En direct

Pas de dérogation à l'accessibilité des handicapés moteurs
PHOTO - 278305.HR.jpg - © Tohier/Photomobile/Andia.fr
Evénement

Pas de dérogation à l'accessibilité des handicapés moteurs

C. E. - |  le 08/01/2010  |  AccessibilitéRéglementationEtatJurisprudence

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Accessibilité
Réglementation
Etat
Jurisprudence
Valider
Bâtiments neufs -

Dans sa décision 2009-600/DC du 29 décembre 2009, le Conseil constitutionnel a censuré l'article 53 de la loi de finances rectificative, qui introduisait des dérogations au principe d'accessibilité des bâtiments neufs pour les handicapés moteurs. Cet article devait permettre de déroger aux règles d'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite dans certains immeubles neufs, « en cas d'impossibilité technique résultant de l'environnement du bâtiment ». Pour le Conseil, une telle disposition ne trouve pas « sa place dans une loi de finances en application de la loi organique du 1 er août 2001 ».
C'est à la suite d'un arrêt du Conseil d'Etat, rendu le 21 juillet 2009 à la requête de l'Association nationale pour l'intégration des handicapés moteurs (Anpihm), que cette disposition avait été introduite. Cet arrêt avait, en effet, annulé les dérogations à l'accessibilité des bâtiments neufs prévues par le décret d'application de la loi du 11 février 2005 sur le handicap. Le Conseil d'Etat avait ainsi jugé qu'étaient entachés d'illégalité les articles R.111-18-3 et R.111-18-7, respectivement pour l'habitat collectif et pour les maisons individuelles, dans la mesure où ces articles autorisaient « d'autres dérogations que celles dont la loi a admis la possibilité ». Il en était de même pour l'article R.111-19-6 relatif aux établissements recevant du public (ERP) en tant qu'il s'appliquait aux constructions nouvelles.
Pour réintroduire les dérogations ainsi annulées, le législateur a cru pouvoir utiliser la loi de finances rectificative. Fidèle à son intransigeance à l'égard des « cavaliers législatifs », le Conseil constitutionnel a considéré qu'une telle disposition n'avait pas sa place dans une loi de finances.
Si le législateur entend poursuivre, il devra trouver un véhicule législatif approprié.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur