En direct

Paris Réaménagement de l'angle sud-est de la gare du Nord

NATHALIE MOUTARDE |  le 04/07/1997  |  TransportsCollectivités localesParisTransports mécaniques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Collectivités locales
Paris
Transports mécaniques
Valider

- Les travaux démarreront à l'été 1998 et sont estimés à 190 millions. - Parallèlement, la RATP améliorera les accès vers les lignes 4 et 5.

A l'horizon 2001, la gare du Nord aura fait peau neuve. Après la rénovation de la gare grandes lignes pour la mise en service du TGV en 1993, les travaux d'agrandissement, en cours, de la salle d'embarquement du terminal Eurostar, la direction de Paris nord de la SNCF, engagera au début de 1998, le remodelage de la partie banlieue, encore appelée « angle sud-est ». Ce projet a été élaboré avec la RATP, qui procédera, parallèlement, à l'amélioration des accès vers les lignes 4 et 5 (voir encadré).

170 000 voyageurs

L'angle sud-est constitue l'un des principaux pôles d'échanges d'Ile-de-France. Il est traversé quotidiennement par 170 000 voyageurs, qui sont des usagers du métro (lignes 4, 5), du RER (lignes B et D), des trains de banlieue ou grandes lignes, ou bien encore des bus. Dans les prochaines années, cette fréquentation devrait encore augmenter de 10 % à 15 %, en raison notamment de la mise en service d'Eole en 1999. « Les installations ne sont plus adaptées, commente Gérard de Corta, directeur délégué Ile-de-France de la SNCF Paris nord. Les espaces d'échanges sont peu lisibles, l'information est insuffisante. Les voyageurs occasionnels se perdent fréquemment et les nombreux souterrains et l'absence de lumière naturelle contribuent à créer un sentiment d'insécurité ».

Une trémie centrale

Le projet conçu par les architectes Jean-Marie Duthilleul, Etienne Tricot et Daniel Claris vise donc un triple objectif : la lisibilité, la clarté et la sûreté. Le nouveau pôle d'échanges s'articulera autour d'une trémie centrale. S'ouvrant sur trois niveaux (niveau 0 : gare de surface et pavillon banlieue ; niveau -1 : couloirs et correspondances ; -2 : mezzanine et correspondances), elle constituera un appel lumineux, à la convergence des espaces et des couloirs souterrains. Pour cela, le parking Setex désaffecté, sera démoli et la rampe de bus qui dessert la gare routière RATP (au niveau + 1) sera déplacée à côté du pavillon 1900. La petite halle, dont le mur de façade sera démoli, sera rénovée et complétée au nord et une nouvelle verrière couvrira l'emplacement de l'ancien parc de stationnement.

La billetterie et les différents services seront implantés le long des cheminements, autour du puits de lumière. Une gestion multimodale du site sera mise en oeuvre avec la généralisation, à chaque niveau d'un bureau de vente et d'information commun.

Les travaux préparatoires devraient débuter au début de 1998, le chantier démarrant véritablement à l'été 1998. Les premiers appels d'offres seront lancés au dernier trimestre 1997. Cette opération est estimée à 190 millions, financée à égalité par la SNCF, le conseil régional d'Ile-de-France et le Syndicat des transports parisiens. La mise en service est prévue en 2001.

Ce projet s'accompagnera de l'implantation de commerces dans le pavillon 1 900 (après 2001) et sur la grande mezzanine où la surface de vente passera de 260 m2 à 2 500 m2 : les travaux, estimés à 40 millions, pourraient démarrer en septembre, dès que la SNCF aura trouvé un partenaire. « Nous avons aussi prévu de réorganiser la station de taxis, à l'automne et d'en aménager une seconde sur la dalle routière, à l'horizon 2 001 », conclut Gérard de Corta.

MAQUETTE : Le pôle d'échanges s'articulera autour d'une trémie centrale s'ouvrant sur trois niveaux.

Le projet RATP

En complément des travaux conduits par la SNCF, la RATP procédera à l'amélioration des accès vers les lignes 4 et 5 (élargissement des accès, mécanisation des échanges...) et à la rénovation des quais. Il est aussi prévu de requalifier la gare routière. L'ensemble du projet est estimé à 50 millions. Les travaux devraient démarrer à la fin de 1997.

Agrandissement du terminal Eurostar

La surface de la salle d'embarquement sera portée de 1 000 m2 à 1 900 m2. L'accès aux quais sera facilité par la mise en place d'une deuxième passerelle équipée de rampes mécanisées et d'ascenseurs pour les personnes à mobilité réduite. La mise en service est prévue en mars 1998. Les travaux, en cours, s'élèvent à 70 millions.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Construire, rénover et aménager une maison

Construire, rénover et aménager une maison

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur