En direct

Paris obtient son PLU à l’arraché

Defawe Philippe |  le 13/06/2006  |  Collectivités localesArchitectureAménagement

Après près de deux semaines de discussions et de négociation, le plan local d'urbanisme de Paris (PLU) a finalement été adopté tard lundi soir par le Conseil de Paris, les Verts, partie intégrante de la majorité de gauche de Bertrand Delanoë s'en désolidarisant par leur abstention.

C'est la deuxième fois, depuis l'élection de la municipalité en mars 2001, que les 22 élus Verts marquent ainsi leurs distances, comme ils l'avaient fait une première fois, en septembre 2005, mêlant leurs voix à l'UMP sur la question du logement social.
Cette fois sur un texte clef pour l'avenir de la capitale, et "emblématique" pour la majorité municipale, puisqu'il fixe les règles d'urbanisme à Paris pour les vingt ans à venir, ils ne sont pas allés jusqu'à voter contre.
Après avoir essayé jusqu'au bout de convaincre ses turbulents alliés, Bertrand Delanoë a "pris acte" de cette situation qui, a-t-il dit, lui "importe". Il s'était toutefois attaché à ne pas envenimer le débat avec ceux qui, dans sa majorité, n'ont pas voté le texte et à qui il garde sa "considération" et son "respect".

Pas moins de 764 amendements avaient été déposés par les différents groupes, qui ont donné lieu à une longue et parfois confuse séance de votes et d'explications lundi jusque tard dans la soirée.
Aucun amendement de fond, notamment ceux autorisant la construction d'immeubles de grande hauteur (+ de 37 mètres), n'a toutefois été voté.

Parmi les principales modifications adoptées figure la possibilité d'abaisser à de 1.000 à 800 m2 de construction, le seuil à partir duquel il est possible de construire 25% de logements sociaux.

Il prévoit notamment des mesures en faveur du logement social avec la réalisation de 4.000 à 4.500 logements par an (soit 160.000 m2 en plus) afin d'atteindre les objectifs de la loi Solidarité et renouvellement urbain.
Il organise un rééquilibrage de l'ouest vers l'est de la capitale, avec possibilité de réimplantation de l'emploi, et fixe des règles en faveur de la protection du patrimoine et de l'environnement.
L'objectif déclaré du PLU est de maintenir une mixité sociale en permettant aux classes moyennes de rester à Paris, qui a perdu 177.000 habitants entre 1977 et 1999.
Pour atteindre cet équilibre entre logement et activité économique, une centaine d'opérations d'aménagement sont prévues dans 22 secteurs.

Beaucoup d'intervenants lors du débat ont toutefois déploré que ce plan d'urbanisme soit limité à Paris intra muros - 10 fois moins étendue que Rome et 15 fois moins que Londres - sans vraie vision à l'échelle de l'agglomération.

Plus d’informations dans les pages Ile-de-France du "Moniteur" du 16 juin.

Commentaires

Paris obtient son PLU à l’arraché

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur