En direct

Ouverture du tableau des architectes : l’Unsfa s’oppose à l’Ordre
Jean-Michel Woulkoff, président de l'Unsfa. - © HASE

Ouverture du tableau des architectes : l’Unsfa s’oppose à l’Ordre

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI |  le 25/02/2022  |  ProfessionFrance CnoaUnsfaJean-Michel Woulkoff

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Profession
France
Cnoa
Unsfa
Jean-Michel Woulkoff
Valider

Rififi entre l’Union nationale des syndicats français d’architectes (Unsfa) et le Conseil national de l’Ordre des architectes (Cnoa) autour du tableau… Explications…

A la mi-janvier, le Conseil régional de l'Ordre des architectes de Nouvelle-Aquitaine (Croa-NA) lançait la réflexion sur la reconnaissance de tous les architectes dans la diversité de leurs pratiques professionnelles... Objectif : permettre à tous les titulaires d’un diplôme dans la discipline de s’inscrire au tableau de l’Ordre et de pouvoir ainsi porter le titre d’architecte sans usurpation. Au Conseil national de l’Ordre des architectes (Cnoa), un groupe de travail (GT) est en charge du sujet, qui réunit huit conseillers nationaux (sur les 24), ainsi que neuf représentants des Conseils régionaux.

Une initiative qui n’est pas du goût - très loin s’en faut - de l’Union nationale des syndicats français d’architectes (Unsfa) qui, par la voie d’un communiqué de presse cinglant signé de son président, Jean-Michel Woulkoff, a «dénoncé» ce 24 février 2022 «l’initiative» du Cnoa et du Croa-NA.

«La loi de 1977 a défini strictement les conditions d’exercice de la profession d’architecte. Pour rappel cette ouverture du tableau ne peut s’effectuer que par un projet de loi, et donc dans le cadre d’une session parlementaire avec une vision politique de réforme de la profession et de ses modalités d’exercice. Cette révision ne peut être le choix unilatéral ou la seule prise en compte des désidératas d’un Conseil régional de l’Ordre des architectes (Croa) ou même du Cnoa. L’action menée par le Croa-NA ne revêt donc aucun caractère légal ni opposable».

Et l’Unsfa de préciser son point de vue : «Prétendre à figurer dans un tableau ordinal sans exercer la fonction que celui-ci réglemente n’a aucun sens et crée indubitablement une confusion sur l’exercice de l’architecture et des responsabilités qui y sont attachées. C’est pour cette raison que l’Unsfa dénonce l’initiative du Cnoa qui instaure une ambiguïté sur le port du titre en défaveur des consommateurs, et, contrairement à sa délégation de mission de service public, risque de mettre gravement en danger l’ensemble des praticiens en exercice.»

L’Unsfa considère ainsi que «les agissements du Cnoa risquent d’ouvrir une boite de Pandore qui ne peut qu’égarer les étudiants, les professionnels et le consommateur.» Ambiance… Et d’enfoncer un dernier clou : «Le port du titre ne peut être que le corollaire à la capacité à exercer la fonction d’architecte telle que définie par la loi.»

La voie du dialogue diplomatique reste cependant ouverte entre les deux institutions : «Nous devons réfléchir tous ensemble à une solution qui prenne en compte la fonction respective et distincte de chacun et sa mise en valeur». Avec quel succès?

Sur le même sujet Les architectes au tableau!

Le Conseil national de l’Ordre des architectes (Cnoa) et le Conseil régional de l’Ordre de Nouvelle-Aquitaine (Croa-NA) répondent à l'Unsfa :

Cnoa et Croa-NA tiennent à rassurer l’Union nationale des syndicats français d’architectes sur la démarche en cours.
Depuis plusieurs années, le Cnoa mène une réflexion sur l’évolution du métier, en concertation avec les acteurs concernés : ministère de la Culture, écoles d’architecture et syndicats eux-mêmes, avec qui il y a eu des échanges positifs notamment en Nouvelle-Aquitaine avec un représentant du bureau national de l’Unsfa. Son président a également été informé de ces démarches. Le ministère, premier concerné, suit l’institution dans ses travaux.

Dans le sens de la Stratégie nationale pour l’architecture (SNA, 2015), cette initiative est en adéquation avec la mission de l’Ordre. Il est bien question d’accompagner et d’anticiper les évolutions des pratiques professionnelles de l’architecte. Le sondage proposé par le Croa-NA s’inscrit dans une réflexion globale en phase avec les missions ordinales. Il n’est qu’une étape dans un travail d’analyse des problématiques posées par la reconnaissance de tous les architectes, y compris sur les évolutions règlementaires. Il permettra d'abonder aux travaux de l'Observatoire économique de la profession mis en place par le ministère. Cette démarche collaborative passera encore par de nombreuses consultations et concertations.

Le Cnoa souhaite un débat serein sur l’évolution des métiers de l’architecte et son rôle fondamental au service de l’intérêt public. Il rappelle que la mesure n°27 de la SNA engage les acteurs de l’architecture, dont le ministère de la Culture, «en relation avec l’Ordre, à accompagner les évolutions professionnelles de l’architecture». Dans ce contexte «l’Ordre est appelé à intégrer les mutations sociales, culturelles, environnementales, économiques et territoriales pour accompagner et anticiper les évolutions en cours dans le monde du bâtiment et de l’aménagement des villes et des territoires».

Commentaires

Ouverture du tableau des architectes : l’Unsfa s’oppose à l’Ordre

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil