En direct

Paris rejoint le club international des « Villes résilientes »
Célia Blauel (à gauche), l'adjointe parisienne en charge de l'Environnement, et ses collègues ont recontré Michael Berkowitz (à droite), le directeur du programme « 100 Villes résilientes », le 4 février. - © © Bruno Lévy - Marie-Douce Albert/LeMoniteur

Paris rejoint le club international des « Villes résilientes »

Marie-Douce Albert |  le 05/02/2015  |  EtatParisSantéTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Environnement
Etat
Paris
Santé
Technique
Valider

Pour mieux appréhender les défis urbains, sociaux et écologiques, la capitale prépare son intégration au réseau international de 100 municipalités que la Fondation Rockefeller est en train de tisser. Mais la mairie de Paris travaille déjà sur sa capacité à affronter les risques et prévoit de lancer un « Plan résilience » en septembre.

La résistance aux chocs. A lire le dictionnaire, la résilience est avant tout une caractéristique mécanique des matériaux, mais elle peut être aussi vue comme une aptitude que les grandes villes ont tout intérêt à développer. « En effet, le terme peut faire référence à différentes disciplines comme l’ingénierie, la psychologie ou l’écologie. La résilience urbaine peut, elle, se définir comme la capacité des villes à se remettre de traumatismes et poursuivre leur développement », explique Michael Berkowitz, le directeur du programme « 100 Villes résilientes », lancé par la Fondation Rockefeller. A l’occasion de son centenaire, en 2013, l’organisation philanthropique américaine a en effet décidé de sensibiliser des métropoles du monde entier à la nécessité de mieux appréhender non seulement les grands risques naturels ou sanitaires mais aussi les tensions plus chroniques d’ordre économique et sociale.

Le réseau qu'elle est en train de constituer devrait avoir réuni 100 cités membres au début 2016 mais d’ores et déjà 67 ont rejoint ce club, parmi lesquels la capitale française dont la candidature a été acceptée en 2014. Cette semaine, Michael Berkowtiz était à Paris et le 4 février, il a rencontré trois adjoints de la maire Anne Hidalgo : Célia Blauel, en charge de l’Environnement et du Développement durable, Colombe Brossel, elle chargée de la Sécurité et de la Prévention et enfin leur collègue Patrick Klugman, élu aux Relations internationales. Ensemble, ils devaient discuter des modalités d’intégration de la Ville au réseau « Villes résilientes ».

Un « Directeur général de la résilience »

Pour les tenants de ce programme, l’important est d’amener ses membres à prendre en considération non pas l’un ou l’autre des facteurs de risques mais bien de construire une stratégie globale. « Or les villes sont des écosystèmes complexes, dont les organisations sont souvent compartimentées », note Michael Berkowitz. L'objectif est donc de leur donner les moyens de prendre du recul pour pouvoir développer une stratégie d’ensemble. Et pour cela, un des moyens proposés est on ne peut plus concret. La Fondation Rockefeller se propose de financer le poste d’une sorte  de « Directeur général de la résilience » au sein de chacune des 100 communes. Pour Michael Berkowitz, il ne faut pas y voir là un geste intrusif : « les villes recrutent elles-mêmes ce responsable et nous en prenons le coût en charge pendant deux ans. Si l’expérience fait ses preuves, les villes pourront choisir de le maintenir ensuite, à leurs frais. »

A Paris, ce point du projet est encore en discussions et devra de toute façon être approuvé par les élus du Conseil mais déjà, pour Célia Blauel, « la possibilité ainsi offerte de travailler en réseau avec d’autres villes est intéressante. Car rien ne sert d’avancer seul sur ces sujets. Cela nous permettra de profiter des expériences des autres. Et donc aussi de ne pas répéter certaines erreurs. »

« Vulnérabilité et robustesse »

Paris pourra, lui aussi, faire profiter ses 99 partenaires de son expertise. En effet, la capitale se penche depuis plusieurs années sur cette question de la résilience. « Une étude sur les éléments de vulnérabilité et de robustesse de la ville a d’ailleurs été menée et nous sommes en train de la dépouiller », explique Célia Blauel. Une fois analysée, cette masse apparemment considérable de données permettra à Paris d’établir une stratégie. Paris devrait donc adopter son propre « Plan résilience » en septembre prochain.

Le programme mené par la Fondation Rockefeller invite à prendre en compte douze points clés pour élaborer une stratégie de résilience.
Le programme mené par la Fondation Rockefeller invite à prendre en compte douze points clés pour élaborer une stratégie de résilience. - © © « 100 Villes résilientes »

Commentaires

Paris rejoint le club international des « Villes résilientes »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Date de parution : 06/2019

Voir

Mener une opération d'aménagement

Mener une opération d'aménagement

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur