Industrie/Négoce

Parquets : la fibre en chêne de CFP

Mots clés : Innovations - Parquet - Produits et matériaux

Un nouveau nom, des innovations, des investissements et le pari de la fabrication française, CFP lutte contre un marché atone.

 

 

Depuis le rachat à l’été 2007 de Morin Parquet à Myennes (Nièvre), désormais CFP pour Compagnie Française du Parquet, Daniel Carpentier, son P-DG, joue l’innovation. Un nouveau nom commercial pour une nouvelle vie, avec des investissements productifs pour la conception et la fabrication française en chêne français d’une véritable collection de parquets dans le respect de la qualité certifiée.

« L’écoute, la compréhension et la réactivité gouvernent CFP » énumère Daniel Carpentier. La croissance devrait être au rendez-vous avec 13 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012 contre 11 en 2011 pour 90 salariés. Une croissance maîtrisée et certifiée : CFP est le seul producteur français certifié NF (FCBA) sur quatre familles de produits (contrecollé, contrecollé rainure languette, contrecollé brut ou fini usine, massif), de la conception jusqu’à la fabrication.

« Parce que nous travaillons le bois, naturellement nous respectons son environnement » poursuit Daniel Carpentier. En route vers l’ISO 14001 à l’été 2012, CFP est autonome en énergie (chaudières biomasse alimentées en copeau de bois), et adepte du tri sélectif des déchets ; elle est labellisée PEFC (garantie de l’approvisionnement du bois) et Real Wood (garantie d’un produit authentique).

Ses produits classée A+ par l’agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) garantissent une qualité sanitaire avec un impact de ses produits inférieur aux niveaux légaux sur la qualité de l’air intérieur liée au marquage CE et à la législation Reach (1).

Avec un million d’euros d’investissement environ prévu en 2012-2013 consacré à la réorganisation industrielle et humaine de l’entreprise selon le principe du Lean Manufacturing, CFP vise le doublement du volume de sa production à un million de mètres carrés. Une croissance confortée par le décret de mars 2010 qui impose 10 dm3 de bois par mètre carré bâti – « le parquet couvre à lui seul 60% de l’obligation » selon Daniel Carpentier – qui attend avec impatience également la publication obligatoire, espérée prochaine, du bilan carbone !

 

 

(1) Cadre réglementaire de gestion des substances chimiques.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X