En direct

Parc et logements sociaux sur une friche industrielle

ELISABETH GILLION |  le 26/01/2001  |  ImmobilierLogementArchitectureAménagementOise

La ville de Mouy reconvertit une ancienne usine du centre ville

L'ancienne usine Paillart ayant été transformée en résidence par Oise-Habitat, la commune de Mouy va aménager les alentours en parc et restaurer les berges de la rivière.

Elle a acquis l'ensemble il y a cinq ans : un bâtiment en pierres de taille et d'autres constructions disséminées entre le Thérain et 3 ha de bois. « C'était une aubaine pour une ville industrielle aussi dense que la nôtre. Pas question de laisser passer un aussi beau site quand on manque de logements à louer », explique le maire, Jean Sylla. D'autant que cette ancienne usine, symbole de reconquête pour la population, se trouve au centre historique. Le problème : les bâtiments étaient dévastés, les berges recouvertes de ciment et le jardin en friche.

Un pari réussi

La ville a d'abord démoli des bâtiments qui gâchaient la vue sur les arbres, et réalisé la voirie pour 1 million de francs (150 000 euros), puis elle a loué le bâtiment principal avec un bail emphytéotique de soixante-dix ans à Oise-Habitat qui y a installé 19 logements bénéficiant d'un prêt locatif aidé (PLA) et 4 PLATS.

Pour le bailleur social, le pari financier était osé : « Nous avons accepté car nous nous voulons plus gestionnaires que constructeurs ; nous nous attachons à raisonner en coût global », explique Bernard Domart, directeur du développement.

Le pari est réussi, car la structure du bâtiment était solide, et l'architecte Chimène Burchard-Gainche a limité les coûts : 10,7 millions de francs (1,63 million d'euros). « Nous avons sauvegardé le plus possible le bâtiment d'origine. Pour optimiser l'espace et limiter la consommation d'énergie, les appartements sont compacts ; une double peau intérieure en laine de roche les isole du froid et du bruit. » En revanche, elle a ajouté un cinquième étage qui permet des duplex agréables.

Les appartements ont donc obtenu le label Qualitel haute performance énergétique HPE trois étoiles, avec des surfaces supérieures aux normes, une place de parking et un cellier pour tous. Pour coller à la demande, les loyers sont maintenus à 90 % du plafond autorisé. Quant au parc, la mairie se prépare à l'aménager en deux tranches de 1,2 million de francs HT chacune (180 000 euros) en 2001 et 2002. Une passerelle sur le Thérain doit être construite, les murs d'enceinte abattus pour ouvrir le parc, réaménagé, sur la ville. La mairie attend désormais les subventions demandées à l'Etat et à la région pour démarrer.

PHOTO : Grâce à un montage complexe, intégrant un bail emphytéotique de soixante-dix ans, des logements sociaux entourés d'un parc public remplacent une friche industrielle au centre de Mouy (Oise).

Commentaires

Parc et logements sociaux sur une friche industrielle

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur