Le moniteur
Peintres et plaquistes échangent avant les Journées de la Construction
Jean-Jacques Châtelain (à gauche) et David Morales - © Maya Pic

Peintres et plaquistes échangent avant les Journées de la Construction

Maya Pic |  le 14/03/2019  |  PlâtreriePeintureIsolationArtisan isolationArtisan peintre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Plâtrerie
Peinture
Isolation
Artisan isolation
Artisan peintre
Artisan plaquiste
Artisan plâtrier
Capeb
Plaque de plâtre
100 % second œuvre
Valider

Un mois avant les Journées Professionnelles de la Construction de la Capeb, qui se tiendront les 11 et 12 avril 2019 à Nice, les présidents de l'UNA MTPI et de l'UNA PVR font le point sur leurs filières respectives.

Les Journées professionnelles de la construction (JPC), qui regroupent depuis 2012 les différents corps de métiers du bâtiment, allient l’Assemblée générale annuelle de la Capeb à un salon professionnel, des conférences et des ateliers. Elles sont l’occasion pour les Unions nationales artisanales (UNA) de faire le point sur l’année écoulée, sur l’avancée des dossiers et sur la situation de la filière.

David Morales et Jean-Jacques Châtelain, respectivement présidents de l’UNA Métiers et techniques du plâtre et de l'isolation (MTPI) et de l’UNA Peinture-vitrerie-revêtements (PVR), ont présenté le programme des JPC 2019 et les grands sujets qui y seront abordés.

UNA MTPI : nouveaux DTU, CEE, poids des plaques


Les JPC seront l’occasion pour l'UNA MTPI de présenter trois nouveaux DTU. Participant aux commissions qui élaborent les textes réglementaires, l'UNA a travaillé à la rédaction du DTU 58.1 (Plafonds suspendus), en cours de finalisation, et à la relecture des NF DTU 45.11 (Isolation des bâtiments par soufflage d’isolants) et NF DTU 45.10 (Isolation des bâtiments par des produits manufacturés). Elle a également présidé deux groupes spécialisés (GS) du CSTB qui délivrent les avis techniques, GS 9 (Cloisons, doublages, plafonds) et GS 20 (Procédés spéciaux d’isolation).

Autre sujet d’actualité abordé, le dispositif des Certificats d’économie d’énergie (CEE) pour les travaux d’isolation, qui rapporte des primes aux artisans et à leurs clients. Pour accompagner ces offres, la page CEE du site de la Capeb a été refondue, avec une vidéo explicative, de nouvelles rubriques et des simulateurs de primes des partenaires Capeb (Total, Butagaz, EDF).

Troisième point, l’action engagée sur la réduction des poids des plaques de plâtre. L’objectif de l’UNA MTPI : qu’elles soient vendues par demi-plaques, de 125 ou 150 cm de hauteur. Une étude métier est en cours avec l’OPPBTP. Pour David Morales, le sujet est primordial : « il faut continuer à interpeler les industriels à ce propos, et poursuivre le cheminement administratif. La bonne solution serait que la réglementation interdise les plaques supérieures à un certain poids. »

UNA PVR : RSE, gestion des déchets, partenariats


L’UNA PVR et son président J.-J. Châtelain sont particulièrement impliqués dans les travaux liés à la Responsabilité sociale des entreprises (RSE). Reposant sur le développement économique, le respect environnemental et la responsabilité sociétale, la RSE concerne les sujets de la santé-sécurité ou des ressources humaines. Et elle n’est pas l’apanage des grandes entreprises. Pour J.-J. Châtelain, « il s’agit d’un partage de bonnes pratiques sans obligation, ni titre ni médaille à la fin… Une entreprise artisanale peut tout à fait avoir une démarche RSE à son niveau ».

Travailler en sécurité, favoriser le bien-être des salariés, bien gérer ses déchets, l’UNA veut valoriser cet état d’esprit auprès des entreprises artisanales. Sur le thème des déchets, J.-J. Châtelain note « qu’un coup d’accélérateur a été donné il y a 3-4 ans sur le sujet. Et tout a changé. Nous travaillons notamment avec Ecodrop, une entreprise très dynamique qui propose ses services aux artisans. » L’UNA PVR incite par ailleurs les chefs d’entreprises à signer la charte de bonne conduite sur la gestion des déchets du bâtiment, sur le site artisanengagesdechets.capeb.fr.

Autre action forte, la mise en place de partenariats avec des industriels, dans un but surtout technique et préventif. Ainsi, des liens tissés avec PPG, Uzin, Singer Safety ou Wurth ont abouti à des collaborations avec l’Iris-ST et des artisans de Capeb départementales, autour de campagnes de tests de produits, d’équipements ou de vêtements non encore mis sur le marché. Ces actions se sont révélées motrices pour la redynamisation de la filière locale.

L’interface entre métiers, un sujet polémique


Au-delà de ces dossiers programmés aux JPC, David Morales et J.-J. Châtelain sont revenus sur un sujet de débat récurrent, l’interface entre les corps de métiers. « C’est un vieux combat, souligne J.-J. Châtelain. Le DTU est clair et bien fait mais il ne résout pas le problème. Souvent quand le peintre réceptionne le travail du plaquiste, les bandes ne sont pas bien posées et cloquent. Le peintre doit les arracher et les refaire. Le client doit alors payer deux fois. On soulève ce problème depuis 20 ans, mais nous allons maintenant rédiger ensemble un petit fascicule de bonnes pratiques sur le travail du support. »

David Morales soutient quant à lui « qu'il y a un problème de tolérances dans les différents DTU, qui se traduit en incohérences sur le terrain. Il y a 5-6 ans, toutes les UNA ont travaillé sur les interfaces entre chaque métier et sur ce qu’il fallait faire évoluer dans les DTU pour que ce soit plus cohérent. L'exemple le plus frappant pour nous était la différence entre les tolérances du maçon pour un encadrement de fenêtre, et celles du menuisier, qui étaient moins importantes. » Et J.-J. Châtelain d'ajouter, « les nouveaux produits viennent aussi complexifier le problème. Les menuisiers travaillent désormais avec du joint silicone, préconisé dans leur DTU. Or, nous peintres, ne pouvons pas peindre sur un joint silicone… »

Un point sur lequel les deux présidents sont d’accord, c’est qu’il y a un vrai manque de dialogue à tous les niveaux. « Pour commencer, les industriels devraient communiquer entre eux quand ils développent de nouveaux produits » note J.-J. Châtelain. « Et sur le chantier, ajoute David Morales, les corps de métiers doivent échanger, se côtoyer, travailler ensemble, savoir ce que font les uns et les autres, pour que tous puissent travailler correctement. »

Commentaires

Peintres et plaquistes échangent avant les Journées de la Construction

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur