Le moniteur
Outillage à main : Berger entre en France par la cime des arbres
Ina Berger, directrice générale, et son frère Julian, directeur de production, incarnent la quatrième génération à la tête de l'entreprise qui fêtrea - © Berger

Outillage à main : Berger entre en France par la cime des arbres

Laurent miguet |  le 18/09/2018  |  Fournitures industriellesOutillage portatif

Pour accélérer la conquête du marché français, le fabricant allemand d’outils de coupe Berger compte sur deux nouveaux outils de sa gamme Arborapid : une catapulte et une perche télescopique, réglable en continu dans des longueurs comprises entre 1,75 m et 5,90 m. Leur association donne aux élagueurs un accès immédiat aux cimes de 40 m de haut.

Associé à l’image de qualité du made in Germany, le geste spectaculaire et ludique de l’élagueur armé d’une perche et d’une catapulte résume la stratégie hexagonale de Berger : toucher au coeur une profession marquée par la relation physique intense entre l’homme et l’arbre. Le fabricant de Wuppertal (Rhénanie-du-Nord Westphalie) compte sur les deux nouveaux nés de sa gamme ArboRapid pour donner leur pleine puissance à ses relais français : distribué notamment par Guillebert, Hevea et Würth France, Berger s’appuie sur la représentation permanente déléguée à l’alsacien Horizon Vertical.

Acteur mondial

Depuis mai dernier, le français Christophe Selva accompagne, à partir de Wuppertal, la priorité désormais accordée à la France dans la stratégie internationale de la PME. La marque ne manque plus aucun des grands rendez-vous français du paysage et des travaux forestiers, qu’il s’agisse de Salonvert, de Paysalia ou d’Euroforest.

Cette montée en puissance devrait mettre fin à un paradoxe : depuis ses premiers pas à l’export dans les années 1990, Berger a trouvé des clients des Etats-Unis au Japon et de la Nouvelle Zélande à la Scandinavie ou au Portugal, plus facilement que dans l’hexagone. « Avec la diversité de ses paysages viticoles, agricoles et forestiers, la France offre un terrain idéal pour tous nos outils. A cela s’ajoute un attachement personnel : mon père, âgé de 84 ans, y a vécu six mois dans jeunesse », confie Ina Berger, directrice générale et représentante de la quatrième génération de l’entreprise familiale de 50 salariés, née en 1919.

Trois matériaux

L’entrée dans l’hexagone par l’élagage, une de ses spécialités les plus anciennes, donne à l’entreprise l’occasion de montrer la diversité de ses savoir-faire : fixés par clipsage en tête des perches télescopiques de la gamme AroboRapid, les accessoires de coupe témoignent de la maîtrise de l’acier, travaillé dans la forge et la presse de l’usine de Wuppertal. Les tubes en aluminium et les éléments le plastique du manche proviennent du même site, équipé de machines conçues ou paramétrées par Berger, en amont de l’atelier de montage caractérisé par des finitions manuelles et une vérification systématique de chaque outil.
La certification GS, un sigle dont la traduction française signifie « sécurité testée », authentifie ce savoir-faire. Parmi les 11 laboratoires habilités à le délivrer, celui de Remscheid, spécialisé dans l’outillage à mains, perpétue la tradition métallurgique de la région dite du Bergisches Land, autour des trois pôles urbains de Wuppertal, Solingen et Remscheid, en Rhénanie-du-Nord Westphalie.

Reconnaissance du marché

Mais plus encore que le label GS, celui de la « grande famille des arboristes » suscite la fierté d’Ina Berger. « Toute l’Europe se reconnaît dans les travaux du KWF, l’Institut de recherche en sciences et technologies du travail forestier », s’exclame la directrice générale. Outre le contrôle en salle, le KWF soumet les machines à trois mois d’essais anonymes en situation réelle. Les  tests incluent la rapidité des changements de pièces – 48 heures pour le marché allemand, 72 pour la France – la variation des angles d’ouverture des outils de coupe, les poignées, les salissures...

Pour la mise au point de la catapulte Rocket Master, la volonté de coller aux besoins du marché s’est affirmée dans la coopération entre Berger et l’un de ses principaux distributeurs allemands : Drayer a mis son centre de formation à l’élagage, basé en Forêt Noire, au service de ce nouveau produit.

La PME de Wuppertal déploie une offre qui couvre l’essentiel de l’outillage à main pour les espaces verts : sécateurs, cisailles à haie, scies arboricoles à lames courbes ou droites, crochets d’abattage ou échenilloirs. Face aux géants mondiaux de l’outillage à main professionnel comme Bahco, Berger défend son modèle : « L’entreprise familiale, en prise directe sur ses clients, conserve toute sa place dans le marché global », proclame Ina Berger. En mars prochain, elle compte bien en établir la démonstration : la 100ème bougie de l’entreprise éponyme coïncidera avec la présentation d’un nouvel outil de coupe encore top secret.

Commentaires

Outillage à main : Berger entre en France par la cime des arbres

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat - 2018

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat - 2018

Date de parution : 06/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur