des débats, le président de la Fédération française du bâtiment, Jacques Chanut, a défendu cet été la TVA réduite actuellement appliquée dans la construction. La Fédération des promoteurs immobiliers, de son côté, maintient sa proposition d'encourager le logement intermédiaire pour les particuliers investisseurs, sous la forme d'une TVA à 10 %.

Restent plusieurs inconnues, dont la première concerne le dispositif Pinel, qui favorise l'investissement locatif. Prorogé jusqu'au 31 décembre 2021 dans les zones tendues, il est aujourd'hui jugé trop coûteux et peu efficient pour lutter contre la pénurie de logements. Résistera-t-il à la fin de l'année ?

Enfin, quid de la transformation du crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) en prime l'année prochaine ?

PHOTO - 14828_891818_k28_k1_2092535.jpg
L'effet papiloon - © ADOBE STOCK

Logement - Un Parlement en perte d'Elan

Les députés et les sénateurs n'ont pas réussi à adopter le projet de loi portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (Elan) avant la fin de l'été, comme le voulait le gouvernement. Les sénateurs ont apporté de nombreuses modifications au texte voté par les députés (en modulant, par exemple, les obligations de la loi SRU en matière de construction de HLM). Ce qui fait dire aux experts que la commission mixte paritaire ne devrait pas être conclusive… Et que le projet de loi est loin d'avoir terminé son marathon parlementaire.

Formation - Le BTP peut choisir son opérateur de compétences

Définitivement adoptée par le Parlement le 1er août, la réforme de la formation remplace les organismes paritaires collecteurs agréés (Opca) par des opérateurs de compétences (Opcom). Les partenaires sociaux du BTP négocieront donc, courant septembre, pour désigner, d'ici à la fin de l'année, leur Opcom. Sans suspens au demeurant : il y a fort à papier qu'ils confieront à Constructys - l'Opca du secteur - les nouvelles missions assignées par la loi à ce titre. Mais son champ d'intervention pourrait être élargi à d'autres branches.

Construction - Permis de chambouler

Deux ordonnances pour changer prévoit l'article 49 de la loi Confiance, publiée le 11 août au « Journal officiel ». Pour la première, visant à permettre des dérogations à certaines normes de construction, les ministères de la Cohésion des territoires et de la Transition écologique disposent de trois mois (jusqu'au 11 novembre) pour la prendre. Le texte sera mis en consultation publique d'ici à la fin de l'été. La seconde ordonnance généralisera, elle, le droit de déroger et réécrira les règles de construction pour passer d'une logique de moyens à celle de résultats. Elle doit être publiée avant le 11 février 2020.

Autoroutes - 700 M€ débloqués

Le régulateur n'aura pas travaillé pour rien ! Un an après avoir rendu son avis, le plan d'investissement autoroutier a été réajusté.

Le Conseil d'Etat a validé cet été quatre des sept projets de décrets relatifs aux avenants aux contrats passés avec la Sanef, la SAPN, Cofiroute et Area.

La liste des opérations sur les réseaux ASF, Escota et APRR doit pour sa part être revue. Le gouvernement espère publier ces quatre décrets avant la fin de l'année. A la clé, 700 millions d'euros de travaux répartis sur une cinquantaine d'opérations jugées utiles pour les territoires. Raison pour laquelle les collectivités locales contribueront à ce plan. Premier coup de pioche dans les prochains mois.

9,7 km

Projet né dans les années 1930, la L2, contournement autoroutier de Marseille par l'est, sera mise en service dans sa totalité la première quinzaine d'octobre. Le chantier, confié par l'Etat à une société de projet conduite par Bouygues, a mobilisé un investissement de 620 M€.

Agenda

2 octobre
Rencontres de la performance environnementale, à Paris

9 octobre
Journée commande publique à Paris, sur le passage au « 100 % démat' »

9, 10 et 11 octobre
Congrès HLM, à Marseille

19, 20 et 21 octobre
3e édition des Journées nationales de l'architecture

24, 25 et 26 octobre
Salon Artibat, à Rennes

25 octobre
Remise du Grand Prix national de l'ingénierie, à Paris

A l'automne
Annonce du Grand Prix national de l'architecture (GPNA)

8 novembre
Journée BIMSide à Paris, pour tout savoir sur les BIM d'or

20, 21 et 22 novembre
Salon des maires et des collectivités locales (SMCL) à Paris

22 novembre
Trophées de la commande publique lors du SMCL, à Paris

26 novembre
Cérémonie de l'Equerre d'argent, à Paris

5, 6 et 7 décembre
Salon de l'immobilier d'entreprise (Simi), à Paris

11 décembre
Trophées des TP, innovation et performance, à Paris

18 décembre
Forum du Logement social, à Paris

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur