En direct

Paca Golf et Paysage recycle sur site les matériaux issus du terrassement

JEAN-MARC MATALON |  le 23/08/2007  |  ArchitectureAménagementAlpes-Maritimes

Créée en 2003, l’entreprise Golf et Paysage figure déjà parmi les structures régionales les plus en vue dans les métiers liés aux espaces verts. Outre cette activité de base, la PME basée à Cabriès (Bouches-du-Rhône) intervient dans les domaines du terrassement, des petits VRD, de l’arrosage, et de la maçonnerie paysagère.

Au cours des derniers mois, Golf et Paysage s’est distinguée sur plusieurs chantiers prestigieux de la région Paca. Les 49 salariés de la société présidée par Jean-Jacques Balpe ont en effet pris part à la végétalisation des tramways de Marseille et Nice, aux aménagements paysagers du centre psychiatrique Sainte-Marguerite (Marseille) et de la place de la Liberté (Toulon). Ils ont aussi requalifié le littoral de Cagnes-sur-Mer, aménagé le parc d’activités Epsilon II (Saint-Raphaël), ou encore construit les golfs de Gassin, Valberg, Cabriès, Roquebrune-sur-Argens, Méribel et Tours. Mais tout en confortant sa dynamique économique (7 millions d’euros de chiffre d’affaires), Golf et Paysage s’est dotée d’une stratégie environnementale axée sur le recyclage. Chaque année, la société doit trouver 100 000 m3 de substrats terreux pour réaliser les aménagements qui lui sont confiés. « Nous devons, la plupart du temps, acheminer la terre végétale depuis des sites plus ou moins éloignés et évacuer en décharge les excédents de matériaux impropres issus du terrassement. Le transport renchérit alors le coût de l’opération et induit d’importantes pollutions sonores et atmosphériques », souligne le directeur du développement Pierre-Louis Galland.

Pour résoudre cette difficulté, Golf et Paysage a expérimenté, sur le chantier Epsilon II (Saint-Raphaël), une méthode consistant à valoriser sur site les matériaux récupérables en les transformant en substrats terreux compatibles avec les aménagements projetés.

Economie. « Après diagnostic du stock composé de terres hétérogènes et de débris végétaux en voie de décomposition, nous avons réalisé un criblage à la maille 0/20 du volume souhaité. Cette opération nous a permis d’obtenir 5 000 m3 d’un mélange homogène présentant une texture, un pH et un taux de matière organique équilibré. Seule une fumure phosphatique de fond, indispensable au bon enracinement des végétaux, a été maintenue dans le substrat », précise Pierre-Louis Galland. Si l’expérience a permis de valoriser intégralement les matériaux issus du décapage et de réutiliser en compost les déchets verts, elle a économisé 250 rotations de poids lourds et réduit de 50 % le coût prévu par le maître d’ouvrage du poste terre végétale.

PHOTO - MEDCagnes-13.eps
PHOTO - MEDCagnes-13.eps

Commentaires

Paca Golf et Paysage recycle sur site les matériaux issus du terrassement

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur