En direct

Paris Innovation Boucicaut incube la ville de demain
L'incubateur Hôtel d'entreprises Paris Innovation Boucicaut, rue de Lourmel à Paris - © © Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Paris Innovation Boucicaut incube la ville de demain

le 05/02/2014  |  InnovationInternationalParisTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Recherche et développement
Innovation
International
Paris
Technique
Valider

Situé dans le nouvel éco-quartier du 15e arrondissement de Paris, ce bâtiment de Paul Chemetov inauguré mercredi 5 février par Bertrand Delanoë est dédié aux entreprises innovantes notamment de la construction.

La construction du futur ? C'est par exemple gérer depuis sa tablette numérique le chantier d'installation de panneaux photovoltaïques souples sur la verrière ondulée de la toiture d'un bâtiment dans un éco-quartier.

Les technologies existent, les petites entreprises qui les ont mises au point sont en revanche beaucoup moins visibles. D'où l'intérêt de la mise en place "d'incubateurs", de vastes espaces qui donnent pignon sur rue à des start-ups et leur permettent de rencontrer de grands groupes notamment de construction.

A Paris, le dernier né de ces incubateurs est Paris Innovation Boucicaut. 6000 m2 agencés par l'architecte Paul Chemetov au sein de l'éco-quartier Boucicaut dans le 15e arrondissement.

Inauguré mercredi 5 février par le maire Bertrand Delanoë, Paris Innovation Boucicaut accueille donc une quarantaine de start-ups dont la sélection a été opérée par Paris Incubateurs (émanation du Laboratoire Paris Région Innovation) et Impulse Partners, cabinet de conseil en statégie et innovation pour de grands groupes de la construction, de l'énergie et de l'aéronautique. Ces deux opérateurs ont été sélectionnés en 2013 après un appel d'offre de la RIVP et de la Ville de Paris.

Bertrand Delanoë devant un modèle réduit de la
Bertrand Delanoë devant un modèle réduit de la "voiture volante" mise au point par l'enterprise Vaylon - © © Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

"Les grands goupes qui font appel à nous - Setec, Léon Grosse, ArcelorMittal, Soletanche Freyssinet, Bouygues Immobilier notamment - n'ont souvent pas, de par leur taille, le temps ou la visibilité nécessaire pour mettre la main sur des technologies innovantes ou de pointe développées par des start-ups. Et de leur côté, ces petites entreprises n'ont pas les contacts pour approcher ces grands groupes", explique Thomas Le Diouron de Impulse Partners. "En les accueillant après une sélection pointue - nous présentons à nos grands clients les dossiers et ce sont eux qui les choisissent - nous offrons à ces start-ups un hébergement, un soutien financier et un réseau. Nous les mettons sur le marché en leur faisant gagner plusieurs mois dans leur développement."

Gestion de chantier et panneaux photovoltaïque souples

C'est le cas de la société Blockbase qui a mis au point BulldozAir, une solution mobile permettant à ses utilisateurs de suivre leurs chantiers en échangeant des notes ou des documents de chantiers en mobilité, depuis un smartphone, une tablette ou un accès Internet.

Médaille de bronze du concours de l'innovation Batimat en 2013, cette application a "tapé dans l'oeil" du maire de Paris qui y a vu "un moyen de mettre la pression sur nos fournisseurs et constructeurs à Paris" et qui a salué ce qu'il juge comme un "accélérateur de performance pour les grands groupes de construction".

Le but des fondateurs de Blockbase, Ali el Hariri et Maxence Lerignier est maintenant de se développer et d'embaucher.  Et les deux hommes de réfléchir déjà aux applications de demain : visualisation 3 D ou utilisation de leur application via des "Google glasses", ces lunettes connectées qui permettent d'afficher ou de transmettre des informations.

Autre technologie de la construction, soutenue cette fois par Paris Incubateurs : les panneaux photovoltaïques souples. Le solaire photovoltaïque de 3ème génération (OPV) est issu des technologies de l'électronique imprimée : il ne requiert donc plus la fabrication de panneaux (notamment avec des terres rares) classique mais se résume au dépôt de couches d'encres  organiques sur une pellicule plastique souple. "Efficaces même avec de la lumière diffuse, ces panneaux sur-mesure ne sont pas destinés aux fermes solaires mais aux site isolés et hors-réseau et pour l'auto-consommation", explique Florent Canetti, Directeur administratif et financier de DisaSolar qui conçoit et commercialise des panneaux souples.

Disa Solar conçoit du photovoltaïque souple
Disa Solar conçoit du photovoltaïque souple - © © Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Des panneaux de cette PME limougeaude alimentent par exemple le système de protection contre la foudre installé au sommet de la tour Burj Khalifa à Dubaï, à plus de 800 mètres de hauteur. Collés sur le paratonnerre, ils serviront à alimenter son dispositif de contrôle à distance.

"Mais ce qui pourrait être emblématique de ce que nous sommes capables de réaliser c'est une toiture comme la Canopée des Halles", rêve Florent Canetti.

La ville de demain on vous dit !

Commentaires

Paris Innovation Boucicaut incube la ville de demain

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil