OPA surprise sur la deuxième foncière espagnole

Defawe Philippe |  le 12/06/2006  |  InternationalEntreprisesTransportsEuropeParis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Immobilier
Entreprises
Transports
Europe
Paris
Valider

Le modeste promoteur immobilier espagnol Inmocaral a annoncé lundi le lancement d'une OPA amicale de 3,76 milliards d'euros sur la totalité de la deuxième foncière espagnole, Colonial, qui contrôle la française Société Foncière Lyonnaise (SFL).

Inmocaral, dont le chiffre d'affaires en 2005 était 178 fois plus petit que celui de Colonial, a conditionné son offre à l'achat d'au moins 39,37% du capital du groupe visé, ce qui est déjà acquis en raison du soutien apporté à l'OPA par la caisse d'épargne La Caixa, détenteur de 39,5% du numéro deux de l'immobilier espagnol.
Inmocaral, qui avait annoncé son intention le 6 juin, propose 63 euros par action à payer comptant, valorisant Colonial à 3,76 milliards d'euros, a précisé un communiqué de cette entreprise remis à l'autorité boursière espagnole.

En annonçant ses ambitions, Inmocaral avait assuré que l'acquisition de Colonial ferait de lui "un groupe leader disposant de plus d'1,3 millions de m2 de patrimoine et d'un portefeuille de 3,2 millions de m2".
La Caixa, premier actionnaire de Colonial devant l'assureur espagnol Mutua Madrilena (10%), avait affirmé dès le 6 juin qu'elle s'était "engagée à céder l'intégralité de sa participation" dans Colonial.
Inmocaral avait également précisé alors qu'il entendait maintenir les sièges du groupe à Madrid, Barcelone et Paris, et garder en place "l'équipe de gestion de Colonial", ainsi que sa marque.

Dans un autre communiqué publié également le 6 juin, Inmocaral affirmait également que si l'OPA "menait à un changement dans le contrôle" de la Société Foncière Lyonnaise (SFL), il lancerait le cas échéant "une offre publique d'acquisition d'actions sur SFL".
Le 25 mai, Inmocaral avait annoncé qu'il proposerait à l'assemblée générale de ses actionnaires du 29 juin une augmentation de capital de 2,6 milliards d'euros pour devenir un "grand groupe immobilier", ayant les moyens de réaliser d'importants investissements.
A la fin 2005, Inmocaral était détenu à hauteur de 72% par son président Luis Portillo, de 6,5% par Alicia Koplowitz, la femme d'affaires la plus puissante d'Espagne, et de 5,2% par Rafael del Pino, patron du groupe Ferrovial qui devrait racheter le gestionnaire des principaux aéroports britanniques BAA. Le reste de son capital est en Bourse.

Cette opération intervient dans un secteur particulièrement dynamique de l'économie espagnole, dont l'un des principaux moteurs de croissance est la construction.
Metrovacesa, numéro un de l'immobilier en Espagne, revendique la première place de ce secteur dans la zone euro après avoir pris le contrôle l'an passé de la foncière française Gecina.
Autre exemple des ambitions internationales des groupes espagnols du secteur espagnol de la construction et de l'immobilier, Sacyr Vallehermoso a acheté au cours des derniers mois 33% du français Eiffage, devenant son premier actionnaire.

Repères


Colonial, qui a pris en 2004 le contrôle de la française SFL, a réalisé l'an passé un chiffre d'affaires de 910 millions d'euros. Ses actifs sont valorisés à 6,09 milliards d'euros dont 80% correspondent à des immeubles de bureaux en régime locatif.
L'an passé, le chiffre d'affaires d'Inmocaral s'est élevé à 5,1 millions d'euros. L'augmentation de capital annoncée lui permettra de multiplier par 2,5 sa capitalisation boursière, dépassant celle de Colonial, selon des estimations d'analystes.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil