En direct

Paris L'Opac s'engage dans la requalification des sites sensibles

NATHALIE MOUTARDE |  le 16/05/1997  |  ParisFrance Logement socialAménagementUrbanisme

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paris
France
Logement social
Aménagement
Urbanisme
Associations
Logement
Immobilier
Architecture
Valider

-3 000 logements répartis en quatre grands ensembles sont concernés. -Montant des travaux : 180 millions de francs.

En septembre 1994, l'Opac de Paris a décidé de s'engager dans la requalification urbaine de quatre sites « sensibles» de la capitale : 122-137, boulevard de l'Hôpital (XIIIe arrondissement, 952 logements), « Gaston-Pinot » (XIXe arrondissement, 102 logements), « Flandre-Tanger-Maroc-Riquet » (XIXe arrondissement, 1 112 logements) et les Hauts-de-Belleville (XXe arrondissement, 737 logements).

« Contrairement à la cité Charles-Hermitte ou à la porte Montmartre où nous menons des actions identiques dans le cadre d'un DSU, ces quartiers ne sont pas retenus au titre de la politique de la ville et ne bénéficient donc pas de financements publics, explique Jean-Pierre Olivier, directeur de la réhabilitation à l'Opac de Paris. Par ailleurs, notre démarche a été différente. »

Dans le souci de « régler les problèmes au fond », l'office a, en effet, fait appel à quatre cabinets d'ingénierie sociale : respectivement le Crepah, Urbanis, Atelier Tel et le CSTB, chargés d'établir un état des lieux et de formuler des propositions pour mettre fin aux dysfonctionnements constatés. « Les difficultés rencontrées sont communes aux quatre grands ensembles : la délinquance, le plus souvent liée à des trafics divers, certaines incompréhensions entre les locataires et l'Opac, mais aussi avec les autres partenaires sociaux et un urbanisme labyrinthique », souligne le directeur de la réhabilitation.

Les propositions, présentées aux élus puis aux locataires à partir du printemps 1996, s'articulent autour de trois grands axes : les actions de gestion de proximité (accueil, information des locataires), la redynamisation du partenariat avec les acteurs locaux (mairie d'arrondissement, services centraux et sociaux de la mairie de Paris, tissu associatif, police...) et les interventions immobilières (voir encadré).

Démolitions

Sur chaque site, un chef de projet a été nommé, et une équipe, composée d'un architecte et d'un paysagiste, a été désignée (1), pour élaborer, en concertation avec la population, un projet de revalorisation des espaces extérieurs et du bâti. D'ores et déjà, des actions ont été entreprises sur le terrain. Au 137, boulevard de l'Hôpital, l'Opac a déjà reconquis les resserres qui seront démolies et, en mars dernier, un appel à maîtrise d'oeuvre a été lancé pour création de jardins dans la cité : les travaux devraient démarrer début 1998. Dans les Hauts-de-Belleville, la concertation avec les habitants sur le réaménagement des espaces extérieurs a bien avancé. Là aussi, l'Opac a procédé à des démolitions, le quartier se caractérisant par un enchevêtrement de passerelles, escaliers, rampes, patios...

A Gaston-Pinot, un travail de proximité est réalisé avec l'installation de digicodes, de boîtes aux lettres, et des permanences sont assurées sur place par l'antenne de l'Opac. A Flandre-Tanger-Maroc-Riquet, cinq immeubles sont en cours de réhabilitation Palulos, et des contacts ont été pris, avec la direction des parcs et jardins de la ville de Paris, pour le réaménagement du square et, avec la Saemes, pour la reconquête du parking.

Au total, ces opérations de requalification s'élèveront à 180 millions (y compris les grosses réparations et les ravalements de façades). Les travaux devraient être achevés entre 1998 et 2000, selon les sites.

(1) « Hôpital-Rubens-Banquier » : Sepra/Pena. « Gaston-Pinot » : Atelier des Célestins/Pruvost. « Flandre-Tanger-Maroc-Riquet » : Jade et Sami Tabet/TER. « Hauts-de-Belleville » : Acaur-Projetud en phase 1 et une équipe par secteur en phase 2 (Brangier/Hilaire pour le secteur 1, Ruelle Architecture/Ruelle Paysage pour le secteur 2, Le Bigot/Rameau/Seges Quetzal pour le secteur 3) ; Verlhac, architecte coordonnateur.

DESSIN : Création de jardins au 137 boulevard de l'Hôpital.

Principales interventions

Découpage des grands ensembles en petites unités résidentielles, chacune étant dotée de sa propre adresse.

Création de voiries avec le prolongement de la rue Watteau au 122, boulevard de l'Hôpital et l'aménagement de deux nouvelles voies dans l'îlot Flandre-Tanger-Maroc-Riquet.

Sectorisation et réaménagement des espaces extérieurs.

Dans certains cas, sectorisation des caves.

Construction de logements destinés par exemple aux étudiants ou aux handicapés dans les rez-de-chaussée des immeubles sur pilotis de l'îlot Flandre-Tanger-Maroc-Riquet.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil