En direct

Panne sèche
Fabien Renou, rédacteur en chef - © BRUNO LEVY/LE MONITEUR
Edito

Panne sèche

Par Fabien Renou, rédacteur en chef |  le 09/11/2018  |  FiscalitéBTP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Fiscalité
BTP
Vie du BTP
Valider

Dès que l'on parle du prix des carburants, les esprits s'embrasent. La hausse des taxes sur les prix à la pompe annoncée pour le 1er janvier met en rogne des millions d'automobilistes. Les transporteurs routiers redoutent un nouveau handicap dans la concurrence internationale. Et, cette fois-ci, la colère atteint même le BTP.

Un point précis inquiète les constructeurs : la suppression du taux réduit d'une taxe (la TICPE) sur le gazole non routier, utilisé par les engins de chantier. Facture de cette disposition du projet de loi de finances : 700 millions d'euros sur un an pour la seule filière des travaux publics selon la FNTP. Autant dire que les marges de ces entreprises, encore faibles, risquent de se réduire à peau de chagrin.

Et pourtant, peut-on raisonnablement s'opposer à un choix qui vise à préparer l'après-pétrole ? Peut-on sciemment occulter le lien entre les émissions des véhicules et le réchauffement climatique ? Peut-on exiger que la construction s'affranchisse de l'effort demandé à tous ?


Peut-on exiger que la construction s'affranchisse de l'effort demandé à tous ?

Sauf que justement, tous les secteurs ne paraissent pas égaux devant la fiscalité verte. L'agriculture, comme le ferroviaire, bénéficiera encore du taux réduit. Etrangement, il revient au BTP de supporter l'essentiel de cet effort.

Une fiscalité véritablement verte supposerait de taxer les activités polluantes pour soutenir le passage à une économie moins carbonée. Or, les sources de financements semblent bien sélectives. Quant aux investissements en faveur de la transition énergétique, ils demeurent incertains. Ainsi, l'argent récolté par cette taxe n'ira pas financer des infrastructures plus vertes.

Quant à la réduction de la portée du CITE, en plus d'ébranler un autre secteur, la menuiserie, elle brouille le message en faveur d'un indispensable effort pour la rénovation thermique des logements.

Ces signaux contradictoires envoyés par le budget 2019 laissent une curieuse impression. Comme si l'indispensable lutte pour sauver la planète servait de paravent à des objectifs bien plus terre à terre et court-termistes. Dommage pour le BTP. Dommage pour l'écologie.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur