Parois enterrées : les points-clés pour éviter les pathologies
Foamglas

Parois enterrées : les points-clés pour éviter les pathologies

Maya Pic |  le 05/11/2021  |  100 % gros œuvre Etanchéité paroisSoubassementFondationsEtanchéité

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
100 % gros œuvre
Etanchéité parois
Soubassement
Fondations
Etanchéité
Sika
Foamglas
Delta
DOERKEN
France
Valider

Les infiltrations d’eau au niveau des parois enterrées peuvent engendrer diverses pathologies : condensation, dégradation des parements, ponts thermiques… Pour les éviter, il est indispensable de réaliser ces ouvrages dans les règles de l’art.

 

Les solutions disponibles

Une protection complète de paroi enterrée comprend une étanchéité (membrane) ou une imperméabilisation (enduit ou résine) ; une isolation thermique éventuelle ; si besoin, un drainage (nappe à excroissances et drain en pied de paroi) ou un cuvelage. Certains fabricants (BMI Siplast, Delta-Doerken, Sika, Soprema…) proposent des systèmes de protection complets.

Trois catégories de murs

Le choix entre étanchéité ou imperméabilisation dépend de la catégorie du mur, telle que définie dans le NF DTU 20.1 :
– cat. 1 : mur de local habitable --> à étancher ;
– cat. 2 : mur de local non habitable --> à imperméabiliser ;
– cat. 3 : mur sur terre-plein ou vide sanitaire --> pas de traitement nécessaire.

Le drainage, au cas par cas

Nécessaire en cas de terrain peu perméable (argileux, limoneux) ou de terrain en pente vers le bâtiment, le drainage doit être étudié au cas par cas (NF DTU 20.1 et NF DTU 23.1). S’il est prévu mais qu'il n'est pas réalisable, il doit être remplacé par un cuvelage (NF DTU 14.1).

Le traitement après infiltrations

Si les infiltrations d’eau sont déjà existantes, plusieurs solutions existent : application d’un enduit hydrofuge à l’intérieur, injection de résine hydrophobe dans les murs, création d’un cuvelage intérieur, ou encore, assèchement des murs par électro-osmose ou procédé géomagnétique.

Des références

NF DTU 20.1 (maçonnerie) et NF DTU 23.1 (béton banché).
CSFE (Chambre syndicale française de l’étanchéité) : recommandations professionnelles « L’ITE des parois enterrées avec revêtement d’étanchéité ».
AQC (Agence qualité construction) : fiches pathologies « Humidité en sous-sol des bâtiments » et « Remontées capillaires », plaquette technique « Humidité en sous-sol enterré ».

 

Des produits

 

Sika MonoTop 140 Imper, de Sika : 

Un enduit d’imperméabilisation polyvalent

En créant une barrière étanche, ce mortier hydrofugé assure l’imperméabilisation et la protection des terrassements, des fondations, des murs de cave et de soutènement, des bassins ou des piscines privatives. Prêt à gâcher, il est applicable en extérieur ou en intérieur, sur béton, parpaing ou pierre dure, directement sur la maçonnerie, y compris enterrée ou immergée. Il est recouvrable par de nombreux revêtements : bitume, RPE, peinture, enduit de parement, carrelage… Durée d’utilisation de quarante-cinq minutes, prise en sept heures, consommation de 20 kg/m²/cm.

Sika MonoTop 140 Imper, de Sika
Sika MonoTop 140 Imper, de Sika

 

Cellodrain Ultra, de Hirsch Isolation : 

Un panneau PSE graphité trois en un

Destiné aux parois enterrées de bâtiments d’habitation ou aux établissements recevant du public, ce panneau en polystyrène expansé graphité assure à la fois l’isolation thermique par l’extérieur (lambda de 0,031, R de 6,45 en 200 mm), le drainage des eaux pluviales par sa surface à ergots, et la protection de la membrane d’étanchéité grâce à ses bords feuillurés. Il réduit les ponts thermiques du plancher bas, les déperditions des murs et les risques de condensation. Très dense et résistant, à face arrière gaufrée pour une bonne accroche, il peut être enfoui jusqu’à 3 m de profondeur. Pose sur murs porteurs en béton ou maçonnerie (NF DTU 20.1). Il peut être associé au complexe pour soubassement Cellocem Ultra (à parement ciment) pour assurer la continuité d’isolation.

Cellodrain Ultra, de Hirsch Isolation
Cellodrain Ultra, de Hirsch Isolation

 

Foamglas T3+, de Foamglas : 

Du verre cellulaire hautes performances

Constitué de bulles étanches de verre (à 66 % recyclé), ce matériau au lambda de 0,036 W/m.K convient tant pour isoler les murs enterrés que les sols, sous radier, sous dalle portée ou en vide sanitaire. Il est incompressible, incombustible, insensible à l’humidité, fait barrage aux termites, aux insectes et aux rongeurs, et, ni sa résistance thermique ni sa résistance à la compression ne varient dans le temps. Il peut recevoir la terre directement ou avec un drainage. Son mode de production lui confère une faible empreinte carbone (1,3 kg CO2-eq).

Foamglas T3+, de Foamglas
Foamglas T3+, de Foamglas

 

Delta-Optidrain, de Delta-Doerken : 

Un système de drainage par tubes

Adapté aux parois verticales enterrées et au drainage horizontal sous dalle ou toiture-terrasse, ce système de tubes PVC (CR4/SN4) évite les infiltrations d’eau dans les matériaux. Ses avantages sont nombreux : une seule personne peut le poser rapidement, le système est conforme au NF DTU 20.1, ne nécessite pas la création de cunette en béton, ne s’écrase pas sous le poids du remblai ou de la dalle, et offre une surface de captation à 360 degrés supérieure à 80 cm²/m, très performante en cas de forts épisodes pluvieux. Associé aux nappes drainantes Delta, il forme un système complet de drainage sous Avis technique.

Delta-Optidrain, de Delta-Doerken
Delta-Optidrain, de Delta-Doerken

 

Commentaires

Parois enterrées : les points-clés pour éviter les pathologies

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil