Etat et collectivités

« Pas de fusion des régions ! » promet le gouvernement

Avant même l’ouverture, début janvier, du chantier de la réforme des administrations locales promis par Nicolas Sarkozy, le débat est lancé. Un objectif : diminuer le nombre d’échelons territoriaux. Une certitude : le modèle des Länder allemand ne verra pas je jour en France.

Dans une interview au quotidien « Le Figaro » du 1er octobre, le président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale, Jean-François Copé appelle de ses vœux une fusion région-départements : « Il faut un véritable big bang du redécoupage des compétences pour rendre l’action économique plus claire » affirme le maire de Meaux, jugeant celle-ci désormais illisible.  » Pourquoi les régions s’occupent-elles des lycées et les départements des collèges? Cela n’a plus de sens », affirme-t-il, en annonçant la constitution sur ce point d’un groupe de travail incluant députés et sénateurs de la majorité. Et de poursuivre: « Si on veut aller jusqu’au bout, il faut reporter à 2011 les élections régionales car nous ne serons pas prêts en 2010 ».

Taxe professionnelle
Interrogé le même jour par « Les Echos », François Fillon se dit, lui, « à titre personnel » favorable depuis longtemps à un rapprochement entre les départements et les régions, tout en refusant ce qui pourrait être considéré comme un manœuvre électorale. Sur la réforme de la taxe professionnelle, le Premier ministre reconnaît qu’il faudra plus de temps que prévu pour laisser toute sa place à la concertation avec les élus de tous bords.
Rappelons que dans son discours de Toulon du 25 septembre, le chef de l’Etat, tout en annonçant que de nouveaux investissements seraient exonérés de la taxe professionnelle, avait lié cette réforme à celle de l’organisation territoriale, dont le chantier devrait s’ouvrir dès janvier.
Mais la réforme n’ira pas jusqu’à un regroupement des régions. En annonçant que certaines régions pourraient fusionner pour donner naissance à des Länder, « Le Figaro » de ce jour s’est attiré un démenti formel d’Alain Marleix, secrétaire d’Etat aux Collectivités territoriales, précisant que « cela n’est absolument pas à l’ordre du jour ».

Josette Dequéant

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X