En direct

Paris Une nouvelle unité pour l'avenue d'Italie

NATHALIE MOUTARDE |  le 02/05/1997  |  ParisEuropeFrance Mobilier urbainTravail

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paris
Europe
France
Mobilier urbain
Travail
Bâtiment
Aménagements extérieurs
Valider

-La ville veut rendre cette grande artère parisienne plus attrayante. -Coût de l'opération : 80 millions.

Le projet de réhabilitation de l'avenue d'Italie, approuvé le 28 avril par le conseil de Paris, à la suite de l'avis favorable du commissaire enquêteur (1), vise à redonner à cet axe de communication de la capitale (1 300 m de long sur 40 m de large) « le statut d'une grande avenue parisienne où il fait bon vivre et se promener ».

« Le paysage actuel de l'avenue est très hétérogène, explique Philippe Cauvin, chef du projet à l'Agence des grandes opérations de la direction de la voirie. Des immeubles de grande hauteur construits dans les années 70 s'inscrivent en retrait d'un bâti ancien bas, suivant un alignement à 30 m de l'axe de la voie. Par ailleurs, l'élargissement de la chaussée a supprimé une lignée d'arbres sur les quatre existantes, et créé une dissymétrie dans la largeur des trottoirs. Enfin, l'espace public est vétuste, avec un mobilier urbain disparate, un éclairage insuffisant, des revêtements de trottoir dégradés et un stationnement anarchique sur le trottoir ouest. »

La mairie de Paris a donc décidé d'engager une opération de réhabilitation. A partir des objectifs approuvés par le conseil de Paris en novembre 1994 - donner une identité affirmée à l'avenue, la rendre plus attrayante, contenir les nuisances automobiles et faciliter l'activité commerciale -, un programme a été défini par les services de la ville, en concertation avec la population, tenant compte des fortes contraintes du site (nombreux réseaux en sous-sol). Il pose comme principe l'élargissement du trottoir « est » et la création d'une quatrième ligne d'arbres afin de restaurer la symétrie de l'avenue sur cette base, Michel Corajoud et Pierre Gangnet (avec le BET OGI), désignés à la suite d'une consultation en juillet 1996, ont élaboré un projet d'aménagement qui s'articule autour de plusieurs axes :

La recomposition du paysage. Les deux lignes de plantations intérieures bordant la chaussée seront constituées par des arbres nouveaux de grand développement et d'une même essence. « Ces deux alignements côté chaussée, rigoureusement égaux, constitueront le cadre paysager de l'avenue, jouant dans les effets d'ampleur et de monumentalité, selon la tradition des grands axes parisiens», souligne Giovanna Marinoni, de l'agence Michel Corajoud. Le long des façades, les ormes existants seront conservés dans la mesure du possible. Sinon, ils seront remplacés par des arbres à petit développement dont les essences seront variées (pommiers à fleurs, lilas d'été, cytises...).

Le traitement des trottoirs (10,35 m de large chacun). Le long de la chaussée, la rive du trottoir sera constituée par une large bande de granit de 2,20 m de large. Elle recevra les principaux éléments du mobilier urbain. L'autre partie, vouée à la promenade, sera traitée en asphalte.

L'éclairage. « Des candélabres seront installés tous les 20 m, explique Michel Corajoud. Ils assureront trois strates d'éclairages : celui de la chaussée ; celui des trottoirs grâce à des consoles fixées sur les mâts à 4,50 m de haut ; et celui de la sous-face de tous les arbres de première ligne pour renforcer le sentiment de confort et de sécurité. » Des lanternes seront installées sur les façades au-dessus des principales entrées des immeubles.

En section courante, la chaussée (réduite de 21,30 m à 19,30 m) comportera par sens : deux voies de circulation, une file de stationnement et une piste cyclable, protégée par un séparateur. Dans la section Tage-Kellermann, le profil sera un peu différent. Pour des raisons d'encombrement du sous-sol, la largeur des trottoirs passera à 12,25 m, la chaussée à 15,50 m, et le stationnement s'effectuera en « lincoln » dans l'alignement des arbres, le long de la chaussée.

Certains secteurs feront l'objet d'un traitement particulier : l'espace situé devant le centre commercial Italie 2 sera aménagé en parvis, le carrefour avec les rues de Tolbiac et Maison-Blanche sera aménagé sous forme de placette, et le marché forain sera modernisé et légèrement déplacé vers la rue du Docteur-Laurent.

Les appels d'offres seront lancés prochainement. Les travaux devraient démarrer en septembre 1997 pour s'achever dans le courant de 1999. Ils se dérouleront de la place d'Italie à la porte d'Italie. Le coût total de l'opération s'élève à 80 millions de francs.

(1) L'enquête publique s'est déroulée du 16 décembre 1996 au 25 janvier 1997.

PHOTO : Deux lignes de plantations bordant la chaussée redonneront sa symétrie à l'avenue d'Italie.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur