En direct

« Pas touche aux maires ! »

Propos recueillis par Nathalie Moutarde |  le 20/07/2018  |  FormationGrand ParisUrbanismeParisEtat

Entretien avec Roland Castro, architecte-urbaniste. -

En mai dernier, Emmanuel Macron a chargé Roland Castro d'une mission de réflexion sur le Grand Paris.

Vous devez rendre vos propositions le 31 juillet. Trois mois pour une telle mission : le délai n'est-il pas trop court ?

Le délai est court mais je réfléchis à cette question depuis trente-cinq ans. Le projet du Grand Paris que j'ai imaginé avec Michel Cantal-Dupart date du 26 juillet 1983. Ce jour-là, j'ai emmené le président de la République, François Mitterrand, visiter la ligne des forts de l'Est parisien, la cité des 4000 à La Courneuve et la cité-jardin de la Butte Rouge à Châtenay-Malabry. A cette occasion, nous avons réalisé la première esquisse du Grand Paris. Elle s'inscrivait dans l'esprit de ce que je veux raconter. Elle reflétait déjà cette manière de réfléchir en s'affranchissant des questions administratives et en s'appuyant sur les émergences (les points de repère dans le paysage), la géographie, les grands événements (les lieux symboliques)… Aujourd'hui, je revisite cette manière de penser.

Quelle est, plus précisément, la commande d'Emmanuel Macron ?

Comme l'indique le président de la République dans sa lettre, il ne s'agit pas « d'écrire » un projet. Le chef de l'Etat me demande de proposer une vision du Grand Paris, que je préfère appeler Paris en Grand, qui permettra de nourrir la réflexion sur la gouvernance. Ce sont les futures décisions en matière de gouvernance qui lanceront le projet.

Quelle devrait être, selon vous, la gouvernance de Paris en Grand ?

Aujourd'hui, l'échelon qui fonctionne le mieux, c'est celui des maires, même s'il faut faire attention au communautarisme et à l'électoralisme. Pour l'instant, je ne peux répondre qu'une seule chose : pas touche aux maires !

PHOTO - 14102_856113_k2_k1_2012446.jpg
PHOTO - 14102_856113_k2_k1_2012446.jpg

Votre lettre de mission évoque l'urbanité.

Comment la définissez-vous ?

L'urbanité, c'est la politesse urbaine et le rapport à l'autre. Je prétends que lorsque l'on voit les boîtes commerciales à l'entrée des villes, on ne sent pas le rapport à l'autre.

Avec d'autres confrères, nous sommes tombés d'accord sur l'idée de créer une école mondiale de l'urbanité.

Il est aussi question de construire une métropole durable, connectée, attractive, rayonnante.

Est-ce conciliable avec le droit à l'urbanité ?

Je tente d'expliquer que nous ne sommes pas obligés d'opposer le développement économique et le rayonnement mondial avec le droit à l'urbanité pour tous. La Défense constitue de ce point de vue-là le contre-exemple. Elle est devenue un pôle mondial extrêmement important. Néanmoins, pendant des années, elle n'a rien produit autour d'elle. A l'arrière du quartier d'affaires, on trouve toujours de grands ensembles qui vont mal. Il faut des lieux de rayonnement mondiaux mais ils doivent être profitables à tous. Je veux montrer qu'en fait on peut construire une métropole dans laquelle chacun retrouve le bonheur d'habiter.

Comment y parvenir ?

La question métropolitaine se résume quelque part à cela : le souhait d'habiter un village. Près de 70 % des Franciliens disent vouloir quitter l'Ile-de-France à moins d'habiter un village, c'est-à-dire un quartier digne, qui leur fait honneur, où leurs enfants pourront bénéficier des meilleures écoles, où ils pourront cultiver leur jardin… En même temps, ils trouvent formidable d'habiter dans une métropole. Car c'est un immense lieu de voyages avec plein d'ailleurs possibles.

 

Commentaires

« Pas touche aux maires ! »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur