En direct

PEINTURES Sicof, un an après le rachat

bertrand escolin |  le 13/11/1998  |  EntreprisesVendée

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Vendée
Valider

Directeur commercial de Sicof depuis dix mois, Pierre Chamboissier est l'un des six cadres qui ont racheté l'entreprise de fabrication de produits de façade à Total, le 4 décembre 1997. « En tout, trente et un salariés ont participé au rachat », pour un prix sur lequel Pierre Chamboissier restera muet.

Présidé par Jean-Pierre Trézeux, également P-DG de Bitumes spéciaux (Eure), Sicof retrouve son caractère de PME fortement individualiste, autour de son unité de fabrication de La Copechagnière (Vendée), siège de l'entreprise depuis 1953.

1998 : chiffre d'affaires stable sur un marché en recul de 10 %

Précurseur de l'étanchéité de façade (une résine thermoplastique élaborée dès 1956), Sicof a développé une gamme de produits qu'elle garantit dix ans dans son réseau d'entreprises agréées. « La qualité de la résine tient autant de la quantité du liant que de la pose », explique Pierre Chamboissier.

Intégré au groupe Elf en 1980, puis cédé à Total en 1990, Sicof a gardé ses structures et son entité ; fait unique dans les filiales de Total, et notamment Kalon. Après le rachat par les salariés, le comité de direction de Sicof (97 millions de chiffre d'affaires en 1997), a appliqué le plan social qu'il avait annoncé (l'effectif est ramené de 115 à 86 personnes) et réorganisé avec le renforcement de la structure technico-commerciale (le service d'assistance technique pour les entreprises et prescripteurs). « Nous sommes de retour sur le secteur, avec un temps de réponse amélioré, une plus forte réactivité sur les produits et les problèmes posés. Sans se leurrer, le marché est en baisse de 10 % et la qualité n'est pas facile à vendre à son juste prix. »

Sicof espère néanmoins atteindre le même chiffre d'affaires que l'année dernière et monte pour les entreprises de son réseau des formations à la vente en secteur pavillonnaire. Un marché où le potentiel de ravalement reste considérable.

PHOTO : Pierre Chamboissier : « La qualité n'est pas facile à vendre à son juste prix. »

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil