En direct

Parcours à travers les nouvelles salles Salles Charles X et galerie Campana

ELISABETH ALLAIN-DUPRE, CYRILLE VERAN |  le 19/12/1997  |  ArchitectureInternationalProfessionnels

Le cadre historique et la conservation des vitrines du Second Empire des salles Charles X et Campana posaient une double question : comment réaliser une intervention contemporaine qui ne rivalise pas avec le décor historique ? Comment parvenir à une présentation des oeuvres où les vitrines anciennes, d'acajou, de laiton et de bronze, ne concurrencent pas les oeuvres présentées ? Les architectes interviennent à deux niveaux. Ils déshabillent les vitrines murales de leurs aménagements (tablettes de bois, habillages en tissu). Très hautes pour accumuler maints objets, ces vitrines présentent la collection de façon plus aérée. Des stores en partie haute dissimulent l'éclairage et focalisent le regard sur les oeuvres. En atténuant le caractère mobilier des vitrines, le volume des salles devient plus lisible. En complément d'un travail sur les vitrines existantes, les architectes proposent une scénographie différente pour chaque galerie. L'architecture contemporaine trouve sa place sans rivaliser avec l'existant. Dans les salles Charles X, où le décor des plafonds et des murs est omniprésent (plafonds peints, marbre, trompe-l'oeil en grisaille, stuc), les architectes rassemblent les oeuvres en îlot, dans l'axe de la circulation centrale et de la perspective générale. Le sol et les murets sont en pierre de Corton. Les vitrines ont leurs ossatures de métal peint, taillées en oblique, pour apparaître plus fines. Des tubes fluorescents avec variateur sont posés en haut et en bas de la vitrine. Dans la galerie Campana, où le décor, limité au plafond, est plus épuré, l'aménagement des vitrines, parallèle à la circulation latérale, suit l'enfilade des pièces. Les vitrines sont couplées au sol par un même matériau, l'acajou. A l'est, la percée d'une réserve permet d'ouvrir la perspective. A l'ouest, la galerie se termine par trois salles d'étude destinées aux étudiants et chercheurs. Ce travail sur la muséographie se double d'une restauration des plafonds, des grisailles et des stucs. Les parquets sont poncés et cirés. Les « screen » sur les fenêtres occultent la lumière naturelle sans boucher la vue sur la Seine.

FICHE TECHNIQUE

Maîtrise d'oeuvre : Pierre Beucler, Pierre-François Codou, Franck Hindley et Jean-Christophe Poggioli, architectes (Architecture et associés) ; Batelec, bureau d'étude technique ; Aartill, éclairage.

Surface : 1 500 m2.

Coût de l'opération : 13,7 MF HT.

PHOTOS :

GALERIE CAMPANA : la disposition des vitrines, parallèle à la circulation latérale, suit l'enfilade des pièces. Les vitrines sont couplées par un matériau qui les lie au sol, l'acajou.

SALLES CHARLES X : les vitrines s'organisent en îlot dans l'axe de circulation. Le sol et les murets sont en pierre de Corton. Les vitrines, épurées, présentent trois étages de collection. Plafonds, grisailles et stucs ont été restaurés.

Commentaires

Parcours à travers les nouvelles salles Salles Charles X et galerie Campana

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX