En direct

Paille, bois et recyclage de calories: la recette vosgienne du passif

eric Leysens |  le 24/05/2013  |  ImmobilierArchitectureTechniqueVosgesEquipement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Architecture
Technique
Bâtiment
Vosges
Equipement
Hygiène
Bois
Conception réalisation
Produits et matériels
Valider

Le Toit Vosgien, ASP architecture, Terra énergie et Ingénierie Bois construisent actuellement, à Saint-Dié-des-Vosges, un immeuble de 7 étages en bois et en paille dont les charges en chauffage (air et eau) ne devraient pas dépasser les 5 euros par mois pour un T4.

La résidence Jules Ferry en cours de construction dans les Vosges vise le label Passivhaus. Pour y arriver elle compte utiliser des calories qui d'ordinaire sortent des bâtiments et se dissipent dans la nature. Cette chaleur dite « fatale » est dans ce projet une des principales sources énergétiques. La récupération des calories de l'air vicié évacué et de l'eau usée couvre une part importante des besoins nécessaires au chauffage de l'eau chaude sanitaire qui, dans ce bâtiment, sont deux fois plus importants que ceux requis pour chauffer l'air des logements. L'équipe de maitrise d'œuvre a poussé loin l'optimisation énergétique de l'immeuble.


Quand l'ascenceur freine, l'eau chauffe



L'énergie générée par le freinage de l'ascenseur est récupérée, transformée en électricité et injectée dans le réseau local des communs. Et, dans le cas où cette micro-production dépasse les besoins d'éclairage, le surplus d'électrons est envoyé vers une résistance électrique. L'ascenceur produit ainsi une mince partie de l'eau chaude sanitaire.

Mais le maître d'ouvrage a conscience que l'attention portée au chauffage ne suffit pas à assurer de faibles charges. Dans un bâtiment aussi thermiquement performant, les consommations électrodomestiques dépasseront celles des postes réglementaires (chauffage, ECS, éclairage, ventilation et auxiliaires). De manière à influer sur les besoins qui seront nécessaires au fonctionnement des appareils électroménagers, le Toit Vosgien installera donc, dans chaque logement, une table de cuisson à induction de classe A sur l'étiquette énergétique. Aussi, on trouvera, dans les habitations, un système d'affichage instantané des consommations (chauffage/prises/éclairage), de la température et de l'hygrométrie.

Commentaires

Paille, bois et recyclage de calories: la recette vosgienne du passif

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur