En direct

« Optimiser l'acoustique au bénéfice de la santé »
Jean-Baptiste Chéné, chef de la division acoustique du CSTB, direction santé-confort. - © CHRISTOPHE BOULZE / LE MONITEUR

« Optimiser l'acoustique au bénéfice de la santé »

Dossier coordonné par Julie Nicolas - Propos recueillis par Jacques-Franck Degioanni |  le 11/05/2018  |  SantéEnvironnement

Entretien avec Jean-Baptiste Chéné, chef de la division acoustique du CSTB, direction santé-confort. -

La qualité de l'environnement sonore s'améliore, le bien-être de l'usager aussi. Tour d'horizon avec l'expert du CSTB.

La réglementation acoustique du bâtiment est-elle aujourd'hui suffisamment étoffée ?

Depuis une vingtaine d'années, la plupart des bâtiments neufs doivent respecter la réglementation acoustique. Celle-ci a été l'une des premières réglementations performancielles dans l'univers de la construction. Elle a été étendue aux travaux lourds de rénovation sur les bâtiments en zones exposées au bruit (décret 2016-798 du 14 juin 2016). Certains ERP - locaux sportifs, crèches, etc. - ne sont pas soumis à cette réglementation, mais son élargissement semble inéluctable. La vraie question est aujourd'hui d'appliquer réellement ces normes. A ce jour, 60 % des réalisations livrées présentent des non-conformités au plan acoustique, dues à des erreurs de conception et/ou de mise en œuvre…

N'oublions pas que les effets du bruit sur la santé, de même que son coût social, ont été évalués en 2016 à 57 milliards d'euros par an (1). L'attestation de conformité à la réglementation acoustique permettra au secteur de progresser, comme les contrôles post-RT 2012 ont permis d'avancer dans le domaine énergétique.

Les promesses de l'acoustique active se concrétiseront-elles bientôt ?

La réduction des nuisances sonores par acoustique active - schématiquement, par acquisition d'un bruit, traitement du signal en temps réel et émission d'un « contre-bruit » - a été développée, voici trente ans, pour… améliorer la furtivité des sous-marins. Elle s'est banalisée via certains casques de chantier et éléments de ventilation, et dans des casques audio grand public. Aujourd'hui, des industriels proposent des concepts fonctionnels de fenêtres actives qu'il est possible d'entrebâiller sans être gêné par le bruit extérieur.

La baisse du prix des composants électroniques et leur miniaturisation devraient permettre de disposer de séries industrialisées d'ici à deux ans.

Les métamatériaux ouvrent aussi de nouvelles pistes…

Ils sont en effet plus prospectifs et font l'objet de nombreuses recherches… De quoi s'agit-il ? D'organiser, à différentes échelles, la structure de la matière - bois, verre, etc. - pour

la doter de propriétés nouvelles, d'isolement ou d'absorption, à une gamme d'ondes donnée. Concrètement, cela pourrait déboucher, d'ici à dix ans, sur des revêtements isolants minces et ultra-absorbants, y compris aux basses fréquences, sur des écrans routiers à claire-voie mais qui protègent tout de même, etc. A plus grande échelle, dans le domaine vibratoire, ces métamatériaux permettront de neutraliser ou d'éviter la propagation des vibrations d'une ligne de chemin de fer, par exemple, dans un bâtiment. Les expériences sont encourageantes mais encore limitées à d'étroites bandes de fréquences. L'enjeu est le large spectre.

Le BIM favorise-t-il la prise en compte de l'acoustique ?

Le BIM permet, en phase de conception, de simplifier les échanges de données entre architecte et BET. Les outils de conception (acoustique, thermique, etc. ) intégrés arrivent sur le marché (AcoubatBIM by CYPE, par exemple, sur le plan acoustique). En passant d'un mode projet séquentiel où l'acousticien intervient à la fin - s'il intervient ! -à une coconception collaborative, la performance acoustique, à l'égal des autres impératifs réglementaires, prend place au meilleur moment, en amont du processus, dès l'implantation des bâtiments sur la parcelle. Cette optimisation, souvent considérée comme une contrainte et un surcoût favorise, sur le terrain et dans la durée, un meilleur rapport bénéfice/coût en termes d'usage et de santé. Demain, le BIM permettra, en phase de réalisation, de vérifier la conformité des travaux avec les plans d'exécution et d'éviter ainsi nombre de malfaçons acoustiques.

 

Commentaires

« Optimiser l'acoustique au bénéfice de la santé »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX