En direct

Paul Andreu, le bâtisseur et le poète
L’architecte et ingénieur Paul Andreu (1938-2018). - © HANNAH ASSOULINE / OPALE / LEEMAGE
Disparition

Paul Andreu, le bâtisseur et le poète

Marie-Douce Albert |  le 26/10/2018  |  CultureAéroportArchitectes

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Culture
Aéroport
Architectes
Valider

Disparition -

En équilibre entre l'air et l'art, l'ingénieur et architecte a conçu nombre d'aéroports et de lieux de culture.

Paul Andreu était de la caste des grands bâtisseurs, de cette génération de constructeurs missionnés pour moderniser une France encore dopée au progrès des Trente Glorieuses. L'architecte et ingénieur qui s'est éteint le jeudi 11 octobre à Paris, à l'âge de 80 ans, avait surtout su mettre l'excellence technique au service de la création.

Devenir architecte n'a pas été une voie toute tracée pour ce garçon né le 10 juillet 1938 à Bordeaux. Mais il était bon en mathématiques, matière que son père enseignait, et son parcours académique l'a mené à Paris, au lycée Louis-le-Grand, à Polytechnique, puis à l'Ecole nationale des ponts et chaussées et… aux Beaux-Arts dont il fut diplômé en 1968. Parce qu'il avait croisé ici et là « des physiciens amers » et « des peintres passionnants », il décida d'être à la fois ingénieur et architecte. Paul Andreu rejoignit alors un fleuron de l'époque, Aéroports de Paris (ADP). Il n'avait que 36 ans à la fin de son premier chantier en 1974, le terminal 1 de Roissy-Charles-de-Gaulle et son mythique anneau de béton serti de satellites.

Parasols de béton. Dès lors, il a consacré l'essentiel de sa carrière à concevoir une nouvelle génération d'aérogares, capables d'accueillir les avions gros porteurs et d'absorber les débuts du tourisme de masse. Directeur de l'architecture et de l'ingénierie d'ADP de 1979 à 2003, il a exporté ce savoir-faire à travers le monde, à Abu Dhabi, à Jakarta, au Caire… A Roissy, l'essentiel des édifices porte sa signature : les parasols de béton de la gare RER, le château d'eau et, évidemment, les terminaux du deuxième pôle. En 2003, le dernier mis en service, Roissy 2E, fut salué pour sa grande qualité architecturale. Mais l'effondrement d'une partie du bâtiment et la mort de quatre personnes, quelques mois plus tard, devaient rester comme une blessure profonde pour l'architecte.

L'art fut l'autre grand sujet de Paul Andreu, qui a construit nombre de musées et de centres culturels, en particulier en Chine. A Shanghai, il a fait éclore une fleur de verre dont les pétales enveloppent les salles de spectacles de l'Oriental Art Center, en 2004. Trois ans plus tard à Pékin, juste à côté de la place Tian'anmen, une gigantesque bulle de titane flottant sur un plan d'eau accueillait le Grand théâtre national. Choix spectaculaire, mais sujet de querelles stylistiques tant la silhouette paraissait si peu traditionnelle. Paul Andreu assumait son choix « instinctif » : « L'opéra est un bâtiment pour Pékin et pour nulle part ailleurs. Il est chinois car il correspond à ce XXIe siècle et à ses grandes ambitions. »

« Désir de comprendre le monde ». Le bâtisseur revendiquait son droit à l'invention et à la poésie. Paul Andreu était donc architecte et ingénieur, il fut aussi artiste peintre et écrivain. « Tous les modes de création ont une origine commune : le désir de comprendre le monde », assurait-il en janvier 2016 alors qu'il était élevé à la dignité de grand-croix de l'ordre national du Mérite. Il avait alors précisé, en se référant aux fondements du taoïsme : « Tout compte fait, rien d'autre n'est important pour moi que le développement du chemin. Son début et sa fin ne sont que des détails. »

PHOTO - 15588_934560_k3_k1_2178776.jpg
Les cinq lobes de verre de l’Oriental Art Center de Shanghai enveloppent des salles de spectacle et laissent transparaître leurs parois en écailles de céramique, vernissée selon des techniques ancestrales. - © ERICK SAILLET / PHOTONONSTOP / AFP
PHOTO - 15588_934560_k4_k1_2178777.jpg
A Roissy 1, les tubes de Plexiglas des travelators sont devenus le décor des plus célèbres chassés-croisés du cinéma français. - © PAUL ALMASY / AKG-IMAGES
PHOTO - 15588_934560_k5_k1_2178778.jpg
En 1974, Paul Andreu invente, avec le cylindre de béton de 200 m de diamètre de Roissy 1, une nouvelle architecture d’aéroport. - © PHILIPPE GUIGNARD / AIR-IMAGES

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur