En direct

Paca: les travaux publics très inquiets du manque de visibilité
Les travaux de "bus à haut niveau de service" (BHNS) à Marseille - © PDD

Paca: les travaux publics très inquiets du manque de visibilité

Rémy Mario (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 18/04/2014  |  EtatTravailTravaux sans tranchéeAlpes-MaritimesBouches-du-Rhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Etat
Travail
Travaux sans tranchée
Alpes-Maritimes
Bouches-du-Rhône
Valider

Lors de leurs assises qui se sont tenues le 16 avril à Aix-en-Provence, en présence du président de la FNTP Bruno Cavagné, les TP de Provence-Alpes-Côte d’Azur ont exhorté les collectivités à investir dans les territoires, «en faisant mieux avec moins» et en privilégiant des projets prioritaires, générateurs d’emploi et de retombées économiques.

Confrontées à une conjoncture difficile avec pour impact des baisses de chiffres d’affaires, des marges réduites et des trésoreries difficiles, les entreprises de travaux publics en Paca s’inquiètent fortement pour leur avenir, à l’heure où les perspectives d’évolution de la commande publique (70% de leur activité est générée principalement par les collectivités locales) ne sont guère favorables.

«Nous craignons que face aux politiques de réduction des déficits budgétaires, de baisse des dotations d’Etat, l’investissement des collectivités territoriales soit encore et toujours la variable d’ajustement. C’est notre principal sujet de préoccupation, bien plus que celui de la présence ou de l’arrivée de nouvelles entreprises étrangères dont l’impact est moins fort dans les travaux publics que dans le bâtiment dans la région» souligne Laurent Amar, le président de la FRTP Paca. Ce secteur d’activité qui a un poids important dans l’économie régionale (plus de 800 entreprises, 26 000 salariés, près de 4 milliards d’euros de travaux par an soit 10% du chiffre d’affaires national), après deux fortes baisses en 2008 et 2009, s’est stabilisé ensuite et a même vu les dépenses en travaux publics des collectivités progresser en 2012 (1,8 milliard réalisé, +9%) et 2013 (2,6 milliards budgétés contre 2,5 milliards en 2012).

Favoriser les «bons» investissements

Mais l’horizon est en train de se charger de nuages: les taux d’exécution des opérations dans les collectivités s’inscrivent à la baisse (élections, changement de gouvernance, etc.) et la région qui, traditionnellement suit avec un effet retard les tendances nationales, pourrait en 2014 connaître une année beaucoup plus difficile que les précédentes. D’autant que les perspectives sur les relais de croissance futurs sont minces. Exemple: le contrat de plan Etat-Région. Le contrat 2007-2013 qui s’achève a permis à l’Etat et aux collectivités d’investir en Paca 1,5 milliard d’euros avec un taux de programmation de près de 90% des opérations. Pour maintenir la dynamique et achever les projets, l’Etat et la région ont mobilisé dans le cadre d’un avenant près de 200 millions d’euros pour 2014. Mais pour la suite et le prochain contrat de plan 2014-2020, les choses s’annoncent beaucoup moins claires. «Les négociations ont débuté mais nous n’avons pas les enveloppes futures que l’Etat va consacrer à ce contrat de plan» souligne-t-on du côté du conseil régional. Pour l’amélioration des nœuds ferroviaires de Marseille et Nice, retenus à la suite de la LGV Paca, la DUP est prévue par le gouvernement en 2017 mais il n’y a aucun financement pour l’heure pour permettre les travaux.

Face à ces perspectives assez moroses, les travaux publics lancent un message: il est indispensable de recentrer l’investissement et la commande publique sur des projets prioritaires qui produisent de l’emploi, de l’activité, de l’aménagement du territoire. «Nous en voyons au moins deux catégories: les grands projets structurants indispensables au développement économique du pays et l’entretien du patrimoine local, qu’il faut privilégier pour maintenir la qualité de service aux citoyens dans les territoires» juge Laurent Amar. «Et contrairement aux idées reçues, des financements existent: les banques ont repris des couleurs, l’Etat a créé des structures dédiées comme la BPI, la Caisse des dépôts, avec ses financements, peut jouer un rôle contra-cyclique. La profession doit également s’adapter en identifiant précisément les territoires qui ont des projets et pourquoi pas en dénonçant ceux qui ne font rien» ajoute Laurent Amar.

Commentaires

Paca: les travaux publics très inquiets du manque de visibilité

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur