En direct

Oscar Niemeyer, patriarche de l'architecture brésilienne
Oscar Niemeyer - © © Imageforum

Oscar Niemeyer, patriarche de l'architecture brésilienne

Marie-Douce Albert |  le 21/04/2010  |  Oscar NiemeyerInternationalCultureArchitecturePrix d'architecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Oscar Niemeyer
Profession
International
Culture
Architecture
Prix d'architecture
France
Professionnels
Valider

L'architecte Oscar Niemeyer, âgé aujourd'hui de 102 ans, est entré dans la légende grâce à son rôle majeur dans le modernisme brésilien et à la construction des monuments de la mythique capitale Brasilia. Il est aussi connu pour son engagement communiste, son amour des femmes et son étonnante longévité.

Le 15 décembre 1907 naît à Rio de Janeiro, au Brésil, Oscar Ribeiro Almeida de Niemeyer Soares, un nom qui témoigne de ses origines autant portugaises, allemandes qu'arabes. Il passe une enfance heureuse dans la grande maison qui abrite sa grande famille: parents, grands-parents, frères et sœurs, oncles et tantes. Mais, très jeune, il est choqué par les privilèges dont profite son milieu bourgeois.
Dès l'école primaire, il excelle en dessin, ce qui le mène jusqu'à l'Ecole des beaux-arts en 1929. Puis il rejoint l'équipe de l'architecte et urbaniste Lucio Costa. Oscar Niemeyer dira avoir choisi d'y travailler pour rien, quand ses camarades de classe optent pour de grosses compagnies de BTP. Mais c'est justement dans ce cabinet que, jeune diplômé, il pourra participer en 1936 au projet qui marque l'avènement du modernisme dans son pays: la construction du ministère de l'Education et de la Santé, dont Le Corbusier est architecte conseil.

Monuments pour une capitale

Il décroche sa première commande d'envergure à la décennie suivante. Pour le maire de Belo Horizonte, Juscelino Kubitschek, il imagine le complexe de Pampulha, au bord d'un lac. Une mise en jambe avant son grand chantier: Brasilia. Devenu président, Kubitschek ravive le vieux rêve d'une nouvelle capitale pour le Brésil. Au centre du pays, au milieu de nulle part, Lucio Costa trace un plan urbain en forme d'oiseau sur lequel Oscar Niemeyer élève des monuments emblématiques. L'architecte dessine notamment des coupoles inversées pour le Congrès national et une gerbe d'arcs pour la cathédrale.
Oscar Niemeyer use de béton dans un "jeu inattendu de lignes droites et de courbes". Il se démarque des raides angles droits du mouvement moderne et se fait plutôt le chantre de la sensualité des "courbes que je trouve dans les montagnes de mon pays, dans le cours sinueux de ses rivières, dans les vagues de l'océan et sur le corps de la femme aimée". Inaugurée le 21 avril 1960, Brasilia devient un mythe, qui sera classé par l'Unesco au Patrimoine mondial de l'humanité dès 1987. "Tu peux aimer ou pas, mais tu ne peux pas dire que tu as vu des choses semblables", constate Niemeyer.

Prix pour une carrière

En 1965, après l'instauration de la dictature, l'architecte qui milite au Parti communiste depuis vingt ans doit s'exiler en France. Malraux lui permet d'obtenir un permis de travail, qui l'autorise à bâtir, notamment, la maison de la Culture du Havre, aujourd'hui appelée le Volcan, et surtout le siège du Parti communiste français à Paris. Même Georges Pompidou fait - presque - l'éloge du célèbre dôme blanc de la place du Colonel-Fabien, "la seule bonne chose que les Communistes aient faite". Niemeyer aime la France et les terrasses des Champs-Elysées où il regarde passer les Parisiennes perchées sur leurs talons. De retour dans son pays dans les années 70, Oscar Niemeyer reçoit le prix Pritzker en 1988 et, devenu un très vieux monsieur, il peut afficher un palmarès de quelque 600 projets. En 1996, l'étrange soucoupe volante de son musée à Niteroi fait à nouveau sensation et une décennie plus tard, il inaugure un théâtre populaire dans cette même ville située face à Rio. Régulièrement, l'annonce d'un nouveau projet culturel ou l'inauguration d'un bâtiment administratif vient rappeler que la carrière déjà spectaculaire du patriarche de l'architecture brésilienne se poursuit. Depuis son bureau de Rio de Janeiro, au-dessus de la plage de Copacabana, il ne cesse de tracer des courbes au feutre noir.

Engagements pour un centenaire

En 2007, l'architecte a fêté son centenaire entouré de sa famille, de ses amis et de son ancienne secrétaire, âgée de 60 ans et qu'il a épousé en secondes noces en 2006 (Sa première épouse est décédée en 2004). Mais ce jour-là encore, il assurait que l'essentiel est de mener une "vie décente basée sur la solidarité". Le vieux militant n'a rien oublié de ses engagements et affiche, ces dernières années, son soutien à Lula et à son homologue vénézuélien Hugo Chavez tout en dénonçant le blocus "odieux" de Cuba. A ses visiteurs, il a d'ailleurs pris l'habitude d'affirmer: "Il est plus important d'aller manifester dans la rue que de faire de l'architecture".

Pour voir un portfolio des architectures et des sculptures d'Oscar Niemeyer en croquis, cliquer ici.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur