En direct

Paris-La Défense / Jardins de l'Arche Une nature fragmentée

CYRILLE VERAN |  le 11/12/1998  |  AménagementEspaces vertsBoisParisInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Aménagement
Espaces verts
Bois
Paris
International
Immobilier
Architecture
Hygiène
Valider

Livrés pour leur première tranche, les Jardins de l'Arche prennent appui sur l'axe historique de Paris. Issus du concours lancé en 1991 sur le vaste territoire allant de la Défense à Chatou, ils déclinent l'idée de nature : brute vers la Seine, avec une dominante d'arbres et d'arbustes, plus « jardinée » vers la Grande Arche. Sur une bande de 600 m de long et d'une largeur variant entre 40 m et 100 m, ils sont le fil unificateur du paysage urbain alentour. Ils assurent notamment la liaison entre les cimetières de Neuilly et de Puteaux, ponctués par un aménagement simple (arbres et pergolas).

Les Jardins de l'Arche sont répartis sur deux plans, rythmés de façon bien différenciée. La jetée, une passerelle en bois et métal, permet d'embrasser l'horizon. Donnant la mesure de ce grand paysage, elle survole les jardins en contrebas : la promenade des gunneras aujourd'hui réalisée, puis, prévus dans une deuxième tranche, le jardin des Eléments et la promenade des parrotias. Là sont mis en scène les végétaux, les minéraux, et l'eau. Le dispositif statique des piliers de la jetée, espacés de 32,4 m et doublés par des « clous » de houx, introduit un rythme régulier. Sur cette portée sont écrits les différents thèmes de nature liés à la promenade. Entre les grands saules blancs, évoluent progressivement d'est en ouest, de la strate herbacée à la strate arborescente : gunneras, azalées, cornouillers corail à l'est, et parrotias, érables, miscanthus à l'ouest. D'autres espèces, correspondant à des rythmes saisonniers, enrichissent la promenade. L'échelle des gunneras, plantes sud-américaines denses et pourvues de feuilles atteignant 2 m de diamètre et 2 m de haut, modifie la relation de l'homme à la végétation. Des cônes d'osier garantissent la protection hivernale de la souche. L'aspect hivernal des gunneras apparente la promenade à un jardin de sculptures. Les végétaux, comme des îles plantées, émergent d'une calade de galets qui accepte les déformations provoquées par les racines des saules. Les galets (extraits en Tunisie) sont jointoyés et posés sur un sable stabilisé avec un peu de chaux. Ce sol, dont la rugosité n'altère pas la marche, prend une patine moussue avec le temps. De facture totalement différente, le jardin des Eléments accompagnera la plantation de cèdres qui lie les deux cimetières. Les Eléments seront traités par deux, figurés pour l'Eau et l'Air par un glacis de bambous et de grandes graminées. Au-dessus de ce plan, la Terre et le Feu seront matérialisés par un socle de basalte, avec des essences qui évoquent le feu : hêtres tortillards, fraxinelles, joubarbes...

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage : Etablissement public d'aménagement de La Défense (EPAD).

Maîtrise d'oeuvre : Paul Chemetov et Borja Huidobro, architectes ; Marc Mimram ingénieur ; Gilles Clément et Guillaume Geoffroy-Dechaume paysagistes ; Pierre Déat, paysagiste assistant.

Coût : 85 millions de francs HT.

Surface : 4,5 ha.

Entreprises : Quillery, entreprise générale ; Viapark, entreprise d'espace vert ; DMI, serrureries diverses.

Jardin : Fougerolle-Ballot, infrastructures ; Quillery Environne-ment Urbain, maçonnerie, dallage ; Viapark, plantations ; Forclum, électricité et éclairage ; Comptoir de l'Arrosage, arrosage.

Jetée : Viry SA, charpente métallique ; La Seconde, platelage bois.

PHOTOS :

1 et 2. Au-dessous de la jetée (photo no 1, à dr.), la promenade des gunneras, ponctuée de massifs de houx et de grands saules blancs. Les végétaux émergent d'une calade de galets, jointoyés et posés sur un sol stabilisé à la chaux.

3. La jetée, passerelle de bois et métal, est un belvédère sur l'horizon qui démarre au pied de l'Arche.

4. En contrebas de la promenade des gunneras, les cimetières de Neuilly et de Puteaux ont fait l'objet d'un aménagement paysager simple : une pergola en acier reçoit des plantes sarmenteuses, des chemins sont soulignés par des alignements d'arbres.

Cet article fait partie du dossier

Paysage

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil