En direct

Ouverture du musée Tomi Ungerer de Strasbourg
Cliquez pour agrandir... - ©

Ouverture du musée Tomi Ungerer de Strasbourg

DEGIOANNI Jacques-Franck |  le 29/10/2007  |  France CultureBas-RhinEuropeInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Réalisations
Culture
Bas-Rhin
Europe
International
Profession
Architecture
Valider

Le musée Tomi Ungerer, premier musée public en France dédié à un artiste de son vivant, a ouvert ses portes jeudi à Strasbourg, une consécration pour cet artiste de renommée internationale originaire d'Alsace.
"Le dessin, c'est l'avorton des muses et pourtant, dans la vie de tous les jours, c'est le dessin qui, de toutes les formes artistiques, joue le plus grand rôle. Mais pourquoi moi ? Je suis un peu embarrassé. Je suis là devant vous avec un trop-plein d'émotion", a dit Tomi Ungerer lors d'une conférence de presse.

Signé des architectes Dominique Marrec et Emmanuel Combarel, il est installé dans une élégante villa de la capitale alsacienne de la fin du 19e siècle. Le musée présente au public sur 700 m2 l'itinéraire de la vie et de la production de l'artiste, icône alsacienne qui a passé de nombreuses années à l'étranger et qui est sans doute plus connu en Allemagne qu'en France.
Le rez-de-chaussée présente les dessins et les livres pour enfants de l'artiste qui l'ont fait connaître en France, tandis que le 1er étage montre ses dessins satiriques et ses affiches publicitaires essentiellement produites aux Etats-Unis. Le sous-sol recèle une sélection de ses oeuvres érotiques.
Tomi Ungerer, 75 ans, qui arborait un tee-shirt barré de la mention "The people's Républic of Alsace" (République populaire d'Alsace), a fait de l'humour l'un de ses principaux traits de caractère et revendique ses origines strasbourgeoises.

"Quand on parlait de la France de l'intérieur, nous Alsaciens en étions le postérieur, tous les jours pénétrés par les suppositoires allemands", dit-il dans un grand éclat de rire.
Avec l'ouverture de ce musée, "je suis devant une dette qui me dévore. Je ne sais pas comment j'en suis arrivé là. Ma dette de reconnaissance va à la ville de Strasbourg", poursuit Tomi Ungerer.
Avant tout dessinateur satirique, Tomi Ungerer s'est fait connaître d'abord aux Etats-Unis par ses talents d'affichiste pendant son séjour à New York de 1957 à 1971.
Il se distingue alors par la critique de la société américaine, la satire de la décadence de notre civilisation, son opposition au ségrégationnisme racial et son engagement contre la guerre.

Son opposition à la Guerre du Vietnam en 1967 transparaît dans ses affiches qui sont alors refusées par ses commanditaires américains.
Son itinéraire politique évolue par la suite en une lutte contre toutes les formes de fascisme, avec une série d'illustrations sur la Shoah et le ghetto de Varsovie.
La collection présente aussi les oeuvres les plus récentes de l'artiste, y compris les dessins originaux de son dernier livre pour enfant "Amis amies" publié en 2007, qui traite du racisme.
Le musée recèle au total plus de 8.000 dessins de Tomi Ungerer, ce qui permettra d'organiser des expositions tournantes pour accompagner la partie permanente.

Tomi Ungerer n'a pas la moindre idée du nombre de dessins qu'il a pu réaliser au cours de sa vie. "Il y en a des boîtes et des boîtes. Il y en a assez et j'en ai assez".
Mais l'ouverture du musée ne signifie pas la fin de la carrière de Tomi Ungerer. "J'ai plein de projets. Je suis comme le pissenlit. Mes racines sont profondes en Alsace et pour le reste, je sème à tous vents", dit-il avec un sourire espiègle.
Au début de cette année, l'artiste, qui vit en Irlande, avait prévu d'ériger un bâtiment en forme de postérieur humain pour abriter des toilettes publiques dans la ville de Plochingen, près de Stuttgart, au sud-ouest de l'Allemagne, ce qui en aurait fait "le plus grand derrière du monde", fait-il remarquer.

Mais des protestations véhémentes de la communauté musulmane puis chrétienne l'ont obligé à revoir ses plans.
"Tomi Ungerer est notre fierté. C'est la raison pour laquelle nous lui avons dédié ce musée", conclut Robert Grossmann, président de la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS). Le musée ouvre ses portes au public le 2 novembre.
Avec AFP

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur