En direct

Paris : Bertrand Delanoë lance la reconquête des voies sur berges

Adrien Pouthier |  le 14/04/2010  |  ParisTravauxTransportsCulturebergesparis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Aménagement
Paris
Travaux
Transports
Culture
bergesparis
Profession
Architecture
Urbanisme
Réglementation
Transports mécaniques
Valider

Le maire de Paris a dévoilé mercredi 14 avril son projet d'aménagement des voies sur berges qui prévoit, rive gauche, entre le musée d'Orsay et le pont de l'Alma, des quais bas entièrement piétonniers, et rive droite, la transformation de la voie rapide, cette "autoroute urbaine" en "boulevard humain, habité où voitures, vélos et piétons cohabiteront". Le maire prévoit la réalisation de ce projet "dans un délai de deux ans".

"Si nous réalisons cette ambition, Paris changera vraiment." Bertrand Delanoë a bien choisi les mots car c'est une transformation, voire une révolution que le maire de Paris a promis "dans un délai de deux ans" : rendre les voies sur berge aux piétons.
Deux projets dissociés coexistent.

La recomposition des quais bas de la rive droite

D'une part le traitement de "l'autoroute urbaine" de la rive droite. Aujourd'hui, le trafic y est comparable à celui d'une autoroute à 2 voies avec 40.000 véhicules par jour et 4.000 par heure aux heures de pointe. La Mairie de Paris envisage une requalification du quai en y réduisant la vitesse grâce à l'implantation d'au moins 5 feux entre le pont d'Iéna et le pont Sully, en diminuant la largeur des chaussées et en retraitant l'espace public, ce qui facilitera l'accès aux berges et leur réappropriation par les Parisiens. La fermeture totale de la voie aux voitures a été écartée car fermer totalement les quais bas de la rive droite  provoquerait "une congestion de Paris qui abimerait le projet".

Une rive gauche piétonne du Musée d'Orsay au Pont de l'Alma

La mairie envisage aussi des aménagements très emblématiques rive gauche: une promenade au bord de l'eau, de la Tour Eiffel au musée d'Orsay, celle-ci étant accompagnée de barges à thème (marché aux fleurs, jardin botanique...). Mises en scène autour de trois "pôles", culture, sport et nature, ces nouvelles berges devraient aussi laisser une place aux espaces dédiés à la nuit.

Au total ce sont donc 15 hectares qui sont concernés, dont 4 hectares et demi seront totalement rendus aux usagers sans voitures pour un budget total de  40 millions d'euros avec un budget de fonctionnement de  2 millions d'euros par an.

Concertation

Une première délibération sera présentée au Conseil de Paris de juillet 2010, afin de présenter les principes d'aménagement et permettre de lancer différentes études de réalisation. D'ici juin, des échanges auront lieu avec les maires d'arrondissement et les collectivités riveraines afin que la dimension métropolitaine du projet soit affirmée. La première adjointe Anne Hidalgo, qui conduira ce projet majeur d'aménagement urbain, a insisté sur la concertation populaire qui va accompagner ces aménagements: "le forum citoyen en ligne sur paris.fr doit être un lieu d'échanges et d'idées. Nous ne voulons pas exclure les principaux usagers, les familles, les jeunes, les personnes âgées". Un forum sera mis en place très prochainement sur www.paris.fr qui permettra de recueillir les avis, remarques et suggestions, afin d'enrichir encore le projet autour des différents usages des berges (piétons, vélos, activités sportives, de loisirs, lieux d'animation...).

Le projet sera mis en oeuvre dans les deux ans : les aménagements sur les deux rives seront réalisés et livrés au plus tard dans le courant de l'été 2012.

Vision du futur
Vision du futur "quai bas" de la voie sur berge port de Solférino - © © Apur / JC Choblet

Les nouvelles voies sur berges : Où, comment, combien ?

Les reports de circulations

SUR LA RIVE DROITE...


La circulation actuelle

Le trafic est actuellement comparable à celui d'une autoroute à 2 voies (près de 40 000 véhicules par jour) avec à l'heure de pointe du soir un trafic de 4 000 véhicules par heure. L'absence de feux et la vitesse élevée des véhicules aux heures creuses, malgré la limitation à 50 km/h, rend impossible l'accès aux bords de Seine.


La circulation après la mise en oeuvre du projet

Si les deux voies de circulation sont conservées, l'installation de feux permettra de réguler la vitesse. Les traversées piétonnes permettront d'accéder aux espaces disponibles en bord de Seine et aux activités qui y seront installées.

Sur les berges ainsi transformées, la réduction de la vitesse sur la traversée de Paris ouestest, du point du jour à la porte de Bercy (estimée à l'heure de pointe de 24 km/h aujourd'hui à 20 km/h après l'installation des feux) portera le temps moyen de parcours de 31 minutes aujourd'hui à 37 minutes à l'heure de pointe.

A l'heure creuse, la réduction de la vitesse sera plus nette : 40 km/h contre 50 km/h actuellement. Cela pacifiera la circulation et permettra de faciliter l'accès aux berges et transformer leur environnement, aujourd'hui très bruyant et autoroutier.

La simulation réalisée montre qu'environ 25% du trafic actuel se reportera sur d'autres voies :

- sur le périphérique, pour une large part (circulation de transit). La capacité du périphérique permet d'absorber ces reports marginaux par rapport à la fréquentation actuelle, sans effet sur les conditions de circulation ;

- mais aussi sur le quai haut rive droite, le quai Branly et le boulevard Saint Germain ainsi que plusieurs axes de la rive droite. Ce report se fera sans affecter de manière sensible les conditions de circulation sur ces axes (augmentation des temps de parcours inférieure à 5 minutes sur chacun de ces axes).

SUR LA RIVE GAUCHE...

Sur cet axe au trafic moindre (2 000 véhicules par heure à l'heure de pointe sur les berges) que sur la rive droite, la fermeture à la circulation des quais bas entraînera logiquement un report de circulation sur le quai haut, la vitesse moyenne passant, à l'heure de pointe, sur l'axe gare d'Austerlitz / Bir Hakeim, de 17 km/h actuellement à 13 km/h.

Concrètement, cette évolution correspond à un temps de parcours accru d'environ 6 minutes sur la traversée de Paris d'est en ouest (de 23 minutes à l'heure de pointe en moyenne aujourd'hui à 29 minutes).

Le reste de ces reports s'effectuera sur d'autres parcours (essentiellement rive droite) :

- le tronçon Louvre-Champs Elysées,
- le Cours la Reine,

où ils n'induiront pas d'augmentation significative des temps de trajet.

Les accompagnements :


Pour améliorer les conditions de circulation:

- un travail en amont sera effectué sur la configuration des carrefours (gestion des tournes à droite et à gauche), notamment au niveau des ponts Iéna, Alma et Concorde ;

- une attention permanente sera portée aux conditions de régulation du trafic, en particulier au réglage des feux.

Commentaires

Paris : Bertrand Delanoë lance la reconquête des voies sur berges

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur