En direct

Orages : peu de dégâts sur la voirie

le 15/08/1997  |  TransportsSécurité et protection de la santéAménagementTransports mécaniquesTravail

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Sécurité et protection de la santé
Aménagement
Transports mécaniques
Travail
Hauts-de-Seine
Val-d'Oise
Seine-et-Marne
Architecture
Equipement
Valider

- Les orages qui se sont abattus sur la région parisienne les 5 et 6 août ont surtout provoqué des inondations dans les caves et les parkings souterrains.

Trois départements franciliens ont plus particulièrement été la cible des orages qui se sont abattus sur la région parisienne les 5 et 6 août : les Hauts-de-Seine, le Val-d'Oise et la Seine-et-Marne.

Dans les Hauts-de-Seine, département où les dégâts ont été les plus importants, on recense surtout des caves, des sous-sols et des parkings souterrains inondés. Rueil-Malmaison, Clamart (le quartier de la gare), Bourg-la-Reine, Issy-les-Moulineaux, Saint-Cloud figurent parmi les communes les plus touchées.... Les inondations ont principalement été provoquées par la saturation des réseaux d'assainissement départementaux et communaux. Les pluies torrentielles ont également entraîné la fermeture pendant quelques heures du tunnel de l'A86 à la Croix de Berny et de l'A14 à Nanterre. A la porte de Saint-Cloud, la charpente métallique du magasin Go Sport s'est effondrée sous le poids des eaux accumulées depuis la veille. En revanche, peu de dommages sont à déplorer sur la voirie. A Rueil-Malmaison, deux ou trois chaussées très pentues ont été endommagées, parfois assez profondément (couche de forme touchée) et rue Aby Sommer, les trottoirs se sont effondrés. Par ailleurs, beaucoup de pavés utilisés pour l'aménagement de placettes, par exemple, ont été emportés. Au Plessis-Robinson, certaines rues ont été engorgées de boue, notamment la rue Paul Rivet, qui était en cours de réaménagement. « Les dégâts sur la voirie départementale et nationale sont peu conséquents puisqu'ils s'élèvent à 300 000 francs environ, précise Laurent Gignoux, chef de la voirie urbaine à la DDE des Hauts-de-Seine. On a surtout recensé des fontis et quelques soulèvements d'enrobés à Chatenay-Malabry et un peu à Sceaux ».

En Seine-et-Marne, c'est surtout le nord du département qui a été touché. Dans le petit village de Puisieux, près de Meaux, les pluies torrentielles ont provoqué les crues de trois cours d'eau qui ont dévalé vers la petite commune. Une coulée de boue très spectaculaire a alors inondé une trentaine de maisons et coupé pendant plusieurs heures deux routes départementales (RD8 et RD146). Un peu plus au nord, 120 caves ont été inondées à Dammartin-en-Goëlle et à Saint-Thibault-des-Vignes, la toiture d'un supermarché s'est effondré sur 200 m2 sous le poids de l'eau qui ne parvenait plus à s'écouler. Le préjudice de ces orages n'a pas encore été chiffré avec précision mais il s'élèverait à plusieurs millions de francs.

Dans le Val-d'Oise, les chaussées ont été dégradées dans certaines communes : Magny-en-Vexin, Nucourt, Roissy-en-France, Valmondois, Cormeilles-en-Parisis. Et à Auvers-sur-Oise, une falaise s'est effondrée. Mais aucun pavillon n'a été touché. En début de semaine, la préfecture n'avait encore dressé aucun bilan.

PHOTO :

De nombreuses caves inondées et des artères transformées en «piscine». Dans les Hauts-de-Seine, 4000 appels ont été enregistrés par les sapeurs pompiers dans la nuit du 5 au 6 août.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil