En direct

ORLEANS Première étape pour la deuxième ligne de tram

jean-jacques talpin |  le 02/03/2001  |  TransportsCollectivités localesLoiretFrance entièreMaîtrise d'œuvre

Les maîtres d'oeuvre ont été retenus

Quelques semaines après la mise en service de la première ligne de tram, la communauté de communes d'Orléans vient de donner le coup d'envoi officiel du projet de seconde ligne. Deux maîtres d'oeuvre viennent en effet d'être retenus : Systra associé à Setec, pour l'ingénierie, et Bruno Fortier (associé à Fortin-Arep-Ingénieurs et Paysages-Bloch), pour l'architecture et les aménagements urbains.

Le projet initial, chiffré à 1,75 milliard de francs (20 km, 30 stations), part de La Chapelle-Saint-Mesmin, à l'ouest, puis dessert le centre d'Orléans avant de rejoindre Saint-Jean-de-Braye, puis Chécy-Mardié. A l'est d'Orléans, le tram devait emprunter, sur près de 10 km, la voie ferrée (ou l'emprise ferroviaire) de la ligne Orléans-Châteauneuf fréquentée aujourd'hui par quelques rares trains de fret. Mais les négociations semblent difficiles, la SNCF étant réticente à accueillir des trams légers sur ses voies et, surtout, à introduire un intervenant autre que RFF. C'est pourquoi la CCAO a préparé un tracé alternatif parcourant le centre de Saint-Jean-de-Braye, puis les espaces très peu denses de l'est de l'agglomération.

Cette solution présenterait l'inconvénient d'être plus longue, plus chère et plus difficile à mettre en oeuvre, alors que le tracé initial était rectiligne le long de la voie et avait surtout l'avantage d'intégrer cette longue balafre ferroviaire dans le tissu urbain.

Grand chantier

Les négociations se poursuivent donc avec la SNCF pour qu'un choix définitif de tracé intervienne d'ici à l'été. Le dossier de DUP doit en effet être prêt avant la fin de l'année afin de lancer les travaux en 2003 pour une mise en service début 2005.

Le secteur le plus difficile dans le projet devrait se situer à l'ouest d'Orléans, avec notamment une insertion difficile dans le faubourg Madeleine et la nécessité de passer sous la rocade ouest. En centre-ville, le tracé s'inscrit sur les « mails », les grands boulevards qui contournent le centre historique. Des hypothèses de tracés sont cependant prévues dans l'hyper centre-ville et notamment dans la rue Jeanne-d'Arc, devant la cathédrale. Mais cette hypothèse aurait l'inconvénient d'éviter le pôle intermodal de la gare, où se croisent déjà bus, tram et trains.

Malgré ces ombres sur le démarrage du projet, la seconde ligne du tram sera le plus grand chantier des futurs élus de la communauté de communes d'Orléans.

Contact : Christian Buissn ; tél. : 02.38.78.03.50.

PHOTO : Faire passer la 2ème ligne de tram dans la rue Jeanne d'Arc posera le problème de l'interconnexion avec le pôle intermodal de la gare.

Commentaires

ORLEANS Première étape pour la deuxième ligne de tram

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur