Industrie/Négoce

Paul Hälg, le président de Sika, appelle ses actionnaires à refuser la prise de contrôle de Saint-Gobain

Mots clés : Concurrence - Gestion de l'entreprise - Industriels du BTP

Alors que le chimiste suisse affiche en ce début d’année d’excellents résultats financiers, Paul Hälg, son président, refuse une nouvelle fois de céder une partie du capital détenue par la famille héritière Burkard (16%) à Saint-Gobain.

 

Sika n’a pas besoin de Saint-Gobain et il le fait savoir. A l’occasion de l’assemblée générale annuelle du géant suisse qui s’est tenue le 18 avril, Paul Hälg, le président de Sika, a appelé une nouvelle fois ses actionnaires à refuser l’offre de prise de contrôle du géant français des matériaux. Pour éviter de tomber dans l’escarcelle de son concurrent français, le conseil d’administration de Sika a recouru pour la quatrième fois à la même stratégie : il a limité les droits de vote de la famille fondatrice Burkard, réunie au sein de la holding SWH, à 5% de ses actions nominatives.

 

Saint-Gobain dispensé d’OPA

 

Le feuilleton Saint-Gobain vs Sika remonte à 2014. Un accord de cession passé avec la famille héritière Burkard a permis à Saint-Gobain de prendre le contrôle d’une partie du capital (16%), moyennant 2,3 milliards d’euros. Un accord rendu possible par la décision du tribunal fédéral administratif suisse de dispenser l’industriel français de lancer une offre publique d’achat sur Sika. Mais la direction du chimiste suisse et plusieurs de ses actionnaires ont multiplié les recours devant la justice pour empêcher la mise en œuvre de ce contrat qui s’achève fin juin mais qui pourrait être prolongé.

Au début de l’année, la famille Burkard, héritière de la société Sika et représentée par la holding Schenker-Winkler (SWH), avait exprimé son intention de conclure un nouveau contrat avec Saint-Gobain pour vendre au groupe français la majorité de ses droits de vote dans le chimiste du bâtiment. Le contrat qui lie Saint-Gobain et SWH doit s’achever cette année, mais la décision de justice concernant l’affaire ne sera prononcée qu’en 2019. 

 

Chiffre d’affaires en hausse

 

Ce nouveau raffut intervient dans une période de forte croissance chez Sika qui a enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 11% au trimestre 2018. Dans la région EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique), les ventes du spécialiste des colles et des produits d’étanchéité ont progressé de 10,2%. Au début de l’année 2018, Sika a renforcé sa gamme de solutions étanchéité avec l’acquisition d’Index, l’un des principaux fabricants italiens en la matière

Sur le continent américain, le groupe suisse s’est montré très actif (+12,2%), notamment au Mexique et en Argentine, deux marchés très porteurs. Dans la région Asie/Pacifique, Sika a réalisé de bons résultats en Inde, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Au Vietnam, une installation moderne de fabrication de mortiers a été mise en exploitation sur le site de production de Bac Ninh à côté des installations préexistantes de production d’adjuvants pour béton.

Pour 2018, la dynamique de croissance devrait se poursuivre avec l’ouverture de 8 nouvelles usines et la création de nouvelles filiales. Sika anticipe une croissance de ses bénéfices et espère atteindre un chiffre d’affaires de CHF 7 milliards (5,83 Mds €).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X