Immobilier

Pascale Poirot (Unam) défenseuse des zones détendues

Lors de ses vœux, Pascale Poirot, présidente de l’Union nationale des aménageurs, a milité contre « l’abandon » des territoires détendus et pour la création d’un permis d’aménager multi-site destiné aux centres urbains.

Parmi les vœux de Pascale Poirot, la présidente de l’Union nationale des aménageurs (Unam), il y a celui « de mobiliser les investisseurs et les opérateurs » sur les territoires dits détendus « qui ne méritent certainement pas d’être abandonnés », a-t-elle lancé jeudi 18 janvier, à l’occasion des vœux de l’Unam.

Pour y parvenir, cette dernière préconise de débloquer largement du foncier en exonérant les particuliers de plus-values sur les cessions de terrains dans « les centre-bourgs de moins 20 000 habitants qui ne sont pas aujourd’hui concernées par le plan de revitalisation des villes moyennes ».

 

Vers un permis d’aménager multi-site ?

 

En outre, Pascale Poirot défend plusieurs mesures, comme la création du Conseil National du Cadre de vie «  qui, à l’instar du Conseil National de la Construction, pourrait évaluer l’impact de toute nouvelle règle ou norme en matière de planification et d’urbanisme opérationnel afin d’assurer le développement d’une approche globale de la production de logements en intégrant la dimension urbaine des projets ».

Les équipes de la présidente de l’Unam travaillent notamment, à l’articulation « plus efficace entre les PLH et les PLU afin que les objectifs des premiers soient bien traduits dans les seconds », à la création d’un permis d’aménager multi-sites « qui permettrait un réaménagement cohérent des centres urbains sur des terrains non contigus », ou encore à « l’allègement des contraintes juridiques qui pèsent sur la ZAC et sur le permis d’aménager ».

 

Développer la maquette numérique de territoires

 

En 2018, l’Unam planchera sur le numérique et le développement de maquette numérique de territoires. Autre sujet : l’éco-aménagement. Pour Pascale Poirot, cela passe par la déclinaison du « label Éco-Quartier du ministère de la Cohésion des territoires à l’échelle de nos opérations » et sur l’optimisation du « coût global des systèmes mix-énergétiques retenus sur chaque opération d’aménagement dans une logique bas carbone ».

Enfin, l’Unam lancera – « avec le soutien espéré du ministère » – un appel à projets pour développer une opération d’aménagement exemplaire. Objectif : « montrer notre capacité et notre volonté d’innover ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X