En direct

Paris, XIVe Une alliance entre bioclimatique et domotique

MARGOT GUISLAIN |  le 09/08/2007  |  SantéImmobilierLogements

Pour transformer une maison du XIXe siècle en une habitation contemporaine inscrite dans une démarche environnementale, les architectes ont combiné approche bioclimatique et contrôle domotique.

Rue Hallé, à Paris (XIVe), derrière une discrète façade, une petite révolution bioclimatique et domotique s’est accomplie. La « Maison A » – c’est son nom – est une opération pilote initiée par Eric Justman, architecte et maître d’ouvrage délégué. Cet ardent militant de la cause environnementale a établi le cahier des charges de l’opération en veillant à son application ultérieure. Son confrère Jacques Moussafir a dessiné l’enveloppe générale de la rénovation, sur le principe de « pans de toiture soulevés », tandis que deux autres architectes, Eric Wuilmot et Isabelle Denoyel, ont réalisé et conçu les aménagements intérieurs. Une « maison d’architectes » – au pluriel donc – et une opération dont Eric Justman souligne « l’excellente synthèse entre préoccupation environnementale et création architecturale, sans que l’une pâtisse des exigences de l’autre ». Résultat, cette bâtisse XIXe ressemble à une villa contemporaine : fluidité spatiale, sobriété des lignes, transparence sur l’extérieur, mais confort thermique « quatre saisons » et consommation énergétique réduite. Cette performance la place à 40 % et 20 % au-dessus des exigences de la RT 2000 et 2005.

Avec l’idée d’inverser le sens habituel des pentes de toits, Jacques Moussafir a créé un jeu de « pans soulevés » où les lignes horizontales et obliques du zinc grimpent à l’assaut du ciel. Le volume habitable s’en trouve augmenté et les façades – rehaussées et intégralement vitrées – apportent un maximum de lumière naturelle. Un premier bon point pour réduire la facture électrique et une échappée belle sur le jardin.

« La manière d’habiter a changé. Nous passons désormais notre temps à abattre murs et cloisons et à trouver les moyens de faire entrer la lumière en abondance », précisent Eric Wuilmot et Isabelle Denoyel. Compte tenu de l’importance du vitrage côté jardin, le verre a été choisi en fonction de ses caractéristiques physiques (Silverstar Combi neutre de chez Glaströsch). Le thermicien André Pouget a, quant à lui, travaillé en intégrant l’orientation de la maison, les données du vitrage et les « masques » formés par les bâtiments alentour. Un détail important pour un salon orienté ouest, sans brise-soleil. Avec un assemblage du verre par joints souples, sans montants intermédiaires, la transparence et la lumière sont optimisées et les ponts thermiques des menuiseries supprimés. « Une menuiserie en aluminium, même à rupture de pont thermique, est trois fois moins isolante qu’un double vitrage de qualité », explique Eric Justman. A l’intérieur, l’isolation est assurée par des plaques de polyuréthane (Efisol) de 8 cm et, sous la toiture, par deux couches croisées de laine de roche.

Batterie d’équipements. Capteurs solaires, puits canadien, ventilation double flux, planchers chauffant, poêle à bois, chaudière à condensation, réservoirs d’eaux pluviales : cette batterie d’équipements pour une faible consommation énergétique a été imaginée dès l’amont du projet. Les six capteurs solaires qui fournissent 50 % des besoins en eau chaude sanitaire (CLI 4 000 de Velux) ont fait l’objet de tous les soins de la part du fabricant, du charpentier et du couvreur pour un encastrement au nu du zinc. A tel point qu’ils ressemblent à une grande fenêtre de toit, pour le bonheur de l’architecte des Bâtiments de France. Le puits canadien, dont la prise d’air émerge dans le jardin, préchauffe ou rafraîchit l’air. Il est relayé dans le local technique par une centrale de ventilation double flux à récupération de chaleur (Hélios) qui apporte l’air neuf dans les pièces à vivre et extrait l’air vicié depuis les pièces humides. En hiver, elle permet de récupérer 85 % de la chaleur de l’air extrait pour préchauffer l’air entrant. A côté, deux réservoirs (Sotralentz) récupèrent les eaux pluviales pour le jardin.

Un poêle à bois (Stuv), des planchers chauffants (Acome) et radiateurs chauffent l’ensemble de manière économique et modulable, grâce à la domotique : au sous-sol en effet, le centre nerveux de la maison régule en finesse la consommation énergétique et permet de l’ajuster selon le taux d’occupation. Ceci grâce à des compteurs pour chaque famille d’équipements (lumière, cuisson, chauffage, etc.) avec indicateurs en euros, KW et rejets de gaz à effet de serre !

Maîtrise d’ouvrage : privée ; maîtrise d’ouvrage déléguée : Eric Justman.

Maîtrise d’œuvre : Jacques Moussafir, architecte (PC) ; Isabelle Denoyel et Eric Wuilmot, architectes (exécution et aménagements intérieurs) ; Christelle Ambrosi et Shiva Tolouie, paysagistes ; Pouget Consultants, BET thermique ; Philippe Buchet, BET structure ; François-Xavier Jeuland, systèmes communicants ; DomoConsulting, domotique et multimédia.

Principales entreprises : CIPB (couverture), Barcque (charpente bois), Roze (charpente métallique), MFI (menuiseries extérieures), Phidias (maçonnerie), Archangelec (électricité), JPN (plomberie), Luminis Services (systèmes communicants), Marsollier (domotique).

Surface : 220 m2 HON.

Coût : 396 000 euros HT.

PHOTO - 5411 Bioclim3.eps
PHOTO - 5411 Bioclim3.eps
PHOTO - 5411 Bioclim4.eps
PHOTO - 5411 Bioclim4.eps
PHOTO - 5411 Bioclim1.eps
PHOTO - 5411 Bioclim1.eps
PHOTO - 5411 Bioclim2.eps
PHOTO - 5411 Bioclim2.eps
PHOTO - 5411 Bioclim7.eps
PHOTO - 5411 Bioclim7.eps
PHOTO - 5411 Bioclim6.eps
PHOTO - 5411 Bioclim6.eps
CARTE - 5411 Bioclim plan1.eps
CARTE - 5411 Bioclim plan1.eps
CARTE - 5411 Bioclim plan2.eps
CARTE - 5411 Bioclim plan2.eps

Cet article fait parti du dossier

Feuilleton Bioclimatique

Commentaires

Paris, XIVe Une alliance entre bioclimatique et domotique

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur