Environnement

Pavillons bleus en baisse

Mots clés : Association et mouvement associatif - Tourisme

Cent neuf communes françaises et 83 ports de plaisance hisseront cette année le « Pavillon Bleu », en baisse par rapport aux 126 communes et 85 ports distingués en 2001, selon le palmarès publié par la Fondation pour l’éducation à l’environnement en Europe (FEEE).
Moins de communes lauréates, et encore moins de plages: 288 plages arboreront le Pavillon Bleu, contre 425 plages en 2001. Le label englobe pourtant pour la première fois toute la France, y compris à l’intérieur des terres: huit communes et deux ports continentaux, situés au bord de lacs ou plans d’eau arboreront cette année le pavillon symbole de la qualité de la gestion de l’environnement.

Douzy (Ardennes), Carcassonne (Aude), ou encore Montsauche-les-Settons (Nièvre) n’auront plus rien à envier à Sainte-Maxime (Var), ou La Rochelle (Charente-Maritime), selon le palmarès décerné par l’association européenne. Le Pavillon Bleu récompense depuis quine ans la qualité des eaux de baignade mais aussi la gestion globale de l’environnement: assainissement, déchets, actions d’éducation à l’environnement.
La sélection a été particulièrement rigoureuse cette année, puisque seulement 44% des communes candidates ont décroché leur pavillon bleu, contre 66% en 2001. Certaines sont recalées pour n’avoir pas mis à niveau dans les temps leurs installation d’assainissement des eaux conformément à la directive européenne sur les eaux résiduaires urbaines.

Après une année noire en 2000, à la suite du naufrage de l’Erika, puis une baisse des candidatures en 2001, 2002 est toutefois marquée par une plus forte participation. Deux cent-cinquante communes étaient candidates cette année, dont cinquante-huit communes continentales admises pour la première fois, contre 189 communes littorales l’an dernier.
Ce regain d’intérêt est le bienvenu pour la Fédération qui organise les Pavillons Bleus, alors qu’un vent de contestation souffle en France. L’association nationale des maires des stations classées et communes touristiques (ANMSCCT), menée par le maire de Biarritz Didier Borotra (UDF), réclame un label indépendant de qualité des eaux au niveau national. Il est suivi par plusieurs maires de communes balnéaires importantes comme Deauville, Cabourg, Perros-Guirec, Les Sables d’Olonne, Saint-Tropez etc.

Bernard Mantienne, président du comité français des Pavillons Bleus, rétorque que le Pavillon Bleu sanctionne non seulement la qualité des eaux, mesurée par l’administration, mais aussi l’ensemble de la gestion de l’environnement.
L’enjeu est de taille pour les municipalités: les Pavillons Bleus sont très suivis à l’étranger par les touristes, notamment dans le Nord de l’Europe, qui en font un critère de choix de leur destination de vacances. Chaque année, la publication des Pavillons Bleus et des Pavillons Noirs concurrents, distribués par l’association de surfeurs Surfrider donnent lieu à de multiples contestations.

L’an dernier, plusieurs communes s’étaient vues décerner ces deux Pavillons à la fois, à quelques jours d’intervalle, comme Canet dans Le Roussillon, Tarnos (Landes) ou Saint-Brévin (Loire-Atlantique), toutes titulaires du Pavillon Bleu 2002.
Cette année, les Pavillons Bleus ont pris une longueur d’avance en publiant leur palmarès un bon mois avant leur concurrent. Les Pavillons Noirs seront attribués le 25 juin, selon l’association Surfrider.

Focus

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X