En direct

Passation des marchés publics de maîtrise d’œuvre

le 08/08/2008

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Valider

Réponse ministérielle du 8 juillet 2008 - Ministère de l’Économie, de l’industrie et de l’emploi QE n° 20441 du 08/04/2008 - Réponse JO Assemblée nationale du 08/07/2008

Question : M. Bernard Derosier attire l’attention de Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi sur l’application de la loi relative à la simplification du droit au sujet des avenants aux marchés de maîtrise d’œuvre. L’article 8 de la loi n° 95-127 du 8 février 1995 relative aux marchés publics et aux délégations de service public dispose que : « Tout projet d’avenant à un marché de travaux, de fournitures ou de services entraînant une augmentation du montant global supérieure à 5 % est soumis pour avis à la commission d’appel d’offres. L’assemblée délibérante qui statue sur le projet d’avenant est préalablement informée de cet avis ». L’article 19 de la loi n° 2007-1787 du 20 décembre 2007 relative à la simplification du droit complète cet article 8 précité par un alinéa ainsi rédigé : « Toutefois, ces dispositions ne sont pas applicables lorsque ces avenants concernent des marchés qui, conformément aux dispositions du code des marchés publics, n’ont pas été soumis eux-mêmes à cet avis ». Si cette disposition vise à faciliter la passation d’avenants aux marchés à procédure adaptée, elle n’est pas sans poser de difficultés pour les avenants aux marchés de maîtrise d’œuvre passés selon une procédure formalisée. Les marchés de maîtrise d’œuvre des collectivités territoriales sont en effet attribués par l’assemblée délibérante, après avis d’un jury de concours dans le cadre d’une procédure de concours, ou de la commission d’appel d’offres composée en jury, dans le cadre d’une procédure d’appel d’offres. Ces marchés de maîtrise d’œuvre ne sont pas soumis pour avis à la commission d’appel d’offres stricto sensu. En conséquence, tout projet d’avenant à un marché de maîtrise d’œuvre entraînant une augmentation de son montant supérieure à 5 % ne devrait pas à être soumis pour avis à la commission d’appel d’offres. Il lui demande ainsi de bien vouloir préciser si la disposition complémentaire de simplification de passation des avenants est applicable dans le cas spécifique des marchés de maîtrise d’œuvre.

Réponse : La passation des marchés publics de maîtrise d’œuvre obéit à un régime spécifique fixé par l’article 74 du code des marchés publics. Les dispositions de cet article prévoient notamment que les marchés de maîtrise d’œuvre d’un montant supérieur aux seuils communautaires sont passés selon la procédure du concours ou, lorsque le concours n’est pas obligatoire, selon la procédure d’appel d’offres ou la procédure négociée après publicité et mise en concurrence préalable.

Ainsi, les marchés de maîtrise d’œuvre passés selon une procédure formalisée sont soumis pour avis, soit à un jury (concours ou procédure négociée), soit à une commission d’appel d’offres composée en jury (appel d’offres).

Si l’article 19 de la loi n° 2007-1787 du 20 décembre 2007 relative à la simplification du droit a modifié l’article 8 de la loi n° 95-127 du 8 février 1995 en disposant désormais que les avenants aux marchés publics, qui n’ont pas été soumis à la commission d’appel d’offres, ne sont pas eux-mêmes soumis à cet avis, il ressort de la lecture des travaux préparatoires de ce texte que cette disposition a uniquement pour but, de faciliter la passation des avenants des marchés passés, selon une procédure adaptée et non de faire également échapper à l’avis de la commission d’appel d’offres l’ensemble des avenants aux marchés de maîtrise d’œuvre.

Ainsi, les avenants aux marchés de maîtrise d’œuvre passés selon une procédure formalisée doivent être soumis à l’avis de la commission d’appel d’offres dès lors qu’ils entraînent une augmentation du montant global du marché supérieure à 5 %. La circonstance selon laquelle les marchés de maîtrise d’œuvre ont été soumis à l’avis d’un jury ou d’une commission d’appel d’offres spécifique n’est pas de nature à les faire échapper à cet avis.

RÉFÉRENCES

Loi n° 2007-1787 du 20 décembre 2007textes officiels du 28 décembre 2007 p. 2

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur