En direct

Evénement

Orages d’été

Julien Beideler, rédacteur en chef délégué |  le 20/07/2012

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Valider

Sur l’échelle de l’emploi, la fermeture de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois est un séisme majeur. Un séisme dont les répliques ne tarderont malheureusement pas à se faire sentir chez les nombreux sous-traitants du groupe automobile.
Pour le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, le coût du travail n’est ni la seule, ni la principale cause de cet échec. Pour autant, les grandes filières industrielles ne comptent pas en rester là et veulent accélérer les réflexions sur la fiscalité des entreprises pour qu’elle pèse moins sur le travail. A mots plus ou moins couverts, elles réclament des allègements de charge en priorité sur les emplois réellement menacés par la mondialisation. Une revendication à contre-courant du discours des fédérations professionnelles du BTP qui sollicitent au contraire des mesures de soutien à un secteur dont les emplois ne sont pas délocalisables !
Deux diagnostics, un seul remède : les aides publiques. Oui mais cette fois, les caisses sont vides. Dans le Plan de relance de 2008, l’industrie automobile avait eu sa prime à la casse tandis que le BTP bénéficiait du remboursement anticipé de TVA offert aux collectivités locales investisseuses. Ces mesures, en préservant un certain dynamisme économique, ont eu un côté bénéfique : atténuer les effets de la crise. Et un côté pervers : différer le besoin de réformes.
Aujourd’hui, ce statu quo se paye cash. Certes la crise de 2012 n’a pas les mêmes causes que celle de 2008. Mais ses effets pourraient être plus graves car elle s’abat sur des entreprises fragilisées, aux trésoreries exsangues et à l’outil de production surdimensionné. Tout à coup, c’est le spectre de la crise des années 1990 qui reparaît.
Dans ces conditions, les premières orientations du projet de loi de finances 2013 vont être âprement discutées. Le BTP devra rester uni et faire valoir ses arguments en évitant la cacophonie. Car au jeu des lobbies, les gagnants ne sont pas toujours les plus bruyants.

PHOTO - 660472.BR.jpg
PHOTO - 660472.BR.jpg - © Imago/StudioX

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur