En direct

On se calme

bertrand fabre |  le 15/01/2010  |  EvénementRéglementationCommande publiqueDirective européenneRéglementation des marchés publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Evénement
Réglementation
Commande publique
Directive européenne
Réglementation des marchés publics
Passation de marché
Valider

Le principe en est jugé bon presque unanimement : une taxe fonctionnant comme une espèce de bonus-malus pour inciter à des comportements plus vertueux au regard des exigences du développement durable.

Il s'agit évidemment de la taxe carbone. Son rejet par le Conseil constitutionnel, dans l'état actuel du texte de loi soumis à son appréciation, provoque un débat dont l'intensité est à la mesure de l'importance du sujet.
Il appelle au moins trois types d'observations.
D'abord, sa politisation extrême, la complexité du sujet permettant de tout dire et son contraire : une taxe inefficace, puisque fondée sur une valeur ridicule de la tonne de CO (17 euros) ; ou à l'inverse, un cadeau au grand patronat, consistant à reporter sur les citoyens la charge insupportable des pollutions de l'industrie.
Ensuite, un débat inextricable pour sortir de l'impasse actuelle. Le Conseil constitutionnel a sanctionné la taxe projetée au motif qu'elle rompait le principe constitutionnel d'égalité devant l'impôt, puisque la plupart des industries très polluantes en étaient exonérées. Alors que, font justement remarquer ses promoteurs, ces industries portent déjà une charge économique au travers du système des quotas d'émission de CO (qui les contraignent à des investissements environnementaux pour ne pas dépasser ces quotas, ou à racheter fort cher des compléments de quotas si elles les dépassent). Oui, mais c'est là un raisonnement économique, alors que le Conseil constitutionnel doit rester sur le plan du Droit.
Enfin, il faut s'insurger contre les propos indécents tenus par certains, qui affirment que le Conseil a rendu une décision politique puisqu'elle ne leur plaît pas !
Attention, pente mortelle. Quand on ne reconnaît plus l'autorité souveraine des institutions de la République, on entre très exactement dans un processus révolutionnaire. Ce n'est vraiment pas le moment.
« On ne dit rien parce que c'est le Conseil », avait pourtant prévenu le Chef de l'Etat.

PHOTO - 280716.HR.jpg
PHOTO - 280716.HR.jpg - © MARIO FOURMY/SIPA

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur