En direct

Pans en bois massif MHM : une alternative au béton banché ?
Le procédé MHM repose sur de pans de murs en bois massif constitués de planches en couches superposées et croisées. - © © DR

Pans en bois massif MHM : une alternative au béton banché ?

Jonas Tophoven |  le 16/09/2009  |  EnergieImmobilierTechniqueParisFrance entière

Loading the player ...

A l'heure où les pouvoirs publics entendent favoriser l'emploi du bois en zones urbaines, un immeuble d'habitation en bois sur quatre niveaux vient d'être livré aux portes de Paris. Un exemple original de construction éco-responsable.

En souhaitant répondre, dès 2006, à des attentes écologiques dans un contexte urbain, le promoteur Eric Guez (Urban Green) ne s'est pas contenté de viser la basse consommation d'énergie. A Gentilly (94), il propose un ouvrage qui intègre la production d'énergie renouvelable (panneaux thermiques), la récupération d'eau de pluie, l'aménagement d'un jardin privatif et de larges terrasses. En façade, le bardage en mélèze n'est pas traité, l'isolant est à base de fibre de bois. L'enveloppe est réputée absorber l'essentiel du rayonnement électromagnétique. A l'intérieur, les revêtements de sol sont en parquet massif, et le recours à l'éclairage basse consommation est de rigueur. Quant à la structure, le promoteur a arrêté son choix sur les pans de murs en bois massif MHM. Il s'agit d'un concept de pans de murs constitués de planches en couches superposées et croisées, solidarisées par des clous en aluminium qui présentent entre autre l'avantage de ne pas détériorer les lames de scie qui découpent en atelier les grands éléments et y pratiquent des ouvertures destinées aux baies. Un concept inventé et breveté en 2002 par le leader mondial des centres d'usinage de charpente à commande numérique Hans Hundegger et son entreprise éponyme pour répondre à des prospects peu convaincus par la MOB pour la simple raison que les caissons sont creux.
La matière première est constituée de planches de dosse peu valorisées, et dont le prix de marché est inférieur de moitié aux planches de cœur. Ces produits sont disponibles en épaisseur constante, mais en largeurs variables, ce qui ne constitue pas un inconvénient dès lors que les planches sont juxtaposées pour constituer des panneaux. Le procédé MHM dispose d'une « Zulassung » (sorte d'avis technique allemand) depuis 2005.

Une première en France

Depuis l'édification de la première maison MHM en 2002, le Bavarois Hundegger a vendu ses installations dans plusieurs pays d'Europe, et en livre actuellement une en France (Chalets Claudet). Pour l'heure, les maisons individuelles, construites en France selon le concept MHM, recourent à des éléments fabriqués en Allemagne.
Spécialisée dans le montage de maisons MHM, l'entreprise française SBM compte depuis deux ans plusieurs réalisations à son actif. Il constituait donc l'interlocuteur naturel pour Urban Green, dès lors que le promoteur avait arrêté son choix sur le procédé MHM.
En principe, ce dernier permet de concevoir des immeubles jusqu'à 8 niveaux. On dénombre déjà plusieurs bâtiments de 4, voire 4 niveaux et demi en Allemagne et en Italie. Les éléments sont crédités Outre-Rhin d'une résistance au feu amplement suffisante compte tenu des réglementations en vigueur dans le domaine de la protection passive contre l'incendie.
En France, la construction d'un immeuble d'habitation 100% bois, sur 4 niveaux, est une première. A Gentilly, pour des questions d'ordre juridique, le promoteur a été contraint de conserver le premier niveau préexistant, en maçonnerie. Les panneaux de 20,5 cm sont livrés enduits d'une pâte à base de sciure qui doit les protéger des intempéries jusqu'au montage. Cette dernière, en colmatant particulièrement bien les interstices au moment du vissage, contribuent à ce que l'étanchéité à l'air soit très performante. Du côté intérieur, les plaques de plâtre sont vissées directement sur les éléments MHM. Le plancher est constitué d'une chape liant hydraulique, support de parquet massif, reposant sur des panneaux répartis sur des solives apparentes. Côté façade, un bardage en mélèze masque l'appoint d'une isolation en fibre de bois de 22 mm (44 mm au nord), la performance thermique de l'enveloppe étant servie par le choix de menuiseries de qualité (Uw = 1,8). De sorte que les besoins de chauffage, limités, se satisfont d'un équipement électrique.

Aller plus loin dans la préfabrication

Le montage des éléments MHM a débuté fin novembre et s'est achevé début décembre 2008, mais les derniers travaux de finition étaient encore en cours début juin. En façade, Eric Guez a choisi la neutralité avec des panneaux bois-ciment clairs montés un à un. Globalement, les longs délais ne sont pas particulièrement imputables à la technique constructive qui a été choisie. Pour autant, Urban Green estime qu'un temps précieux serait gagné si les éléments MHM pouvaient être équipés en atelier avec les menuiseries, le bardage, voire le revêtement intérieur. En d'autres termes, il s'agirait d'appliquer au procédé MHM, dans le cadre de projets d'immeubles, l'approche « maison toute prête » allemande, sachant que, justement, le leader allemand de la spécialité, WeberHaus, a livré dès novembre 2007 une première maison MHM « toute prête ». Reste que la société Hundegger n'en reste pas au concept des murs massifs, elle vient, en effet, de lancer un concept de fabrication de plancher en bois massif à sous-face apparente, qui mise sur une très haute productivité par poste de travail.

Un exemple original de construction éco-responsable.
Un exemple original de construction éco-responsable.
Pans en bois massif MHM : une alternative au béton banché ?
Pans en bois massif MHM : une alternative au béton banché ?
400 réalisations MHM en un an

Début 2008, quelque 400 ouvrages, maisons individuelles et bâtiments tertiaires de plusieurs niveaux, ont été réalisés selon ce procédé. A ce jour, une vingtaine de transformateurs européens ont fait l'acquisition de la ligne de production spécifiquement dédiée, dont 4 en Allemagne. Hundegger commercialise un ensemble de trois machines spécifiques pour la fabrication des panneaux MHM. La première incise sur le dos et les côtés des planches des rainures de 3 mm. Outre l'emboîtement latéral, ce rainurage va emprisonner de l'air et optimiser la performance d'isolation de la paroi. La seconde machine dispose les couches et les cloue, tandis que la troisième pratique des ouvertures dans des blocs qui peuvent atteindre 20 m2 (3'25 x 6 m) et 36 cm d'épaisseur.

Commentaires

Pans en bois massif MHM : une alternative au béton banché ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX