Paul Duphil :
Interview

Paul Duphil : "Nous avons besoin d'organiser de nouvelles conditions de travail"

Pierre Pichère |  le 20/03/2020  |  Vie du BTPBâtimentEntreprisesOPPBTPSanté-sécurité BTP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Vie du BTP
Bâtiment
Entreprises
OPPBTP
Santé-sécurité BTP
Santé au travail
Artisan santé-sécurité
Coronavirus
France
Paul Duphil
Valider

Le directeur de l'organisme de prévention ne se prononce pas pour l'arrêt des chantiers mais pose comme préalable à leur poursuite, l'organisation des conditions de sécurité et d'hygiène nécessaires/

Quel regard portez-vous sur la situation actuelle, où les entreprises de BTP ne savent plus ce qu’elles doivent faire ?

Nous assistons à une injonction pour le moins contradictoire. D’un côté, Emmanuel Macron demande aux Français de rester chez eux. Mais de l’autre, le Gouvernement appelle à la reprise du travail pour les entreprises du BTP. Or, la question centrale qui est posée est celle de la capacité des entreprises à assurer de bonnes conditions sanitaires sur les chantiers, mais aussi dans les locaux des entreprises. L’OPPBTP réaffirme que si les conditions sanitaires strictes ne sont pas remplies, il ne faut pas poursuivre l’activité.

Quelles sont ces conditions sanitaires, et en quoi posent-elles un problème spécifique pour le BTP ?

L’Etat les a édictées et rappelées de manière générale : se laver les mains, tousser dans ses coudes, respecter une distance d’au moins 1 m entre les personnes, mais aussi désinfecter et décontaminer un certain nombre de surfaces.  Or, nous savons que les installations d’hygiène ne sont pas toujours à disposition en quantité suffisante sur les chantiers. Par ailleurs, beaucoup d’interventions sur le chantier s’effectuent à plusieurs compagnons et à faible distance, soit parce que les règles de l’art l’exigent, soit parce que les habitudes ont été prises ainsi.

Il faut aussi mettre en avant les difficultés liées à la désinfection des surfaces. Les matériels portatifs, par exemple, sont très souvent partagés. Imaginer qu’on va pouvoir les désinfecter en permanence est illusoire ! Quant au lavage des mains, je ne sais toujours pas, à ce jour, où acheter du gel hydroalcoolique…

Le BTP doit donc s’arrêter ?

Je ne dis pas cela, je pense qu’il faut distinguer deux situations. D’une part, il faut rapidement déterminer comment accompagner les entreprises qui effectuent des interventions d’urgence. La santé, la distribution, les transports ont besoin du BTP pour faire face à une panne ou à une opération de maintenance. D’autre part, est posée la question de la reprise partielle ou totale d’activité des entreprises du BTP.  Pour cela, nous avons besoin de nous organiser pour mettre en route des conditions nouvelles de travail.

L’OPPTBP a-t-il déjà diffusé des conseils ? En avez-vous en préparation ?

Nous avons démarré la semaine dernière et au début de cette semaine. Nous étions alors encore autour du maintien d’activité. A partir de mardi, nous avons réorienté notre message, pour mettre en avant que si les conditions sanitaires ne sont pas remplies, il faut arrêter l’opération, l’activité, voire l’entreprise. Cela vaut non seulement pour la lutte contre le Covid-19, mais aussi pour d’éventuelles conditions de travail dégradées du fait de l’absence d’un collègue, d’un confrère, d’un sous-traitant, en lien avec les risques traditionnels du BTP.

Les conseillers de l’OPPBTP, qui sont des professionnels du secteur, sont à disposition des entreprises pour répondre à toutes les questions auxquelles ils peuvent répondre, parfois même au-delà des sujets de prévention. D’ici ce soir, nous proposerons aux TPE et aux PME un premier document pour les aider à travailler leur plan de continuité de l’entreprise, et voir ce qu’elles arrêtent et ce qu’elles maintiennent.

D’ici ce soir également, nous diffuserons des recommandations générales et globales pour faire face au mieux aux consignes sanitaires. Notre affiche BTP sera complétée par les consignes relatives au bureau, au dépôt, au véhicule, à l’utilisation des matériels… Nous y intégrerons aussi des éléments sur l’usage des bases-vies et des bungalows pour limiter les risques sur les personnels de chantier.

Dans un deuxième temps, nous diffuserons des recommandations spécifiques par métier sur les activités d’urgence.

Commentaires

Paul Duphil : "Nous avons besoin d'organiser de nouvelles conditions de travail"

Votre e-mail ne sera pas publié

RSH

20/03/2020 13h:11

Voilà un message, claire , concis d'un organisme facilitateur et pourquoi pas réconciliateur ?Il faut limiter la casse économique avec un sens aigu du civisme, car ce sont les salariés et leurs employeurs qui la paieront, L'état n'a pas d'argent à part le notre et comme on trouve qu'il en prend déjà beaucoup, on ne peut pas se plaindre d'un coté quant il fait tout pour en prendre moins et hurler quand il viendra prendre le cout de ce virus . Rappelons quand même que le taux de mortalité avec le COVIT 19 est calculé à travers le recensement de ceux que l'on dépiste et que la grippe elle est calculée sans recensement, toutefois avec un chiffre de 8500 morts environ sur 4 à 6 mois, soit bien plus que le virus, on est bien au dessus du covit 19. Donc le plus problématique est la surcharge des hôpitaux qui font leur boulot, pour autant on ne va tout de même pas raisonner sur les moyens nécessaires en temps de crise pour dimensionner les budgets courants...Il faudra un jour que les français apprennent le fonctionnement de l'économie et n'oublient pas que tout ce qu'il réclament ce sont eux qui le paient ensuite ...A force de ne plus accepter la fatalité , nous détruisons notre quotidien sous des pressions politicardes et syndicales... la vraie écologie est de mesurer que nous ne sommes que de passage pour une durée variable , mais qu'à force de vouloir tout éviter , on ne vit plus AU QUOTIDIEN ! Donc prévenir c'est guérir, mais l'excès de prévention tue tout , y compris l'enthousiasme , raison pour laquelle les sociétés civilisées qui ont tout, se plaignent constamment !Celui qui s'exprime n'est pas un pauvre type insensible il a perdu 30% de sa famille(3 personnes) en quelques mois, et comme tous ceux dans son cas, il connait la vraie valeur de la vraie vie ! celle de tous les jours , alors cessons de gémir et trouvons des solutions avec l'OPPBTP ....

1 réponse

CSPS 73

23/03/2020 00h:15

Il n'est pas l'heure des longs discours et des tergiversations de salon ! La seule et unique mesure de prévention à cet instant est l'arrêt de TOUS les chantiers.

Votre e-mail ne sera pas publié

soccorez

20/03/2020 17h:27

difficile voire impossible de respecter les distances de "sécurité" sur un échafaudage de 4ml de long quand on est 4! de plus nous passons l'electroportatif de l'un à l'autre.Enfin, nous pensions changer de chantier mais enfants et parents(clients) en confinement et il est peu prudent d'avoir des enfants un peu turbulents(du au confinement) de plus jusque là tous nos fournisseurs ont fermé boutique. merci de relayer à notre cher ministre qui ne doit pas savoir ce que c'est que les contraintes du bâtiment. S'il n'a pas peur il peut venir passer une journée avec nous nous reprendrons volontiers en sa compagnie bien qu'il faille RESPECTER LE CONFINEMENT!!!! Attention qu'il se fasse diagnostiquer avant merci

Votre e-mail ne sera pas publié

CSPS 73

22/03/2020 23h:56

On attend d'un responsable de l'OPPBTP une position claire et sans ambiguïté. Alors que le pic d'épidémie n'est pas encore atteint. Il n'y a pas a demander une analyse ou un quelconque avis pour se positionner ! Le devoir de précaution devrait s'imposer a Paul DUPHIL comme à d'autres supposés décideurs : à l'heure actuel tous les chantiers de BTP doivent stopper leurs activités !

Votre e-mail ne sera pas publié

SANSON

23/03/2020 07h:55

Quelles mesures pour les salariés intérimaires ? Ils sont très nombreux dans le monde du BTP. Qui va les équiper et veiller à leur santé et sécurité ? Quand la sécurité sera assurée sur les chantiers comment tous ces ouvriers et compagnons viendront travailler en sécurité ? Distanciation sociale dans les transports en commun ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Vince44230

25/03/2020 09h:45

Il est complètement inconscient de faire reprendre l'ensemble du BTP Ce matin l'annonce est faite ! Prolongation de la durée de confinement jusqu'à fun avril !!!Rester chez vous clame le monde de la santé !!!! Il vous voulez nous envoyer sur lz terrain avzc nos équipe ???? Honte à vous !! On pourrait même qualifier ça de génocide !!!Si ce virus n'est pas si dangereux envoyé donc tout le monde au travail ! Et nous suivront avec grand plaisir car et oui contrairement a ce qu'a dit la belle ministre du travail nius sommes loin d'être des fainéant !!!!!Mais bon l'argent passe avant le reste... Le président nous a dit c'est lez moment de revenir a l'essentiel ??? Excellent.... On a rien compris finalement rien retenu de cette crise qui n'est pas terminée.....Bon courage a vous on attends la décision

Votre e-mail ne sera pas publié

Mr SDEO

26/03/2020 14h:29

Bonjour les coordinateurs SPS sont t'ils bien informés sur les modalités de précaution

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur