En direct

Orbais/Usine relais Axon'Câble Tapie dans l'enclos

le 03/04/1998  |  AménagementCulteEspaces vertsArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Aménagement
Culte
Espaces verts
Architecture
Valider

Pour sa nouvelle usine relais, fidèle à sa stratégie de développement, l'entreprise champenoise Axon'Câble a choisi une implantation au coeur d'un village, évitant ainsi l'écueil d'une architecture banalisée en zone d'activités. Nouant des relations riches avec un patrimoine chargé d'histoire, elle participe en juste retour, et de manière exemplaire, à sa revitalisation économique et sociale. A quelques mètres de l'abbatiale du XIIe siècle, on ne peut déceler la présence d'une

usine de 4 000 m2, insérée entre deux ruelles. Le dénivelé du terrain est mis à profit pour enterrer le bâtiment central tandis que les bâtisses désaffectées et délabrées alentour sont restaurées très simplement. Les deux corps de l'ancienne école sont transformés en halle de livraison et en accueil du personnel, et reliés par l'entrée principale de l'usine, petite articulation neuve glissée sous une toiture traditionnelle à deux pentes, en cuivre. Très vitrée,

elle ouvre la vue sur l'ancien orphelinat, bâtiment Renaissance ponctué d'échauguettes et d'une tour, autre fierté des habitants. Il accueille aujourd'hui les locaux sociaux et de détente. Au devant, son emprise a été aménagée en place publique.

Tout contre, assurant la transition avec la volumétrie des maisons voisines, la halle d'expédition s'implante derrière les anciens murs de clôture en pierre reconstruits sous un toit à deux pentes. La halle de production est semi-enterrée, tapie très discrètement sous une toiture-terrasse couverte de vivaces tapissantes. Ce volume, porté par des poutres précontraintes de 14 m, est scindé en deux parties, en place de l'ancien mitoyen. Le léger décalage de hauteurs permet de placer un châssis vitré en imposte : il dispense la lumière au coeur de l'édifice, satisfait aux exigences de sécurité en matière de désenfumage, et offre une vue sur le clocher de l'abbaye. Autre source de lumière, un patio, le jardin d'Orient qui fait écho au jardin d'Occident, planté d'arbres fruitiers et de simples, à l'arrière du bâtiment Renaissance. Mêlant réhabilitations, extensions et neuf, tradition et modernité, l'usine inscrit avec discrétion sa technologie de pointe dans le patrimoine.

FICHE TECHNIQUE

Maîtrise d'ouvage : communauté de communes de la Brie-des-Etangs.

Maîtrise d'oeuvre : Studio Maréchaux architectes ; Laurence Jouhaud, paysagiste ; CTB Alain Laurent, BET.

Surface : 3 956 m2 HO.

Principales entreprises : Sotram, gros oeuvre et OPC ; Coprecs, fluides ; SEEI, électricité ; SNMV, espaces verts.

PLAN DU REZ DE CHAUSSEE

PHOTOS :

1 et 2. Entre deux ruelles, la halle de production

est enfouie sous une toiture- terrasse plantée, et bordée par d'anciennes bâtisses restaurées.

3. Depuis la sente, sa présence est à peine décelable - seule une grille a été percée dans le mur rénové - contrairement à l'hôtel Renaissance voisin, mis en valeur par une fine réhabilitation.

4. Succession de plans végétalisés : la toiture est plantée de vivaces tapissantes et le jardin d'Occident, d'arbres fruitiers et de simples.

5 et 6. L'entrée principale, placée sous une toiture de cuivre, articule la halle de livraison et l'accueil du personnel, aménagés dans les murs d'une ancienne école. Très vitrée, elle plonge dans

la halle de production.

7. La lumière est présente jusqu'au coeur du bâtiment grâce au patio.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil