Environnement

Paquet  » climat-énergie « : chacun pour soi

Jean-Louis Borloo, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, et Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État à l’Écologie ont présidé, lundi, le conseil des ministres européens de l’Environnement.

Une réunion qui a tourné à la foire d’empoigne. Reconfirmant leurs objectifs de réduction des émissions de CO2 à l’horizon 2020, les Vingt-sept sont venus avec leurs doléances réduisant un peu plus la portée des propositions de la Commission en janvier. L’Allemagne exige toujours la gratuité des quotas pour les secteurs du ciment de la chaux, de la chimie fine et de la sidérurgie, soit 67% de ses émissions de CO2 ! Rome a déclaré que le paquet tel qu’il est « ne convient pas », ajoutant sa voix à celles de Varsovie, Prague, Nicosie, La Valette, Riga et Tallinn pour demander une mise aux enchères progressive pour son secteur électrique. Aucun État, toujours, ne veut d’une préaffectation des recettes des enchères.
Sans rire, les ministres ont tout de même adopté des conclusions sur la COP14 de Poznan (1er au 12 décembre 2008), où ils appellent les pays développés à « un niveau d’efforts comparable » pour réduire leurs rejets de 20% d’ici 2020.

enerpresse

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X