En direct

Paris à la reconquête des berges de la Seine rive droite
La Ville de Paris envisage deux scénarios pour piétoniser les berges de Seine en rive droite. Le premier porte sur un linéaire de 1,5 km entre la place du Châtelet et le pont de Sully ; le second, sur 3,3 km, entre le tunnel des Tuileries et le port de l’Arsenal. - © © Luxigon

Paris à la reconquête des berges de la Seine rive droite

Nathalie Moutarde (Bureau Ile-de-France du Moniteur) |  le 05/05/2015  |  Anne HidalgoEtatParisArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Anne Hidalgo
Projets
Etat
Paris
Architecture
Valider

Forte du succès de la transformation en promenade des berges de la Seine rive gauche, la Ville de Paris veut maintenant piétonniser les quais bas rive droite. Le 5 mai, Anne Hidalgo, la maire de la capitale, a dévoilé les deux scénarios envisagés. Ce projet, peu coûteux, de l’ordre de 8 millions d’euros, pourrait voir le jour dès l’été 2016.

Anne Hidalgo lance l’acte II de la reconquête des berges de Seine. Après la piétonnisation des quais bas de la rive gauche, entre le pont Royal et le pont de l’Alma (VIIe arrondissement) en juin 2013, la Ville de Paris envisage d’élargir ce dispositif à une partie des berges de la rive droite. Après l’examen de ce projet à la fin du mois de mai par le Conseil de Paris, la concertation des Parisiens et des communes riveraines débutera en juin pour se prolonger tout l’été. Deux scénarios leur seront proposés. Le premier consiste à fermer à la circulation automobile le tronçon central de la voie Georges-Pompidou sur 1,5 km, entre la place du Châtelet et le Pont de Sully. L’aire piétonne ainsi créée se développerait sur 2,6 ha. Dans le second cas, les quais seraient transformés en promenade sur 3,3 km, du tunnel des Tuileries au port de l’Arsenal, soit un espace entièrement réaménagé de 4,5 ha (dont 8 000 m2 d’espace couvert dans le tunnel des Tuileries et le tunnel Henri IV).

Offre de transport alternative

«Le bilan que nous tirons de la reconquête des berges rive gauche est une réussite majeure pour les Parisiens et les Franciliens qui utilisent beaucoup ces lieux de promenade [ndlr: plus de 4 millions de visiteurs en 18 mois]. Comme cette réussite correspond à notre façon de voir et de faire la ville, nous avons décidé de ne pas nous arrêter là», a déclaré la maire de Paris, Anne Hidalgo. Engagement de campagne, cette décision s’inscrit dans une approche globale en termes de mobilité: création de zones 30, opération Paris respire, réaménagement des places (Bastille, Nation…). «Toutes ces mesures visent à réduire le trafic automobile à Paris pour réduire la pollution. C’est un enjeu écologique, c’est un enjeu de santé publique», a insisté la maire de Paris. Cette volonté de diminuer la circulation automobile s’accompagnera d’une offre de transport alternative. La municipalité a ainsi lancé une étude sur la création d’une liaison à haut niveau de service sur les quais hauts de la Seine rive droite dont les conclusions seront rendues fin 2015.

Installations réversibles

Les aménagements réalisés seront «légers» : aires de jeux pour les enfants, équipements sportifs... La Ville veut aussi mettre l’accent sur l’implantation d’activités économiques. «Des péniches pourraient venir s’amarrer dont certaines pourraient accueillir des marchés flottants pour alimenter Paris via le fleuve», a indiqué Christophe Najdovski, adjoint à Anne Hidalgo, en charge des transports, de la voirie, des déplacements et de l’espace public. Comme sur la rive gauche, les installations pourront être démontées en cas de crue ou de réouverture nécessaire à la circulation.

Des péniches pourraient s’amarrer, certaines étant dédiées aux activités économiques comme des marchés flottants qui alimenteraient Paris via le fleuve.
Des péniches pourraient s’amarrer, certaines étant dédiées aux activités économiques comme des marchés flottants qui alimenteraient Paris via le fleuve. - © © Luxigon

Objectif: Paris Plages 2016

Au final, les investissements ne devraient pas s’élever à plus de 8 millions d’euros. La Ville de Paris avait déjà engagé une première série d’aménagements en septembre 2012 en transformant la voie rapide en boulevard urbain sur 1,5 km, entre l’Hôtel de Ville et le port de l’Arsenal. Cette intervention a déjà permis d’enclencher une baisse des flux de circulation de l’ordre de 25% en moyenne aux heures de pointe (actuellement 2 700 véhicules/heure aux heures de pointe). Quant à l’impact de la fermeture totale aux voitures, il n’est pas encore connu, les études sur les reports de circulation se poursuivant avec la préfecture de police. Mais l’équipe municipale se montre plutôt confiante. «Suite à la fermeture des berges rive gauche, le temps de parcours entre le quai d’Ivry et le quai d’Issy n’a augmenté que de deux minutes, là où les études prévoyaient 6 mn», a précisé Xavier Janc, en charge du projet.

La Ville de Paris veut aller vite. Suite à la concertation, la déclaration de projet devrait intervenir cet automne avec pour objectif la transformation des berges rives droite en promenade pour Paris Plages 2016.

Commentaires

Paris à la reconquête des berges de la Seine rive droite

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur