En direct

Orcab : des achats collectifs au service de la réussite des coopératives
Le salon Orcab - © © Céline Jappé

Orcab : des achats collectifs au service de la réussite des coopératives

Céline Jappé |  le 16/03/2017  |  ArtisansLoire-Atlantique

Face au succès de la première édition, les coopératives d’achat des artisans du bâtiment Orcab ont renouvelé leur salon professionnel à Nantes. Quelque 6000 artisans coopérateurs ont fait le déplacement pour rencontrer leurs fournisseurs dans un cadre privilégié.

Orcab avait déjà réuni ses adhérents à Nantes en 2015. Un salon national qui avait été organisé pour célébrer les 25 ans du réseau de coopératives d’achat. Face au succès rencontré, la manifestation a été renouvelée et sera pérennisée. « Ce sont nos fournisseurs qui nous ont incités à renouveler ce salon réservé à nos adhérents, précise Denis Schoumacher, directeur d’Orcab. Pour les fabricants, c’est l’occasion d’avoir affaire uniquement à des prospects qualifiés. » Pas d’étudiants, de vendeurs de services ou de publicité… rien que des artisans qui viennent pour rencontrer leurs fournisseurs. Dans les allées, sur les stands, les professionnels parlent volume, remise de prix mais aussi technique et découvrent les dernières nouveautés. Les 450 exposants prennent leur aise, le salon est grand, aéré et la proximité est propice aux entretiens privilégiés. « On est très loin des ambiances surpeuplées des grands salons régionaux et nationaux, confie ce menuisier-charpentier venu de la région lyonnaise. C’est plus agréable et on ne perd pas de temps. Même sur les petits stands, ils sont trois voire quatre afin de pouvoir nous recevoir dans de bonnes conditions. » Car le plus gros investissements des visiteurs, c’est en temps qu’ils le comptent. Un temps précieux pour des artisans à l’emploi du temps souvent surchargé.

Le secteur gros-œuvre en développement

Sur les 50 coopératives d’achat regroupées au sein d’Orcab, seules 3 sont spécialisées dans les matériaux de gros œuvre. « Notre chiffre d’affaire se concentrent essentiellement sur la menuiserie bois et dérivés qui représente 50 % des ventes, le secteur plomberie, chauffage et sanitaire pour 45 % et seulement 5 % pour le gros œuvre », reconnaît Denis Schoumacher. Le faible pourcentage des matériaux de gros œuvre s’explique par la faible valeur ajoutée des produits. « Mais cela évolue avec l’arrivée sur le marché de systèmes constructifs plus techniques affichant de meilleures performances thermiques mais aussi acoustiques… » D’où des objectifs de développement dans ce secteur. « Il faut maintenant que les maçons essaiment, précise Eric Vialatoux, président de Forcab, la fédération qui chapeaute toutes les coopératives. Dans notre organisation, ce sont les artisans qui sont à l’origine des ouvertures. C’est à eux de se mobiliser pour lancer de nouveaux projets. » En 2017, aucune nouvelle coopérative ne sera toutefois créée. L’enseigne Artipôle ouvrira quant à elle trois nouvelles salles à Dôle et à Tours pour les matériaux bois et dérivés et en Mayenne où le site de l’expo bois existante s’agrandit pour accueillir les équipements plomberie, sanitaire et chauffage.

Qu'est-ce qu'une coopérative d'achats ?

Chaque coopérative se créée à l’initiative d’artisans qui souhaitent se rassembler pour mieux organiser leurs achats et obtenir de meilleures conditions en groupant leurs commandes auprès des fournisseurs. Tous sont sociétaires de la coopérative dans la mesure où, pour en faire partie, ils achètent une part sociale qui varie entre 3 000 et 4 000 euros. Mais n’entre pas qui veut. « Nous rencontrons tous les candidats et commençons par nous intéresser à deux, à ce qui les motive, ce qu’ils attendent de la coopérative, confie Thierry Jamin, président d’Orcab. Nous étudions aussi la santé financière de leur entreprise et la façon dont ils gèrent leurs achats. Il n’y a pas d’assurance crédit chez nous ! »

La moitié des artisans qui souhaitent rejoindre ou ouvrir une nouvelle coopérative est coopté par des entrepreneurs déjà membres du réseau. L’autre moitié vient par candidature spontanée. « Dans chaque coopérative, un adhérent compte pour une voix. Les artisans dirigent ensemble. Le système véhicule des valeurs de partage, de confiance, d’entraide, d’économie solidaire auxquelles il faut adhérer aussi. »

Commentaires

Orcab : des achats collectifs au service de la réussite des coopératives

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX